Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Cherté de vie : La CLTT tape sur la table


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 15 Novembre 2010 modifié le 14 Novembre 2010 - 10:13



Cherté de vie : La CLTT tape sur la table

Doumtoïngar (Alwihda)

« Résoudre la cherté de vie nécessite un suivi et des actions à l’encontre des commerçants véreux et sataniques » M. Ben Saïd.

Le secrétaire général de la Confédération Libre des Travailleurs du Tchad (CLTT), M Ben Saïd Brahim fait un point de presse relatif à la cherté de vie, situation dramatique dans laquelle vivent les travailleurs et les travailleuses.

Même si la CLTT salue la déclaration du chef l’Etat lors de sa rencontre du 20 octobre dernier avec les opérateurs économiques c’est l’exécution dans les faits qui importe souligne le SG. « La population souffre nous ne pouvons plus attendre », précise monsieur Ben Saïd Brahim. S’ajoute à cela un ras le bol à l’endroit des commerçants en ce qui concerne le prix à payer par les consommateurs pour leur survie quotidienne renchérit le 1er dirigeant de la CLTT.

La CLTT informe ses militants et rappelle une fois de plus au gouvernement que depuis le relèvement de la valeur du point d’indice à 115 consacré par le protocole d’accord le 20 juin 2007 signé avec le gouvernement suite à la grève lancée par la confédération, la valeur d’indice n’a subi aucun relèvement. Il clarifie que le point 1 de ce protocole d’accord est clair au sujet du relèvement de la valeur du point d’indice pour les années futures.

Le SG estime vis-à-vis de cette recommandation que rien n’est fait jusque là en ce qui concerne l’augmentation de salaires des fonctionnaires. Restaurer les allocations familiales au taux de 2000 FCFA par enfant et par mois rien n’est fait, a-t-il fait remarquer.

Le SG indique que la situation urge et sa confédération demande au gouvernement et au patronat d’agir promptement en prenant des urgentes afin de juguler cette cherté de vie. Ceci en vue de permettre aux travailleuses et travailleurs de mener une vie décente. « Les travailleurs du public, parapublic et du privé souffrent des effets de la vie chère », note M. Ben Saïd. De son point de vue, cette souffrance est en outre aggravée pour certains par les inondations qui ont fait de milliers de travailleurs sans abris.

A en croire le S.G de la CLTT, le gouvernement ne se préoccupe pas de l’amélioration de condition de vie des travailleurs. De poursuivre, que le gouvernement est conscient de la situation de la cherté de vie mais ne joint pas l’acte à la parole. Car pour lui, résoudre la cherté de vie nécessite un suivi et des actions à l’encontre des commerçants véreux et sataniques, martèle M. Ben Saïd.

Enfin le SG mobilise ses militants pour des actions futures.