Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Congo : 200km de voiries urbaines générés par la municipalisation accélérée en dix ans


Alwihda Info | Par Jonas Mvouanzi - 7 Mai 2014 modifié le 7 Mai 2014 - 15:02

La célébration des festivités marquant le 54ème anniversaire de l’indépendance nationale coïncide cette année avec les dix ans du programme de la municipalisation accélérée. Le bilan esquissé par le ministre de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux, Jean Jacques Bouya, ce 5 mai 2014 à Sibiti, fait état plusieurs réalisations avec pour point d’ancrage 200km de voiries urbaines.


Par Jonas Mvouanzi

Le président Denis Sassou N’Guesso n’a pas dérogé à la règle cette année. A l’instar d’Ewo en 2011, Kinkala 2012 et Djambala 2013, il a encore choisi le mois de mai pour le lancement des travaux de la municipalisation accélérée de Sibiti, dans le département de la Lékoumou. C’est sous un soleil agrémenté à la fois par un vent paisible et une pluie fine que les notables de cette contrée et la population de la Lékoumou ont palpé cette réalité du doigt
.
Au-delà des soubresauts et écueils, ce programme de modernisation et d’industrialisation des grandes cités urbaines a déjoué tous les pronostics, comme l’a déclaré Jean jacques Bouya d’entrée de jeu. Les résultats parlent d’eux-mêmes. Sur le plan des infrastructures routières, un actif de 200Km de voiries urbaines a pu être généré, soit 20 km en moyenne annuelle. A Sibiti, il est prévu 27,7km pour l’aménagement et le bitumage des voiries urbaines, a indiqué le ministre de l’aménagement du territoire.

Les autres réalisations générées par ce programme en dix ans portent, à en croire l’orateur, sur la construction sur 746km de ligne de basse tension, 673 km de ligne de moyenne tension, 349 postes de transformations, 320 km de réseaux d’eaux . A cela s’ajoute 42 hôtels de préfectures, sous- préfectures et de villes, et environ 35 autres bâtiments publics et 13 usines d’eau potables. Bilan somme toute positif, mais nécessitant de nombreux sacrifice. Car, a relevé le ministre aux grands travaux, il a fallu du volontarisme publique pour arriver à bout à un mode urbain devenu désuet.

Devant ce que le ministre a appelé la passion de bâtir et de sortir sous terre des œuvres qui défient l’existence, le programme de municipalisation accélérée a permis de tourner la page du dénuement des services et des infrastructures. « Les 10 ans de municipalisation sont dignes d’être commémorées en aout prochain…Un événement à graver en marbre et marquer d’une méga-exposition sur les réalités de ce programme », a conclu Jean Jacques Bouya.

A noter que, la municipalisation de la Lékoumou qui consacre le dixième anniversaire de ce programme lancé en 2004 par le président Sassou N’Guesso a un cout prévisionnel de 450 milliards financés sur fonds propres par le gouvernement congolais. Après avoir été organisé de façon tournante sur l’ensemble des départements, ce programme se cloturera dans les départements de la Bouenza en 2015 et la Sangha en 2016.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements