Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Centrafrique: Trois personnes tuées et cinq autres blessées


Alwihda Info | Par Adil Abou - 2 Janvier 2014 modifié le 2 Janvier 2014 - 23:45

Les échanges de tirs entre les deux parties continuent de faire des victimes, généralement de civiles. Pour la journée de jeudi, six personnes dont deux femmes et un bébé ont été tués.


Trois personnes tuées et cinq autres blessées dans des affrontements sporadiques qui ont opposé, dans des quartiers populaires, à Bangui, des milices chrétiennes antibalaka, proches de l'ancien président le général Bozizé, à l'armée centrafricaine composée généralement de la Séléka. Les échanges de tirs entre les deux parties continuent de faire des victimes, généralement de civiles. Pour la journée de jeudi, six personnes dont deux femmes et un bébé ont été tués. Les affrontements ont poussé plusieurs dizaine de civils à se refugier non loin de l'aéroport tenu par l'armée française. Plusieurs témoignages attestent que les affrontements ont éclaté en fin de matinée dans le 5e arrondissement de la capitale, proche de l’aéroport.

Echec de la stratégie visant renverser le président de transition Le renversement du président de la transition par les Anti-Balakas soutenus par la France ne semble pas intéresser l'Union africaine, l'ONU et une partie importante des hommes politiques centrafricains. La stratégie d'en finir avec Michel Djotodia serait reportée car elle pourrait créer le vide et instaurer le chao pour longtemps. Toutes les parties concernées ont convenu sur deux avis. Le premier est d'impliquer directement l'ONU et revoir la présence des forces africains impliquées d'une manière ou d'une autre dans la crise militaire . Puis ramener la transition à six mois, en désarmant tout le monde même la garde présidentielle. La sécurité du Président de la transition sera désormais assurée par les forces onusiennes qui remplaceront celles d'Afrique. "En Centrafrique, on ne peut pas laisser en place un président qui n’a rien pu faire, voir même a laissé faire" ; La déclaration est à François Hollande le Président français , le 7 décembre 2013, à l' occasion du sommet sur la Centrafrique. Même si l'ambassadeur français à Bangui s'est empressé pour rassurer le président centrafricain Michel Djotodia, Les soldats français ne sont pas passés par trente-six chemins pour procéder d'abord au désarmement des éléments de la Séléka et les laisser aux milices chrétiennes Anti-Balaka pour les lyncher devant la foule qui applaudit. Abou Adil


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements