Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Centrafrique : Trois musulmans exfiltrés d'un convoi humanitaire et abattus


- 4 Mai 2014 modifié le 4 Mai 2014 - 10:06

République centrafricaine : 3 civils tués lors de l’attaque d’un convoi PU-AMI


Trois personnes qui accompagnaient un convoi de Première Urgence – Aide Médicale Internationale (PU-AMI) en route pour Ndélé ont été tuées mercredi lors d’une attaque. PU-AMI condamne avec la plus grande fermeté ces meurtres commis à l’encontre de civils et exprime sa vive inquiétude face à l’aggravation du climat d’insécurité pour les humanitaires.
 
Mercredi 30 avril, un convoi de quatre camions floqués aux couleurs de PU-AMI et transportant du matériel humanitaire a été pris à partie lors d’un contrôle effectué à un check-point tenu par un groupe armé, sur l’axe reliant Bangui à Ndélé. Les trois premiers camions ont reçu l’autorisation de poursuivre leur route, tandis que le dernier était immobilisé et soumis à des contrôles supplémentaires. Quelques heures plus tard, l’équipage de ce camion – composé d’un chauffeur et de deux apprentis manutentionnaires contractés par un prestataire de services de PU-AMI – a été transféré vers une autre base, où les trois hommes ont été sommairement abattus. 
 
"Nous sommes profondément choqués par ce crime inacceptable qui a coûté la vie à trois personnes. Le camion de notre prestataire était clairement identifié comme transportant du matériel humanitaire", a déclaré Thierry Mauricet, directeur général de PU-AMI. 
 
Le camion, toujours réquisitionné par le groupe armé, a été pillé. Il était censé acheminer vers Ndélé 8 tonnes de semences de maïs et du Plumpy’nut (une pâte d’arachide à haute valeur nutritionnelle spécialement conçue pour traiter la malnutrition).
 
"La multiplication des incidents graves ces derniers jours, dans un climat sécuritaire délétère, nous trouble et nous alerte. Il est encore trop tôt pour savoir si les humanitaires sont véritablement ciblés en tant que tels, mais il est en revanche très clair qu’ils ne sont désormais plus protégés en République centrafricaine", a ajouté Roger Persichino, directeur des opérations de PU-AMI. 
 
Malgré l’escalade de la violence, PU-AMI est déterminée à poursuivre ses interventions à Bangui, Ndélé et Berberati afin de répondre aux besoins des populations déplacées et affectées par la crise. Elle appelle toutes les parties au conflit à respecter la neutralité et l’impartialité des personnels humanitaires et de leurs activités.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements