Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Centrafrique : Une enquête doit déterminer la responsabilité de la France dans les massacres


Alwihda Info | Par Adil Abou - 2 Février 2014 modifié le 2 Février 2014 - 13:55

Une enquête doit être lancée pour déterminer la responsabilité de la France puisqu'il ne faut pas seulement poursuivre les tiers mondialistes et fermer les yeux sur la responsabilité de l'Occident. Agir ainsi c'est renforcer les doutes du Tiers monde qui planent sur la crédibilité de la Cour pénale internationale (CPI).


Extrait de l'histoire de la Séléka. La rôle de la France

Un soldat français cache son visage lors de négociations avec les Anti-Balaka, dévoilé lors du reportage spécial investigation sur une chaîne française.
Un soldat français cache son visage lors de négociations avec les Anti-Balaka, dévoilé lors du reportage spécial investigation sur une chaîne française.
Depuis mi-décembre, les agences humanitaires de l'ONU ont élevé la Centrafrique au niveau d'alerte le plus élevé (niveau 3). Seuls deux autres pays ont atteint ce statut actuellement : La Syrie et les Philippines. 
 
L'opération Sangaris a été fortement applaudie par tout le monde, musulmans et chrétiens, à Bangui ou à l'étranger. Le bon souvenir de l'intervention de l'armée française au Mali pour débarrasser le pays des islamistes, n'a toujours pas quitté les esprits. Malheureusement, cette fois-ci ce n'est pas le cas. Des images passant en boucles à la télé, montrant des musulmans désarmés par des soldats français et immédiatement lynchés par des miliciens chrétiens. Pire, des miliciens nus, éméchés, brandissant de machettes et des flèches déclarent à la presse vouloir égorger des musulmans et empêcher désormais le Mezun d'appeler à la prière en Centrafrique. Ces miliciens ne se seraient pas affichés n'eut été l'intervention française.  
 
"Nous avons eu des instructions de ne pas désarmer la milice chrétienne, pour leur permettre de se défendre", selon un officier français ayant requis l'anonymat. Et dans une vidéo sur Youtube, un milicien antibalaka reconnaît avoir le soutien des soldats français. L'intervention française en Centrafrique est responsable des deux importants éléments dont l'histoire retiendra. Ne dit-on pas "Quand l’histoire serait inutile aux autres hommes, il faudrait la faire lire aux princes". L'arrivée des forces françaises en Centrafrique a provoqué :
 
  • Le renforcement des milices chrétiennes Antibalaka lesquels ont, par la suite, commis des atrocités à l'encontre des communautés musulmanes. On peut estimer le nombre de mort à plus de 5000 personnes dont des femmes et des enfants. Sans oublier les multiples scènes de cannibalisme diffusées en direct par le média international. 
  • Le départ massif des communautés musulmanes nationales et étrangères. Les violences enregistrées en Centrafrique ont provoqué des déplacements massifs de population. Près d'un million de personnes ont fui leurs foyers en Centrafrique, laissant derrière eux toute leur histoire.
 
En effet, la France a une part de responsabilité dans les violations des droits de l'homme perpétrées en RCA. C'est plutôt un génocide. Le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) craint un génocide en Centrafrique et a appelé, jeudi 16 janvier, à une mobilisation humanitaire et militaire. ​
 
Par conséquent, une enquête doit être lancée pour déterminer la responsabilité de la France puisqu'il ne faut pas seulement poursuivre les tiers mondialistes et fermer les yeux sur la responsabilité de l'Occident. Agir ainsi c'est renforcer les doutes du Tiers monde qui planent sur la crédibilité de la Cour pénale internationale (CPI).  
A suivre.... la campagne médiatique contre le Tchad




Dans la même rubrique :
< >

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements