Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Cinq organisations sources d'inspiration récompensées par l'entreprise GSK et l'organisme Save the Children


Alwihda Info | Par Adil Abou - 16 Novembre 2013 modifié le 16 Novembre 2013 - 15:13

Cinq organisations sources d'inspiration en provenance du Mali, du Malawi, du Bangladesh, du Kenya, et de la Colombie récompensées par l'entreprise GSK et l'organisme Save the Children


  • Le prix d'une valeur d'1 million de dollars vise à encourager les innovations destinées à sauver des vies. Les gagnants ont annoncé
 
  • La première initiative rendue possible grâce à ce partenariat ambitieux mis en place entre GSK et Save the Children, dont le but est de sauver un million d'enfants
 
LONDRES, Royaume-Uni, 16 novembre 2013/ -- Un dispositif simple à faible coût qui aide les nourrissons à respirer et qui peut améliorer les chances de survie de milliers de bébés africains a reçu la récompense la plus élevée dans le cadre du premier prix « Healthcare Innovation Award  » de GSK (http://www.gsk.com) et Save the Children s'élevant à 1 million de dollars.
 
Logo GSK: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/glaxosmithkline.jpg
 
Ce kit de survie, appelé « bulle » de ventilation à pression positive continue, ou encore « bCPAP » (Continuous Positive Airway Pressure) est utilisé pour aider les bébés en situation de détresse respiratoire, souvent causée par des infections respiratoires aiguës comme la pneumonie. Le dispositif bCPAP utilise de l'air comprimé pour maintenir l'ouverture des voies respiratoires du patient, et du fait qu'il existe très peu de modèles muraux de générateurs d'air dans les hôpitaux du Malawi, la nouvelle pompe à air bCPAP fonctionne de façon autonome.  Ils sont par ailleurs conçus à partir de matières durables peu coûteuses et faciles à réparer.  Une version semblable est déjà couramment utilisée dans les pays développés dont le coût est supérieur à 6 000 $. Cette « bulle » innovante à faible coût adaptée des CPAP peut être produite pour environ 400 $.
 
L'organisation à l'origine de cette innovation qui a permis aux gagnants de recevoir 400 000 $, une partie du prix d'1 million de dollars se dénomme Friends of Sick Children (les amis des enfants malades), au Malawi – un partenariat entre le service de pédiatrie de l'hôpital central Queen Elizabeth à Blantyre, au Malawi, Rice 360° : institut spécialisé dans les technologies de santé dans le monde, aux États-Unis et la Faculté de médecine de l'Université du Malawi. Le financement provenant du Prix « Healthcare Innovation Award », ainsi que le soutien apporté par le Ministre de la Santé au Malawi, permettra de reproduire et d'élargir ce dispositif à la Tanzanie, à la Zambie et à l'Afrique du Sud.
 
Un jury d'experts issu des domaines de la santé publique et du développement, coprésidé par M. Andrew Witty, président de GSK, et Justin Forsyth, directeur général de Save the Children, a été impressionné par l'effet positif du dispositif bCPAP dans la lutte contre les décès des nourrissons, ainsi que par l'étendue du programme associé portant sur l'éducation et la formation en matière de soins aux bébés prématurés.  Le taux de mortalité infantile reste toujours inquiétant dans les pays en développement. En 2012, trois millions de bébés sont morts dans les 28 jours suivant leur naissance.
 
Le dispositif bCPAP a été choisi parmi cinq projets, dans une longue liste de 100 demandes provenant de 29 pays en développement, qui ont fait l'objet d'une sélection par le jury d'experts.
 
M. Andrew Witty, président de GSK, a déclaré : « Nous avons découvert à travers cette initiative, une mine de créativité et d'idées innovantes qui permettront de mieux répondre aux besoins des enfants en matière de santé dans les pays en développement. Je veux rendre hommage à l'ingéniosité des organisations qui ont participé à ce prix.
 
« Ces projets remarquables montrent qu'il est possible de sauver et d'améliorer un nombre considérable de vies grâce à l'innovation au niveau local. Nous espérons que ces prix aideront à « faire passer le message » sur ces innovations et encourageront d'autres organisations à en tirer parti »
 
Justin Forsyth, directeur général de Save the Children, a indiqué : « En dépit des énormes progrès accomplis dans la lutte contre la mortalité des enfants de moins de cinq ans au cours des dix dernières années, les mêmes progrès n'ont pas été constatés concernant la mortalité des nourrissons survenue au cours des 28 jours suivant leur naissance dans les pays pauvres. Il s'agit d'un un domaine qui nécessite une grande attention, c'est pourquoi il faut se féliciter que les cinq innovations lauréates de ce prix appartiennent au domaine des soins des nourrissons.  Il est encourageant de constater que des pays arrivent à trouver des solutions à leurs propres problèmes en établissant des partenariats avec d'autres pays en développement afin de reproduire et défendre de nouvelles innovations »
 
L'organisation The Friends of Sick Children (les amis des enfants malades), au Malawi et l'équipe bCPAP ont déclaré :  « Nous sommes très heureux d'être les gagnants du prix d'innovation en matière de soins de santé du partenariat bGSK-Save the Children. L'argent obtenu nous aidera à reproduire et à étendre notre programme à toute l'Afrique, nous permettant ainsi de sauver encore plus d'enfants. Recevoir une reconnaissance pour notre travail accompli et être source d'inspiration pour d'autres organisations dans le monde est pour nous un grand honneur  »
 
Voici quatre autres organisations ayant bénéficié d'une partie du financement d'1 million $  :
 
•          BRAC, au Bangladesh : a reçu une récompense d'une valeur de 300 000 $ dans le cadre du programme Manosh qui propose une offre complète de services de santé aux femmes et aux enfants des bidonvilles de Dacca
•          MUSO, au Mali : a reçu une récompense d'une valeur de 100 000 $ pour son travail sur le système communautaire conçu pour identifier plus facilement les premiers signes de la maladie chez les femmes et les enfants, avant que leurs symptômes ne deviennent plus graves.
•          Microclinic Technologies, au Kenya : a reçu une récompense d'une valeur de 100 000 $ dans le cadre d'un système de gestion mobile innovant pour la santé conçu pour améliorer la qualité des soins maternels et pédiatriques et qui permet l'accès à des données en temps réel afin d'améliorer les décisions relatives à la planification des soins de santé. 
•          Kangaroo Foundation, en Colombie (Fundacion Canguro) : a reçu une récompense d'une valeur de 100 000 $ attribué en tant que reconnaissance spéciale pour leur programme à long terme de la méthode mère kangourou, une méthode qui consiste à porter le bébé né prématurément peau contre peau avec sa maman. 
 
L'existence du partenariat entre GSK et Save the Children a pour objectif de proposer un nouveau modèle aux organismes corporatifs et caritatifs qui travaillent ensemble pour sauver la vie d'un million d'enfants.
 

 
Notes aux rédacteurs :
 
Le jury d'experts pour le prix de GSK-Save the Children « Healthcare Innovation Award » (par ordre alphabétique) :
 
•          Dr Abbas Bhuiya : directeur général par intérim au Centre international de recherche sur les maladies diarrhéiques, un Institut de recherche en santé situé à Dacca au Bangladesh
 
•          Joe Cerrell : directeur du bureau européen de la Fondation Gates et actuellement membre du conseil de la campagne ONE et de Comic Relief
 
•          Lord Nigel Crisp : membre indépendant de la Chambre des Lords, il s'occupe surtout du développement et de la coopération sanitaire au niveau international. Lord Crisp a été directeur général des services de santé nationaux (NHS) de 2000 à 2006 et il est secrétaire permanent au ministère de la Santé au Royaume-Uni
 
•          Professeur Joy Lawn : Professeur de politiques de la Santé maternelle, reproductive et infantile et Directeur du centre MARCH à l'École d'hygiène et de médecine tropicale de Londres
 
•          Professeur Alejandro Madrigal : originaire de Mexico, Professeur Madrigal est le directeur scientifique d'Anthony Nolan et Président du Groupe européen pour la transfusion sanguine et la greffe de moelle osseuse (EBMT)
 
•          Professeur Oyewale Tomori : Professeur en virologie et Président de l'Académie des sciences du Nigeria, Professeur Tomori est membre du Collège Royal des pathologistes du Royaume-Uni et conseiller en virologie pour de nombreux Comités de l'Organisation mondiale de la santé.
 
Lauréats du prix « Healthcare Innovation Award » de GSK-Save the Children :
 
Friends of Sick Children, (les amis des enfants malades) au Malawi : 400 000 $
•          Friends of Sick Children au Malawi est un partenariat entre le service de pédiatrie de l'hôpital central Queen Elizabeth de Blantyre, au Malawi, l'Institut universitaire sur le riz 360° : l'Institut spécialisé dans les Technologies de santé dans le monde et la Faculté de médecine de l'Université du Malaw.
 
•          Leur dispositif bCPAP à « bulle » servant de ventilation à pression positive continue est une adaptation à faible coût d'un dispositif testé pour aider les nourrissons souffrant de détresse respiratoire, spécialement destiné aux régions à faibles ressources
 
•          Cette adaptation économique des appareils de bCPAP traditionnels peut être produite pour environ 400 $ –15 fois moins cher que le coût moyen des dispositifs actuels utilisés dans les pays développés
 
•          Les bCPAP sont actuellement en cours d'installation dans des unités néonatales du Malawi en partenariat avec le Ministère de la Santé. L'argent du prix sera utilisé pour soutenir l'expansion de cette technologie à faible coût et pour étendre les programmes de formation associés à la Tanzanie, à la Zambie et en Afrique de Sud.
 
•          Cette initiative permettrait d'empêcher 178 000 décès néonatals chaque année sur le continent africain, où près d'un million de bébés meurent chaque année une semaine après la naissance.
 
•          Le projet a été récompensé pour son ensemble de services de traitement pouvant être répliqué, de haute qualité et abordable qui a pour objectif la nécessité vitale de réduire le taux de mortalité infantile et le nombre d'accouchements prématurés, en passant par l'amélioration de l'apprentissage et des connaissances
 
 
BRAC au Bangladesh : 300 000 $.
•          Le programme Manosh de BRAC propose une offre complète de services de santé aux femmes et aux enfants des bidonvilles de Dacca et comprend 3 grands domaines d'innovation :
 
-          Des centres d'accouchement sûrs et propres dans les bidonvilles, permettant aux femmes d'accoucher près de chez elles, où elles seront accompagnées d'une sage-femme qualifiée qui saura identifier rapidement les éventuelles complications
-          L'accès aux soins médicaux d'urgence : en partenariat avec la BRAC, les établissements sanitaires et le personnel de santé local veillent à ce que les personnes nécessitant une aide médicale d'urgence, mais qui ne pourrait pas en supporter les coûts, aient accès à de tels services. Ils sont exemptés de frais médicaux et de coûts de transport.
-          Recueil de données numériques : le personnel de santé effectuant les visites à domicile dispose d'un téléphone portable équipé d'un logiciel sur lequel il peut enregistrer facilement et rapidement les renseignements vitaux du patient. En plus de créer un modèle d'alerte et d'évaluation automatique des risques permettant le suivi du patient, les informations sont automatiquement envoyées au superviseur compétent qui les examinera et qui procèdera aux observations pertinentes.
 
•          L'argent du prix sera utilisé pour diriger le programme dans les bidonvilles de Freetown, en Sierra Leone.
 
•          Ce projet a été récompensé pour sa viabilité et son impact avérés et pour sa capacité à améliorer les conditions de santé dans les populations urbaines croissantes. Il a été reconnu comme le meilleur programme d'intervention global et c'est un bon exemple d'innovation à succès « sud-sud »
 
MUSO, au Mali : 100 000 $
•          MUSO a mis au point un système conçu pour identifier plus facilement les premiers signes de la maladie chez les femmes et les enfants, avant que leurs symptômes ne deviennent plus graves.  Ce système comprend 5 composantes clés :
 
-          Des visites chez les patients menées par des travailleurs de santé communautaires afin d'identifier les femmes et les enfants nécessitant des soins de santé et les traiter de manière pro-active
-          Des activités de plaidoyer visant à inciter les partenaires ministériels à supprimer les frais de santé, un obstacle majeur à l'accès aux soins
-          Le renforcement des capacités des centres de santé à travers la fourniture d'équipements et de formations
-          La mobilisation des communautés et la formation de leaders locaux, ce qui permettra d'identifier les personnes à traiter, et d'assurer un réseau de référence rapide entre chaque visite des travailleurs de santé
-          L'élargissement des programmes en matière d'éducation, d'organisation communautaire et de micro-enterprise afin d'équiper et offrir des compétences à long terme aux communautés
 
•          L'argent obtenu par le prix servira à la création d'un Centre d'Excellence destiné à promouvoir la reproduction de ces modèles dans toute la région
 
•          Le projet a été récompensé pour son implication au niveau communautaire et son impact démontré dans une région difficile d'accès
 
Technologies micro-dispensaires, au Kenya - 100 000 $
•          « ZiDi » est un système de gestion mobile pour la santé conçu pour améliorer la qualité des soins maternels et pédiatriques et qui permet l'accès à des données en temps réel afin d'améliorer les décisions relatives à la planification des soins de santé.  Ce système enregistre tous les médicaments consommés et le matériel utilisé; il permet de prévoir la demande et automatise les commandes des principaux médicaments ainsi que les fournitures essentielles des fournisseurs, notamment, des autorités d'approvisionnement en fournitures médicales du Kenya (Kenya Medical Supply Authority (KEMSA)).  La finalité de ce système est d'empêcher les pertes et de protéger les consommateurs de la contrefaçon de médicaments.
 
•          ZiDi™ a fait l'objet d'essais pilotes satisfaisants à Kisumu County, au Kenya et a été choisi par le Ministère de la Santé pour être mis en place dans 5 000 centres de santé au Kenya, dès 2014.
 
•          ZiDi™ a été récompensé pour son approche innovante et audacieuse en matière de santé qui devrait améliorer l'efficacité et la prise de décisions concernant les centres de santé situés tout au bas de la pyramide.
 
•          L'argent obtenu par ce prix servira au renforcement du système sanitaire grâce à l'amélioration et l'élargissement des infrastructures sanitaires. 
 
La Fondation Kangourou (Fundacion Canguro), en Colombie – 100 000 $
•          La méthode mère kangourou (MK) est une méthode simple qui consiste à porter le nourrisson né prématurément peau contre peau avec sa maman. Tenant le rôle de couveuses humaines, les mères sont capables de répondre au besoin de chaleur de leurs bébés et régulariser leur rythme cardiaque.
 
•          Ayant obtenu une reconnaissance particulière pour le rôle de l'organisation dans la recherche, le développement et la promotion de la méthode mère kangourou, ce modèle a fait ses preuves et a eu des répercussions positives sur la réduction du taux de mortalité chez les prématurés et les nouveau-nés de faible poids, et il peut être facilement reproduit.
 
 
À propos de GSK :
GSK (http://www.gsk.com), un géant mondial de la recherche pharmaceutique et de la fabrication de produits de soins de santé, s'est engagée à améliorer la qualité de la vie en aidant chacun à être plus actif, à se sentir mieux et à vivre plus longtemps.  Pour tout complément d'information, rendez-vous à l'adresse : www.gsk.com
 
À propos de Save the Children :
Save the Children est présent dans plus de 120 pays. Nous nous battons pour la survie des enfants et pour leurs droits. Nous les aidons à exploiter leur potentiel. www.savethechildren.org.uk   
 
À propos du partenariat entre GSK et Save the Children
GSK et Save the Children ont mis en place un ambitieux partenariat stratégique à long terme dans lequel ils associent leur savoir-faire, leurs ressources et leur influence dans le but d'aider à sauver la vie d'un million d'enfants. Ce nouveau partenariat est à la fois ambitieux et innovant et il va bien au-delà du modèle traditionnel de l'organisme caritatif. Le partenariat s'intéressera à de nombreux domaines de l'entreprise GSK, en faisant appel notamment à son potentiel R&D pour sauver la vie d'enfants. Le partenariat entre GSK et Save the Children portera sur les points suivants :
•          Disposer d'un plus grand nombre de médicaments adaptés aux enfants afin de réduire la mortalité infantile et les décès des nourrissons
 
•          Élargir la couverture vaccinale afin de réduire la mortalité infantile dans les communautés les plus difficiles d'accès
 
•          Chercher de nouveaux produits abordables et nutritifs qui permettront de répondre aux besoins des enfants et de combattre la malnutrition
 
•          Accroître les investissements concernant la formation, la portée et l'envergure du personnel de santé dans les communautés les plus pauvres afin d'aider à réduire la mortalité infantile.
 
http:// www.gsk.com/partnerships/save-the-children-partnership
 
À propos du Healthcare Innovation Award (prix pour l'innovation en soins de santé)
Le prix GSK et Save the Children d'une valeur d'1 million de dollars récompensant l'innovation en matière de santé a été mis en place avec l'objectif d'identifier et de récompenser les innovations dans le domaine de la santé qui se sont avérées efficaces pour la réduction de la mortalité infantile dans les pays en développement.
 
Les organisations provenant de tous les pays en développement ont été invitées à citer des exemples de solutions novatrices en matière de santé qu'elles ont découvertes ou mises en place. La condition était que ces solutions devaient avoir permis  d'améliorer très sensiblement le taux de survie des enfants de moins de cinq ans, elles devaient être durables et devaient pouvoir être étendues et reproduites.
 
 
Demandes GSK :                              
Contacts auprès des médias au Royaume-Uni :      
David Mawdsley        +44 (0) 20 8047 5502 (Londres)
Simon Steel    +44 (0) 20 8047 5502 (Londres)
David Daley   +44 (0) 20 8047 5502 (Londres)
Catherine Hartley      +44 (0) 20 8047 5502 (Londres)
                                  
Contacts auprès des médias aux États-Unis :          
Stephen Rea   +1 215 751 4394        (Philadelphie)
Melinda Stubbee        +1 919 483 2510        (Caroline du Nord)
Mary Anne Rhyne      +1 919 483 0492        (Caroline du Nord)
Sarah Alspach            +1 202 715 1048        (Washington, DC)
Jennifer Armstrong    +1 215 751 5664        (Philadelphie)
                                   
Contacts auprès des analystes/investisseurs :         
Sally Jackson +44 20 8047 5543      (Londres)
Kirsty Collins (SRI & CG)    +44 20 8047 5534      (Londres)
Tom Curry      + 1 215 751 5419       (Philadelphie)
Gary Davies   + 44 (0) 20 8047 5503           (Londres)
James Dodwell           + 44 (0) 20 8047 2406           (Londres)
Jeff McLaughlin        + 1 215 751 7002       (Philadelphie)
Ziba Shamsi   + 44 (0) 20 8047 3289           (Londres)
Lucy Singah   +44 (0) 20 8047 2248 (Londres)
 


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements