Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Centre international de conférence de Kintélé : un joyau architectural pour l’embellie économique du Congo


Alwihda Info | Par Arcy Ouenabio - 20 Juin 2017 modifié le 20 Juin 2017 - 20:54

La mise en valeur du centre international de conférence de Kintélé ne manquera pas de participer à l’embellie économique du Congo. C’est en ces termes que s’est exprimé le ministre de l’aménagement du territoire et des grands travaux, Jean Jacques Bouya, à l’occasion de l’inauguration du centre international de conférence de Kintélé ,à plus de 20 km de Brazzaville nord, par le président, Denis Sassou N’Guesso, en présence du premier-vice ministre turc, Newman Kurtulmus, ce 20 juin 2017 sous un temps doux arrosé par la brise du majestueux fleuve Congo.


Le centre international de conférence de Kintélé
Le centre international de conférence de Kintélé
Après plus d’un siècle d’existence, la ville de Brazzaville s’agrandit de manière exponentielle avec un pic sur le plan physique et démographique. Pour être en conformité réelle avec cette évolution, la ville capitale ne doit pas rester en vase clos. La construction du centre international de conférence de Kintélé répond à cette exigence pour que Brazza la belle, comme on l’appelle affectueusement, garde toujours ses lettres de noblesses et sa belle robe

Comme l’a signifié, le ministre de l’aménagement du territoire et des grands travaux, le centre international de conférence, qui égaie les populations de Brazzaville à Ignié, des confins du Pool à l’île Mbamou, est « un complexe intégré comme l’est aussi son voisin de droite, le complexe sportif la concorde de Kintélé. »

Loin d’être une infrastructure de trop, comme certains détracteurs le pensent, ce centre est appelé à « participer à l’embellie économique du pays », a renchéri, le ministre Bouya, qui n’a pas manquer de préciser « Avec son ouverture officielle, le centre pourrait capter les flux des plus grands événements au niveau national, régional, continental et même international et, faire de Kintélé, une nouvelle destination. »

Le maître d’ouvrage délégué demeure conscient que la mise en valeur de ce centre, eu égard aux atouts inestimables en terme d’attrait des touristes, ne manquera pas de « participer à la diversification économique de l’économie souhaitée. » Allusion est ici faite à la consommation des services qui s’y développera, dans et autour de ce complexe, qui est aussi « source de devises » sans oublier la création d’emploi, qui, à son tour, va booster la micro finance afin de « contribuer à l’amélioration des agrégats macro-économiques du pays. »

Le représentant du gouvernement congolais n’a pas oublié d’indiquer que ce centre « participera à donner un nouveau souffle à cette nouvelle commune de Kintélé où les contacts entre les hommes deviendront une réalité quotidienne. »

Un appel à la prise de conscience

Depuis, la date du 25 octobre 2015 instituant le renouveau institutionnel au Congo avec l’avènement d’une nouvelle République, certains congolais s’illustrent par des comportements déviants en s’acharnant avec la dernière énergie sur les édifices publics construits grâce à des lourds investissements pour se faire justice. A l’approche des élections législatives couplées des locales, le gouvernement congolais appelle au respect du principe de base de la démocratie axé sur « la probité, la hiérarchisation des responsabilités, mais surtout à la citoyenneté. »

Se référant sur la dialectique de la démocratie ayant pour soubassement la raison, et l’objectivité puis l’abnégation et l’humanisme, le ministre en charge des grands travaux martèle sur l’aliénation des valeurs qui, selon lui, favorise "sadiquement la destruction des biens publics et privés."

Pour s’en convaincre, il suffit de faire un tour au complexe sportif « La concorde de Kintélé », voisin de gauche du centre international de conférence, qui fait l’objet d’un pillage systématique de la part de certains citoyens mal intentionnés et de la deuxième sortie nord de Brazzaville desservant Kintélé et ses environs qui se délabrent de jour en jour suite à l’incivisme de certains chauffeurs et citoyens, pour clouer au pilori les actions des pouvoirs publics.

Pour le gouvernement, cette animosité qui refait parler d’elle, surtout dans le département du Pool, bastion du terrorisme aveugle, est en « totale méconnaissance des valeurs fondatrices de la République. » D’où l’appel à la prise de conscience lancé à l’endroit des filles et fils de ce département pour dire « Non » à la violence sur toutes ces formes , car rappelle-t-il , dans une République qui se veut fraternelle, c’est « l’harmonie des valeurs qui est l’abscisse, alors que l’ensemble des différences en constitue l’ordonnée. »

Cet appel à la raison du gouvernement congolais a suscité de vives réactions de la part de la part des populations de Kintélé. Tout en remerciant le président de la République pour la réalisation de sa promesse datant de 2007, le chef de village de Kintélé, se réjouit de la construction de ce centre. Il pense que, celui-ci permettra à la population de Kintélé de s’ouvrir à d’autres peuples du continent et du monde. « Avoir assisté à des grandes conférences, c’est une chose impensable, il ya de cela cinq ans… ce que je souhaiterais est que ce bijou soit entretenu à bon escient. Le président de la République a fait, c’est à nous population de prendre le relais. », a conclu Evariste Ekapi.

A noter que, le centre international de conférence de Kintélé est le fruit de la coopération Congo-Turque au coût de 134 milliards 471 millions de FCFA. Les travaux qui ont duré 12 mois ont été exécutés par la société Summa Internationale. La construction de ce centre est la première phase d’un grand projet comprenant la cité gouvernementale au cœur de Brazzaville, en regard du palais du parlement en construction.