Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Centrafrique : Vœux de Marie-Reine Hassen aux femmes


Alwihda Info | Par Marie-Reine Hassen - 24 Mai 2013 modifié le 24 Mai 2013 - 15:27


Centrafrique : Vœux de Marie-Reine Hassen aux femmes
VŒUX DE MARIE-REINE HASSEN AUX FEMMES DE CENTRAFRIQUE
 
Chères mamans, chères sœurs, chères filles de Centrafrique.
En ce jour de la fête des mères, mes pensées vont vers vous, et mon cœur saigne car je sais que vous ne pourrez pas fêter votre jour comme vous aimez le faire d’habitude, et comme vous l’avez toujours fait.
De tous temps, dans toutes les civilisations, la figure la plus importante a toujours été la mère. Les civilisations primitives célèbrent la terre et la mère. Dans l’historique de cette fête, Marie, mère de Jésus, devient la figure emblématique de la mère.
 
Chez nous en République centrafricaine,  la fête des mères est devenue une fête officielle en juin 1966 à l’initiative du président Jean-Bedel Bokassa. A cette occasion les mères les plus méritantes étaient décorées. Les femmes de Centrafrique étaient à l’honneur. De grandioses cérémonies étaient organisées pour elles sur toute l’étendue du  territoire.
 
Nos petites filles et nos petites sœurs deviendront des mères qui, à leur tour, donneront un jour la vie aux futurs citoyens de la République centrafricaine. A ce titre elles doivent être également respectées. Ce sont les femmes qui sont porteuses des valeurs familiales et de la natalité.
Nous devons avoir conscience qu’améliorer la vie des femmes centrafricaines, c’est améliorer la vie des hommes, des enfants et de toute la population centrafricaine. C’est ainsi que allons tous nous atteler à l’amélioration des conditions de vie des femmes, de leurs droits et de leur promotion. 
 
Mes chères mamans centrafricaines, mes chères sœurs, mes chères filles, vous devez savoir que des générations de femmes africaines ont contribué à la construction de notre continent, et que les femmes ont été impliquées de manière très naturelle, et de tout temps, au maintien de la paix dans les différents pays d’Afrique. C’est vous, femmes centrafricaines, qui déployez des efforts constants pour maintenir debout les structures sociales, économiques et culturelles de notre pays. Vous vous battez inlassablement, même dans les pires conditions que vous endurez, pour nourrir vos familles et pour en prendre soin. Vous portez la Centrafrique sur votre dos, et pourtant vous êtes exclues de tout.
 
Comme l’a souligné notre frère Félix Yépassis-Zembrou dans sa brillante réflexion,« nos ainées ont tracé la voie » et nous leur rendons hommage. Elisabeth Domitien, Marie-Joseph Franck, Jeanne-Marie Gbokou, Charlotte Aguide, Marie-Madeleine Silinghia, Angélique Toléqué-Songomali, Marie-José Maytonghol, Ruth Roland, et bien d’autres… nous ont ouvert le chemin. Une nouvelle génération a suivi : Catherine Samba-Panza, Béatrice Epaye, Marie-Josèphe Kosse-Songomali, Marie-Reine Hassen, Léa Doumta etc… Maintenant, il est temps pour les jeunes générations de se préparer à prendre la relève. Aujourd’hui de nombreuses filles de la RCA possèdent des qualifications dans tous les domaines de compétence. Je les encourage, de plus en plus nombreuses et déterminées, à s’engager plus activement et de manière plus solidaire, dans la lutte pour le redressement de notre pays.
 
Au niveau International, les femmes sont de plus en plus présentes. En ce moment, dans le monde, 8 femmes sont présidentes de la République et 10 femmes sont Premier ministre. Il y a en tout 53 femmes qui ont dirigé un pays depuis le début du XXe siècle. Ce sont des femmes de caractère, comme les pionnières Indira Gandhi en Inde, Golda Meïr en Israël, Sirimavo Bandaranaike au Sri Lanka, ou encore Margaret Thatcher au Royaume-Uni. Celles qui ont trouvé leur place dans les démocraties actuelles, pour n’en citer que quelques unes, sont Cristina Kirchner d’Argentine, Ellen Johnson Sirleaf du Libéria, Dilma Roussef du Brésil, Sheikh Hasina Wajed, Premier ministre du Bangladesh et Angela Merkel d’Allemagne…
 
L’une d’entre nous a certainement toutes les capacités et présente les qualités requises pour redresser notre pays.
 
Nous ne pouvons plus accepter d’être marginalisées dans notre propre pays. Aucun homme sur terre n’a le droit de traiter une femme comme cela se pratique actuellement en RCA. Aucun homme n’a le droit de commettre impunément des abus sexuels sur elles. Se mettre à 10 ou 20 pour commettre des viols en réunion qui tuent nos petites filles de moins de 10 ans, cela constitue un crime abominable et ne doit plus se reproduire sur la terre de Centrafrique ! Montrons au monde, et aux hommes de la RCA, que la majorité des femmes centrafricaines sont intelligentes, quelle que soit leur catégorie sociale et professionnelle, et qu’elles portent en elles la FORCE de réussir et de transformer la Centrafrique.
 
Le jour viendra bientôt, où les femmes centrafricaines auront de nouveau voix au chapitre, où  la violence sexuelle dans nos conflits en RCA sera éliminée parce que l’on aura éliminé les raisons de ces conflits, et où les victimes obtiendront justice dans un Etat de droit.
 
Le jour viendra bientôt où les femmes seront autonomes économiquement, et redeviendront une force pour le développement du pays.
 
Le jour viendra bientôt où vous serez présentes au plus haut niveau des instances de prise de décision, où vous contribuerez efficacement à l’éradication de la misère en participant à la transformation socio-économique de notre pays. Vous allez jouer un rôle vital pour le progrès, parce que vous avez les capacités d’accélérer les réformes économiques, sociales et politiques dans notre pays.
 
Je reste pleinement persuadée que le développement et la prospérité de la République centrafricaine dépendent, dans une large mesure, de votre participation active dans tous les domaines de la vie économique, sociale et politique. Par conséquent, votre position doit être solide et vous devez être empowered.
 
L’égalité entre les femmes et les hommes, ainsi que la contribution active des femmes à une meilleure gouvernance, permettra à notre pays de franchir le gap qui malheureusement nous éloigne de plus en plus du développement. J’ai l’ambition de contribuer activement à cet objectif. Pour atteindre ce but, les femmes centrafricaines doivent prendre conscience de la nécessité de s’organiser en réseau pour former une puissante coalition, un réseau efficace et actif, organisé par des associations de femmes. La force qu’elles auront ainsi reconquise nous permettra de franchir les obstacles majeurs qui persistent, et d’obtenir l’égalité des genres à tous les niveaux. C’est aux intellectuelles de se rapprocher de la masse par un discours engagé, afin de réveiller sa conscience et lui faire saisir les vrais enjeux.
 
Chères compatriotes, dans l’état actuel de notre pays, et dans les circonstances présentes, la libération de la femme centrafricaine, et son évolution, ne pourra s’amorcer qu’à travers la tenue d’une Conférence Nationale Souveraine, qui traitera des questions vous concernant au sein de sa Commission vérité et réconciliation, et aussi à travers un tribunal spécial chargé de juger les responsables des atrocités perpétrées lors des différents conflits qui ont ensanglanté la RCA. La Conférence Nationale Souveraine permettra, entre autres, d’ouvrir un fonds de réparation à l’intention de toutes les victimes.
 
Mes mamans, mes sœurs, mes filles, il est temps maintenant de faire en sorte que les choses changent, et que désormais toutes les fêtes des mères à venir soient l’occasion de véritables réjouissances pour vous et vos familles. Que Dieu vous bénisse, et qu’Il bénisse notre pays la République Centrafricaine.
 
Paris le 23 mai 2013
Marie-Reine Hassen



Dans la même rubrique :
< >

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements