Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Centrafrique : les rêveries d'Hélène Légal


Alwihda Info | Par Albert FALL - 7 Octobre 2014 modifié le 7 Octobre 2014 - 07:06


Albert FALL

BANGUI (LNC) — Hélène Le Gal, l'ex Consule de la France au Québec, devenue depuis la "Madame Afrique" de François Hollande, en visite officielle de 48 heures à Bangui, presse les autorités locales de très vite mettre en place un chronogramme pour les élections.

Elle a été reçue au Palais de la Renaissance par la présidente intérimaire centrafricaine Catherine Samba-Panza, en présence de l'ambassadeur de France en Centrafrique, Charles Malinas, ainsi que du colonel Pierre Schili, conseiller diplomatique et chef d'état-major du cabinet militaire particulier du chef de l'état français.

Au sortir de l'audience présidentielle, Mme Legal a déclaré à la Presse :
« Je me suis entretenue avec la cheffe de l'état Catherine Samba-Panza, en particulier sur le chantier que doit mener l'équipe de transition c'est-à-dire la préparation des élections, le dialogue national dans tout le pays, également l'économie et développement.
En ce qui concerne les élections il y a évidemment une question de financement qui va reposer beaucoup sur la communauté internationale. Mais il y a aussi des décisions à prendre sur un certain nombre de sujets pour qu'un chronogramme puisse être établi et nous souhaitons que cela soit fait le plus rapidement possible ».

Et de conclure : « Nous sommes évidemment là pour soutenir le processus centrafricain. La France est au côté de la Centrafrique dans la période actuelle comme elle l'a été au cours des derniers mois ».

PROBLEME

Des propos un peu hors sol de Mme Legal, semblant ignorer totalement l'incapacité du gouvernement actuel en Centrafrique de maîtriser les événements, surtout en province.
S'il faille parler de chronogramme, ce serait plutôt d'aller le requérir auprès des bandes rebelles armées qui continuent de donner le tempo.

A partir de là, difficile d'imaginer, à part vivre sur la lune, de penser que le gouvernement centrafricain serait en mesure de proposer un quelconque chronogramme d'éventuelles élections.

Quant au dit dialogue national dans tout le pays, encore faille-t'il que la présidente centrafricaine daigne y mettre les pieds.

Enfin, irréalisme et mise de la charrue avant les bœufs, comment bâtir un chronogramme électoral, sans aucune idée des moyens susceptibles de le financer ?
Car sur ce point, Madame Legal a cultivé un flou artistique.

© Octobre 2014 LA NOUVELLE CENTRAFRIQUE


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements