Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cimaf-Congo: Une capacité de production annuelle de 50000 tonnes


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 4 Mars 2016 modifié le 4 Mars 2016 - 08:41

De 5000 tonnes en janvier, la production des Ciments d'Afrique au Congo passera à 50000 tonnes en décembre prochain. Telles sont les perspectives de production en 2016 de cette entreprise inaugurée, ce 3 mars 2016 par le président Denis Sassou N'Guesso.


Cimaf-Congo: Une capacité de production annuelle de 50000 tonnes
Cimaf-Congo: Une capacité de production annuelle de 50000 tonnes
Jusqu'en 2015, l'importation du ciment au Congo était justifiée, en raison de l'offre qui ne satisfaisait pas la demande.Mais à partir de 2016, la capacité de production de la Cimaf-Congo dépassera la demande.

Lancés le 23 mars 2014, les travaux de cette cimenterie ont duré près de deux ans. D’une capacité de production annuelle de 500000 tonnes, extensible à 1000000 tonnes, la cimenterie Cimaf de Hinda est un joyau qui vient s’ajouter aux différentes industries cimentières du Congo. Cette usine située à Makola est une filiale de la société marocaine Ciments d’Afrique (CIMAF). Le président directeur général (PDG) de CIMAF, Anas Sefrioui, a indiqué que la cimenterie de Hinda représentait un investissement de plus de 35 milliards de francs CFA.

«Investir dans ce pays illustre la qualité des relations séculaires qui unissent le Congo et le Royaume du Maroc», a-t-il dit, ajoutant que ce projet est une première étape de leurs investissements au Congo qui s’étendront vers d’autres secteurs.

Selon lui, CIMAF envisage de réaliser un projet en matière de logistique d’un coût de 12 milliards de francs CFA, couplé de la réhabilitation des plateformes logistiques de Brazzaville et Pointe-Noire.

Cette société marocaine prévoit également d’investir 53 milliards de francs CFA dans la réalisation d’une jonction avec le chemin de fer Congo océan (CFCO). Car, la société ambitionne de transporter toute sa matière première sur le rail.

Le PDG de CIMAF a affirmé que le projet de la cimenterie de Hinda a produit 1000 emplois directs et indirects dans sa phase de réalisation. La production de cette cimenterie qui emploi actuellement 200 agents, va favoriser la baisse du prix du ciment sur le marché national.

Le ministre d’Etat chargé du développement industriel et de la promotion du secteur privé, Isidore Mvouba, a fait savoir que CIMAF offrait au Congo une cimenterie de troisième génération. Il a également souligné la nécessité de diversifier l’économie congolaise encore dépendante du secteur pétrolier.

La cimenterie de Hinda devient la troisième du pays après celles de Loutété d’une capacité de 300000 tonnes par an et de Dolisie avec 400000 tonnes annuellement. Hormis cela, deux autres cimenteries seront mises en production dans les prochaines années, notamment celles de la Bouenza avec 1.500.000 tonnes et de Mindouli (600 tonnes).

Selon les estimations, les besoins nationaux en ciment sont actuellement chiffrés à quelques 2000 tonnes par année. Une fois toutes ces cinq usines mises en production, le Congo deviendrait un pays exportateur de ciment, a déclaré Isidore Mvouba.

A noter que, la localité de Makola dans laquelle est érigée la Cimaf-Congo fait partie de la communauté urbaine de Hinda dans le département du Kouilou à près de 30 km de Pointe-Noire. Selon la légende, ce nom évoque la pénibilité. Allez à Makola, dit-on, c'est allé à l'enfer. Mais, pour les nouvelles génération Makola est le symbole de la modernité avec cette opportunité d’être à la croisée du chemin de fer Congo océan (CFCO) et de la route nationale numéro 1 Brazzaville-Pointe-Noire dont le tronçon Dolisie-Brazzaville a été mise en service le 1er mars dernier.
 


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements