Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Coopération bilatérale : Jean Claude Gakosso et William Ruto échangent sur les opportunités d’investissements kenyans au Congo


Alwihda Info | Par Chiris Exaucé Marsala - 1 Septembre 2016 modifié le 2 Septembre 2016 - 00:12

Le ministre congolais des affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger, Jean Claude Gakosso a échangé récemment avec le vice-président kenyan, William Ruto. A l’occasion, Jean Claude Gakosso a invité son hôte à Brazzaville pour une visite d’inspection.


Coopération bilatérale : Jean Claude Gakosso et William Ruto échangent sur les opportunités d’investissements kenyans au Congo
Au cours de leur entretien, Jean Claude Gakosso et William Ruto ont, notamment insisté sur les opportunités d’investissements kenyans au Congo, dans les domaines de l’agriculture et de l’élevage.

Les hommes d’Etat se sont rencontrés en marge de la 6ème conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), tenue à Nairobi au Kenya, les 27 et 28 Août dernier. Cette conférence Japon-Afrique qui se tient pour la première fois en Afrique a réuni de nombreux partenaires tels le PNUD, la Banque mondiale, l’Union Africaine. C’est le ministre des affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger, Jean Claude Gakosso qui a conduit la délégation congolaise à ce forum dont les travaux se sont achevés sur une note positive consignée dans la déclaration finale dite déclaration de Nairobi. Celle-ci a identifié trois grands axes liés notamment à la transformation structurelle par la diversification de l’économie, à la promotion des systèmes de santé pour la qualité de la vie et la promotion de la stabilité sociale pour une prospérité partagée.

A l’ouverture de ces travaux, plusieurs communications ont été développées. Au nom de son pays, le premier ministre japonais, Shinzo Abe s’est engagé à relever les défis de l’Afrique et à œuvrer pour une croissance de qualité. Il entend promouvoir une économie africaine solide et durable, afin de garantir la paix et la sécurité qui sont les principaux thèmes de la Ticad. Le but étant de permettre à la Ticad d’intensifier ses efforts de promotion d’une croissance transformatrice et inclusive en Afrique, afin que les avantages soient partagés entre tous les citoyens, de manière plus large, plus équitable et plus durable.

Faisant le bilan des 23 ans d’existence de la Ticad, qui a vu le jour en 1993, le président en exercice de l’Union africaine a peint un tableau mitigé. Idriss Deby Itno a demandé au Japon d’investir dans les secteurs clés de l’économie africaine en proie à beaucoup de difficultés. Il a plaidé pour que la Ticad soit un espace privilégié pour le soutien et la réalisation de l’agenda 2063.

Pour sa part, la présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini Zuma a invité le Japon à s’impliquer dans la lutte contre le terrorisme en Afrique et a investir dans l’industrialisation du continent. Pour elle, la Ticad doit mettre l’accent sur la protection humaine en renforçant ses capacités dans les domaines de la prévention des conflits, du maintien de la paix, de la reconstruction, du développement post-conflit et de la lutte contre le trafic illicite et le terrorisme.

 


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements