Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Climat des affaires en Afrique centrale : Conférence de validation à Yaoundé


Alwihda Info | Par Sylvestre TETCHIADA - 7 Décembre 2014 modifié le 7 Décembre 2014 - 16:53

La CEEAC doit affûter ses armes pour devenir compétitive sur le marché mondial en présentant des entreprises prêtes à toute concurrence en cette période de la mondialisation.


Climat des affaires en Afrique centrale : Conférence de validation à Yaoundé
Bruxelles, 05 décembre 2014 (BizClim) - Le Secrétariat Général de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC) et la Facilité Climat des Affaires ACP (BizClim) organisent le 11 et 12 décembre 2014, à Yaoundé (Cameroun), une conférence de haut niveau. Il s’agira pour la plateforme, de valider les propositions et suggestions émises récemment par un panel d’experts, en vue de la facilitation des affaires en Afrique centrale.

Subséquent à l’étude diagnostique précédemment menée dans la région et adoubée par la réunion de sensibilisation qui en a découlée et qui s’est tenue à Douala le mois dernier, la conférence de Yaoundé entend conforter les différentes stratégies proposées par les experts pour stimuler les activités entrepreneuriales et les investissements dans l'espace CEEAC. Puis, il s’agira pour eux de corroborer une palette de mesures susceptibles de favoriser le développement d’un secteur privé dynamique et compétitif, au service de la croissance économique des pays de la CEEAC.

Ce panel, constitué de hauts représentants des gouvernements et des administrations publiques des pays de la région, de la délégation de la Commission Européenne au Cameroun, des organisations patronales régionales et des représentants du secteur privé auxquels se sont joints des représentants des investisseurs internationaux, avait identifié plusieurs objectifs prioritaires nécessaires pour faciliter les affaires dans la sous-région.

Parmi des mesures à examiner : l’impact de la réglementation, des procédures et de la gouvernance administrative sur le développement du secteur privé et l'investissement dans les pays de la CEEAC; les meilleures pratiques au niveau régional et international en matière de facilitation des activités entrepreneuriales et de l'investissement; les évolutions prévues dans les normes de l'OHADA pour favoriser la création d'entreprises; les nouvelles approches fondées sur des principes d'administration moderne pour encourager la formalisation des petites entreprises ou le respect des obligations fiscales et l'accès à la protection sociale, etc.

Faciliter la transformation économique dans l’espace la CEEAC

La CEEAC et BizClim mettent l’accent sur la mise en place d’un cadre propice aux investissements en encourageant, développant et travaillant avec des coalitions pour la réforme du climat des investissements et la promotion du dialogue entre la communauté des affaires et les gouvernements. L’assainissement du climat des investissements et l’appui aux

efforts des gouvernements visant à mettre en place un cadre juridique, réglementaire et administratif qui incite les entreprises à investir, à se développer et à créer des emplois à tous les niveaux, estiment-elles, permettront d’améliorer l’image de l’Afrique centrale en tant que destination pour des investissements, à travers des efforts concertés.

Ces deux institutions soutiennent la conception et la mise en œuvre des programmes retenus dans des domaines ayant été identifiés comme entraves majeures à la mise en place d’un cadre favorable. Il s’agit des droits de propriété, des taxes et droits de douane, des infrastructures, de la concurrence, des conditions de création des entreprises et de la bureaucratie, des marchés financiers, du marché du travail, de la corruption et des activités criminelles.

Elles soutiennent aussi les révisions et réformes législatives, le renforcement des capacités des institutions-clés telles que les bureaux d’enregistrement des titres de propriété, les registres commerciaux et les tribunaux de commerce, la promotion du dialogue entre le secteur public et le secteur privé, la recherche économique et sectorielle dans les domaines prioritaires ainsi que les activités médiatiques visant à améliorer l’image de la CEEAC comme destination recommandée pour des activités économiques et pour les investissements directs étrangers.

En dépit de plusieurs séries de réformes, les économies des Etats de la CEEAC ont été incapables de créer suffisamment d'emplois à cause de plusieurs problèmes connexes tels le manque d'ouverture suffisant au commerce extérieur, qui aurait peut-être créé plus d'emplois que la seule production pour le marché sous-régional ; l’absence des infrastructures nécessaires pour soutenir une économie dynamique.

Pour réaliser une croissance généralisée et durable, , les pays de la CEEAC doivent privilégier l'investissement privé plutôt que public, et abandonner progressivement les secteurs protégés et la recherche de rente au profit d'une croissance tirée par les exportations et de la création de valeur. C'est là que se trouveront les emplois.

D’où la mise sur pied de leur Programme régional de facilitation des affaires eu égard à la complexité et la lourdeur des réglementations qui freinent la création d'emplois et la croissance dans la région. Le mois dernier, le Groupe de la Banque mondiale a publié son rapport Doing Business 2015, un rapport qui évalue la facilité de faire des affaires dans 189 pays du monde. Comme l’année dernière, les pays de l’Afrique centrale sont les mal-classés sur le plan de la facilité de réaliser des affaires.

Pour de plus amples informations, consulter le site web http://www.ceeac-climatdesaffaires.org (Fin/ST/BizClim/Déc. 2014).


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements