Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Centrafrique: Un soldat tchadien tué et trois autres blessés


Alwihda Info | Par - 2 Janvier 2014 modifié le 2 Janvier 2014 - 12:25

"Balaka joue au chat et à la souris", selon un soldat camerounais de la Misca qui reconnait qu'environ un millier de combattants Antibalaka ont été désarmés, en une semaine.


BANGUI (Centrafrique) - Un soldat tchadien tué et trois autres blessés, ce matin, à Bangui, lors d'une opération de désarmement dans un quartier populaire. Les forces africaines de la MISCA procèdent depuis lundi au désarmement des personnes armées accusées de semer la terreur en République centrafricaine.

Alors que les éléments de la Séléka ont été en grande partie désarmés, cantonnés dans des camps, et interdits de sortir, les miliciens Antibalaka, proches de l'ancien président François Bozizé, qui se sont renforcés avec l'arrivée des forces françaises, essaient d'échapper au processus de désarmement. "Balaka joue au chat et à la souris", selon un soldat camerounais de la Misca qui reconnait qu'environ un millier de combattants Antibalaka ont été désarmés, en une semaine.

Le président François Bozizé qui a appelé, dans un communiqué, ses milices antibalakas de chasser les communautés musulmanes de la Centrafrique, a démenti, ce matin, dans une interview à RFI, tout lien avec ses milices qu'il a lui même armés et financés, peu avant sa chute.

Certaines organisations de défenses des droits de l'homme ont condamné les atrocités commises par les milices de Françis Bozizé et pointent de doigt ce dernier et une partie de ses lieutenants. Interrogé par RFI s'il peut condamner les atrocités commises par ses milices antibalaka, le général Bozizé a refusé, qualifiant ces informations de manipulations.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements