Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Congo/Infrastructures : la route Okoyo-frontière Gabon ouverte officiellement à la circulation


Alwihda Info | Par Jonas Mvouanzi - 16 Décembre 2014 modifié le 16 Décembre 2014 - 07:01

L’intégration sous régionale se renforce chaque jour davantage dans la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC). La preuve vient d’être donnée, ce 15 décembre 2014, par le président Congolais Denis Sassou N’Guesso en inaugurant la route 0koyo-frontière Gabon, longue de 90 km.


Congo/Infrastructures : la route Okoyo-frontière Gabon ouverte officiellement à la circulation

Paysages à perte de vue, terrain peu accidenté, réseau hydrographique moins dense…la zone
traversée par la route 0koyo-frontière Gabon est favorable ce qui a permis à l’entreprise chinoise China Machiney Equipment Corporation( CMEC) à tenir à tout prix le délais de 36 mois de travaux.

Financé dans le cadre de l’accord-cadre de coopération économique et commercial entre le Congo et la Chine, cette route qui constitue l’un des maillons do corridor 22 de l’axe Libreville-Bangui a couté 46 milliards 879 mille 424 Francs CFA hors taxe. Le contrôle de qualité réalisé a été évalué, pour sa part, à un milliards 644 millions 118 mille 806 Francs CFA hors taxe.

Selon le ministre à la présidence de la République chargé de l’Aménagement du Territoire et de la Délégation Générale aux Grands Travaux, Jean Jacques Bouya, le profil en travers de la route est une chaussée plus deux accotements de 7 mètres plus un accotement de 1 mètre en rase campagne et de 9 mètres, plus un trottoir de 1 mètre en zone urbaine.

S’agissant de la structure de la chaussée, a indiqué le ministre congolais, elle est composée de 30 centimètres de sable limoneux jaune, 20 centimètres de couche de base en tout-venant de concassage et 5centimètres de béton bitumeux. Tous ces travaux ont été réalisés par une main d’œuvre de 766 agents déployée par le CMEC et 25 par Fichtner Water and transportation, entreprise en charge du contrôle de qualité, a relevé Jean Jacques Bouya.

D’un intérêt économique indéniable, la route 0koyo-frontière Gabon, a-t-il poursuivi, permettra de déclencher la micro-économie de services et suscitera des appétits commerciaux avant d’accroitre des flux d’échanges entre le Congo et le Gabon par le biais de l’interaction spatiale.

Avec cette route, des mutations sont attendues. Jean Jacques Bouya a parlé du bouleversement positif, d’ici peu, de l’organisation et des dynamiques des territoires tout en soulignant par la même occasion que les zones qu’elle traverse « cesseront d’être des espaces oubliée » mais se traduiront en « zones de cohésion nationale… »

Il n’a pas manqué de rappeler que jusqu’à un passé, les populations du tracé « s’attristaient » de l’enclavement de leur contrée, mais aujourd’hui, ce vieux cliché n’aura qu’un seul mérite ; celle d’être contée en légendes. « Surtout que les grandes métropoles du Congo sont désormais à leur portée … » , a-t-il noté.

Pour lui, c’est justement cette approche territoriale qui permet de consolider l’identité nationale soutenant par la même occasion que dans un pays, on se comprend mieux lorsque l’on parvient à résorber les dysfonctionnements répétés des systèmes de transports. Ce qui permettrait naturellement d’effacer les frustrations parce que l’ignorance de l’autre cessera d’être entretenue comme une qualité.

A noter que, pour finaliser la dorsale nord-sud et ses bretelles, il est prévu l’inauguration des routes Mambili-Ouesso, ketta-Sembé et Dolisie- Brazzaville respectivement en 2015 et 2016.







EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements