Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cimenterie de Dangoté : un pas vers l’autosuffisance en ciment au Congo


Alwihda Info | Par Claude Dinard Vimond - 14 Novembre 2017 modifié le 14 Novembre 2017 - 15:33

D’une capacité de production estimée à environ 1,5 millions de tonnes par année, la cimenterie de Dangoté se présente comme un fleuron économique, un maillon pour l’autosuffisance en ciment sur l’ensemble du territoire national. L’usine sera inaugurée le 23 novembre prochain, par le président de la République, Denis Sassou N’Guesso.


Le conglomérat nigérian, leader du ciment en Afrique, ’’Dangoté Cement’’ a mis le cap au Congo, où il s’est installé à Yamba, dans le département de la Bouenza. Preuve que le climat est propice aux affaires au Congo. L’implantation de Dangote Cement au Congo met aussi le pays au cœur de la diversification de son économie. Elle est la quatrième cimenterie en fonctionnement dans le pays, après SONOCC à Loutété, dans la Bouenza, FORSPAK, à Dolisie dans le Niari et CIMAF à Makola, dans le Kouilou. Le trouble créé dans le département du Pool par Ntumi et ses miliciens a, hélas, retardé la mise en service de la cimenterie en construction à Mindouli.

Avec toutes ces cimenteries,le Congo envisage d’atteindre une production de 3,3 millions de tonnes de ciment par an pour devenir un exportateur de ciment Afrique centrale. La sous-région représente un marché de plus de 80 millions de consommateurs. Isidore Mvouba, alors ministre du développement industriel clamait en 2014, lors de l’inauguration la cimenterie FORSPAK : « le Congo vise l’autosuffisance d’ici 2 ans… ».

Les estimations des besoins nationaux en ciments se chiffrant actuellement à quelques 2 000 000 de tonnes par an, le pari de l’autosuffisance en ciment pourrait être tenu par le gouvernement, avec la mise service de Dangote Cement Congo dont la capacité de production est estimée à 1,5 millions de tonnes par an. Grâce à ses six lignes de chargement, il sortirait de cette usine entre 24 000 et 26 000 sacs de ciment par heure. On peut s’exclamer comme le faisait Isidore Mvouba en février 2016, lors de l’inauguration de la cimenterie CIMAF : « L’autosuffisance en ciment au Congo, une réalité désormais palpable ».

Les analystes dans la filière ciment au Congo, prévoient d’ailleurs une baisse considérable du prix du ciment dans un délai relativement court. De 4 000 FCFA, aujourd’hui, la chute pourrait continuer jusqu’à 2 500 FCFA pour un sac de ciment de 50 kg. En effet, l’abondance du produit ne fera pas seulement du Congo un pays exportateur du ciment, mais favorisera aussi les consommateurs locaux qui vont l’acquérir à moindre coût.

Par ricochet, le Congo réduira ses importations des matériaux de construction, notamment du ciment. Une réduction qui est considérée comme un « cas d’école susceptible d’attirer d’autres investisseurs», déclarait Isidore Mvouba en son temps.

Dernière-née des cimenteries au Congo, implantée dans le village Mfina sur la rive droite de la rivière Niari, Dangote Cement est présente en Afrique du sud, en Ethiopie, en Zambie, au Sénégal, au Mozambique et au Cameroun, avec un investissement global de l’ordre de 19 milliards 725 millions de FFCA. Aliko Dangoté l’homme d’affaire nigérian ambitionne de porter la production annuelle de son groupe à 77 millions de tonnes de ciment d’ici la fin de l’année 2019, contre 43,6 millions de tonnes, aujourd’hui.