Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Centrafrique : Un peuple mort ?


Alwihda Info | Par Gérard Nga BOUKANGA GONOGUELE - 1 Mai 2014 modifié le 1 Mai 2014 - 09:58


Gérard Nga BOUKANGA GONOGUELE
Gérard Nga BOUKANGA GONOGUELE
Un peuple qui ne sait pas pardonner et qui ne respecte et ne réclame ou revendique pas les lois qui le régissent est un peuple mort, ou, à défaut, voué au sous-développement permanent voire éternel. Il ne peut y avoir d'ordre et sécurité gage de tout État de Droit seule condition propice pour l’épanouissement du citoyen, l’éclosion de son talent, l’unique garantie d’un développement durable, là où règne l’injustice. Aujourd'hui le pays se déchire de plus en plus, les acquis s’effilochent, les divisions se creusent davantage, l’insécurité gagne du terrain, les foyers de tension s’intensifient, le chaos s’installe et n’épargne malheureusement aucun secteur du pays.
 
Nul ne peut mesurer le poids des pertes, des retards, séquelles ou lenteurs issus des multiples affrontements occasionnés malheureusement par des rivalités d'intérêts, des querelles, d'une politique politicienne avérée, caractérisée et généralisée. C’est regrettable pour le Centrafrique et surtout pour ses fils de demain car ce pays est pris au piège par des hommes qui continuent d’arguer, de clamer ou de crier avec acharnement et entêtement qu’ils veulent redresser le Centrafrique mais en réalité ne sont intéressés que par la recherche de la renommée, de l’argent, de la satisfaction de leurs intérêts particuliers. Aujourd’hui, en Centrafrique tous les partis politiques ont leurs défenseurs et de farouches défenseurs mais la République elle, est seule, laissée à elle-même les règles qui la fondent souvent évoquées mais toujours violées. Chacun réclame et revendique son droit mais personne ne remplit ses devoirs. Donnons priorité au dialogue pour aller à l'unité, attachons nous à la patrie, à la république à la démocratie, à la justice pour prendre le pas sur ces basses et ignobles passions. Les Centrafricains ont connu assez de sacrifices qu'on leur a imposés sans aucun résultat jusqu’ici.
 
A tous ceux qui veulent servir le pays je leurs dis de penser à tous ces jeunes qui croupissent et oubliés dans la prison pour avoir combattu pour la liberté mais aussi et surtout ceux qui sont tombés dans la lutte pour la liberté. Je leurs demandes pas de trahir leurs amitiés, de renier leurs principes ou conviction mais juste de Servir le peuple et non de se servir du peuple.
 
Soyons des soldats de la Républiques, comportons nous comme de véritables patriotes. Vive le Centrafrique !
 
Gérard Nga BOUKANGA GONOGUELE
Coordonateur Général Adjoint du Collectif
Ne touche Pas à Ma Constitution