Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Congo Brazzaville : La population de Dolisie déterminée à soutenir la nouvelle république


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 6 Juillet 2015 modifié le 6 Juillet 2015 - 20:26

La ville de Dolisie dans le département du Niari a vibré le 04 juillet dernier au rythme de la Dynamique pour la nouvelle République. Cette plate forme des associations de la société civile et des partis politiques parrainée par Denis Christel Sassou N’Guesso a organisé la 3ème ville du Congo, un méga meeting populaire qui a mobilisé une immense foule enthousiaste. A l’occasion, les populations de Dolisie ont exprimé leur adhésion à l’idée de l’avènement d’une nouvelle République, à travers une nouvelle constitution.


Il était environ douze heures, quand la façade principale de l’hôpital de Dolisie avait déjà été prise d’assaut par de nombreuses filles et fils de Dolisie et de ses environs qui tenaient à vivre de leurs yeux et entendre de leurs oreilles, le message de la Dynamique pour la nouvelle République. L’ambiance est carnavalesque.

Quelques minutes plus tard, le parrain de la Dynamique pour la nouvelle République rejoint l’immense foule qui explose de joie, avant les jeunes ne livrent le premier message du meeting. Ils ont été suivis par les femmes, les peuples autochtones du Niari et la communauté étrangère qui n’a pas manqué de donner de la voix pour exprimer les attentes qu’elle place en une nouvelle République au Congo.

Les différentes déclarations faites au cours de ce grand meeting ont toutes convergé essentiellement vers un objectif, à savoir l’avènement de la Nouvelle République. S’engageant à soutenir la démarche pour une nouvelle constitution en passant par le dialogue, elles ont prôné le dialogue comme gage de cette nouvelle République, dans laquelle toutes les couches de la société, notamment les femmes et les jeunes, seront prises en compte. Aussi, ont-elles invité au ressaisissement, les jeunes de Dolisie, en particulier et du Congo, en général, encore hésitant ou refusant de comprendre le bien fondé du dialogue.

Au terme de leurs déclarations, les différents intervenants ont demandé à Denis Christel Sassou N’Guesso de relayer leur engagement auprès du président de la République.

A cet appel pressant, Denis Christel Sassou N’Guesso a donné la preuve d’une oreille attentive. «Je vous ai écoutés, vous avez laissé parler vos cœurs. J’ai entendu votre voix, écho du pays réel et du pays profond ; cette voix claire, forte, convaincue et convaincante portera loin. A l’opposition systématique vous avez préféré la proposition, au reflexe de démolition vous avez préféré l’attitude constructive, au rejet catégorique des initiatives des autres, vous avez préféré le courage d’explorer des alternatives à l’innovation », a-t-il répondu, tout en assurant ses compatriotes de transmettre fidèlement leurs messages et doléances au président de la République.

Après avoir félicités les intervenants pour la qualité de leurs interventions et pour leur contribution au débat national de l’heure, il s’est dit «très impressionné par leur enthousiasme, par leur ferveur patriotique, par leur compréhension aigue des enjeux, et surtout par la sincérité de leur engagement pour cette Nouvelle République que nous appelons tous de nos vœux ». Pour lui, les Associations ont un rôle éminent dans l’apprentissage et l’affermissement de la Démocratie, ainsi que dans l’approfondissement de l’éducation citoyenne.

Il a justifié la mise en place de la Nouvelle République et en a dessiné les contours en comparant la République et ses institutions, aux êtres vivants qui doivent évoluer à l’instar de leur environnement en perpétuelle mutation. Il s’agit de la loi la nature, la loi de l’existence, à laquelle il faut s’adapter faut s’adapter si l’on ne veut pas périr, a-t-il martelé, avant d’ajouter il faut rajeunir, la République sinon, elle risque de se scléroser…

Denis Christel Sassou N’Guesso a sous tendu son raisonnement par une série de questions dont la réponse se résume effectivement à la nécessité d’une Nouvelle République, d'une nouvelle Constitution. Ainsi, pour lui, le nouveau texte fondamental devrait aborder les questions du genre : comment donner une place plus importante aux femmes au sein des organes de décision de notre pays ? Par quels mécanismes peut-on renforcer le contrôle de l’action gouvernementale par le Parlement et les organes judiciaires ? Comment redonner plus de force à nos valeurs africaines traditionnelles qui ont tendance à se perdre à l’instar de la solidarité, l’entraide, l’unité familiale ou le respect dû par les plus jeunes à leurs aînés ? Faut-il créer et inscrire dans la constitution le statut des anciens Chefs d’Etat ? Fait-il introduire un pourcentage minimum de représentation féminine au sein des deux Chambres du parlement ?

Pour conclure, Denis Christel Sassou Nguesso a rassuré toute la population de Dolisie, en particulier et celle du Congo, en général que « notre Dynamique est lancée et rien ne l’arrêtera. Je vous invite non seulement à être les chantres de la Nouvelles République, mais aussi à en faire la pédagogie auprès de nos compatriotes : allez vers eux, parlez-leur, expliquez leur, suscitez leur adhésion massive».

Les associations de la ville de Dolisie qui ont, par le biais de ce meeting, emboîté le pas à celle de Pointe-Noire, tenaient, par ailleurs à exprimer de vive voix leur adhésion au dialogue, à nos valeurs culturelles intrinsèques de partage et au désir de vivre ensemble.






 



Dans la même rubrique :
< >

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements