Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Congo Brazzaville : 15 nouveaux ministres sur 38 dans le 1er gouvernement de la Nouvelle République


Alwihda Info | Par Arcy Ouenabio - 2 Mai 2016 modifié le 2 Mai 2016 - 19:48

Sept jours après la nomination du premier ministre de la Nouvelle République, Clément Mouamba, le ministre d’Etat, Directeur de cabinet du chef de l’Etat, Firmin Ayessa, a rendu public, le 30 avril 2016, les 38 membres du gouvernement. De nombreux inconnus de la scène politique nationale parmi les rentrants et le départ de ceux qui ont été considérés jusqu’à une certaine époque comme des caciques du parti au pouvoir.


Destinée Doukaga, l'une des plus jeunes ministres du 1er gouvernement de la Nouvelle République
Destinée Doukaga, l'une des plus jeunes ministres du 1er gouvernement de la Nouvelle République
Le 1er gouvernement de la Nouvelle République dans sa configuration est très hétérogène. Une place importante a été accordée à la nouvelle génération. Ce qui marque notamment la rupture avec les gouvernements précédents où il était beaucoup plus question de réaménagement technique. 15 nouvelles figures sur 38, avec trois ministres d’Etat, il fallait s’y attendre car les congolais, dans toute leur majorité, avait besoin d’un sang nouveau et Denis Sassou N’Guesso n’a pas dérogé à la règle.

Avec le grand retour d’Alain Akoualat Atipault en charge des zones économiques spéciales, les nouvelles figures, dans leur majorité, sont inconnues de la scène politique nationale. C’est le cas de Calixte Ganongo qui occupe désormais le poste des finances, du budget et du portefeuille public. L’autre inconnue du grand public, c’est Ingrid Olga Ebouka Babakas nommée ministre du plan, de la statistique et de l’intégration régionale. Les autres nouvelles figures comme Ange Aimé Bininga en charge de la fonction publique et de la reforme de l’Etat ; Jacqueline Lydia Mikolo chef de département de la santé et de la population ; Léonidas Carel Motton nommé à la culture et aux arts et Antoinette Dinga Djondo en charge des affaires sociales complètent cette liste.

Les autres ministres entrants,pour leur part, sont connus pour leur militantisme et leur activisme avérés dans certains groupements politiques de la majorité au pouvoir. On peut citer notamment les cas de Léon Juste Ibombo désormais ministre des postes et télécommunications, mais très actif au sein du M2NR une plateforme associative de la majorité au pouvoir ; Arlette soudant Nonault est très bien connue dans le milieu politique congolais car occupant le poste de porte parole au sein du PCT, parti au pouvoir. La même remarque est valable pour Ines Bertille Nefer Ingani, très engagée au sein de la DNR et nommée ministre de la promotion de la femme et de Destinée Doukaga, en charge de la jeunesse, très active dans l’équipe de campagne de Denis Sassou N’Guesso.

Ce 1er gouvernement est également marqué par le départ de ceux qu’on considérait à une certaine époque comme des caciques du parti au pouvoir. Il s’agit des anciens ministres d’Etat comme Isidore Mvoula en charge du développement industriel remplacé par l’ancien argentier par Gilbert Ondongo, de Florent Tsiba occupant le portefeuille de la sécurité sociale remplacé par Emile Ouosso anciennement ministre de l’équipement, du garde des sceaux Aimé Emmanuel Yoka remplacé par Pierre Mabiala, en charge récemment des affaires foncières et du domaine public et de Rodolphe Adada en charge des transports et de l’aviation civile remplacé par Gibert Mokoki, occupant le poste de la fonction public et de la reforme de l’Etat.

A noter que, Nicéphore Antoine Thomas Fila Saint Eudes, membre de l’opposition républicaine fait aussi partie du 1er gouvernement de la Nouvelle République. Il a été nommé au poste de ministre de l’enseignement technique et professionnel. Aussi, Rosalie Matondo, en charge du Pronar (projet national d’affrorestation) a été hissée au poste ministre de l’économie forestière, du développement durable et de l’économie. Par ailleurs, la communication, l’enseignement primaire et secondaire, le commerce extérieur, les petites et moyennes entreprises n’ont pas changé de locataires.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements