Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Côte d’Ivoire : Engagement du Président Ouattara à transformer l’agriculture en moteur de croissance économique inclusive


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 25 Juillet 2017 modifié le 25 Juillet 2017 - 23:16

Le Forum pour la révolution verte en Afrique (AGRF) est une plateforme qui permet aux leaders mondiaux et africains d’élaborer des plans d’action pragmatiques capables de promouvoir l’agriculture africaine.


Le président ivoirien Alassane Ouattara. Crédits photo : Sources
Le président ivoirien Alassane Ouattara. Crédits photo : Sources
Abidjan, Côte d’Ivoire, 24 juillet 2017 - Le gouvernement de Côte d’Ivoire est déterminé à améliorer constamment le secteur agricole qui constitue la clé du développement économique. Cette phrase a été prononcée à la fin de la semaine dernière par Son Excellence Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire, lors d’une réunion à la Présidence avec une délégation de haut niveau en prélude au Forum pour la révolution verte en Afrique (AGRF) qui se tiendra à Abidjan du 4 au 8 septembre 2017.

Le Forum pour la révolution verte en Afrique (AGRF) est une plateforme qui permet aux leaders mondiaux et africains d’élaborer des plans d’action pragmatiques capables de promouvoir l’agriculture africaine. Créé en 2010, il est devenu la principale plateforme de rencontre agricole au niveau africain qui réunit une gamme d’importantes parties prenantes du paysage agricole africain en vue de discuter et élaborer des plans concrets visant à réaliser la révolution verte en Afrique.

Dirigée par M. Strive Masiyiwa, Président fondateur d’Econet Wireless et Président du Conseil d’administration de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), la délégation a informé le Président Ouattara sur les préparatifs du Forum et l’importance de ce dernier pour la promotion des priorités en matière de transformation de l’agriculture de la Côte d’Ivoire et de l’ensemble du continent. Le Président et la délégation ont également discuté des voies et moyens de mobiliser de plus importants investissements en faveur du pays et des chaînes de valeur agricoles de la région.

La délégation comprenait également Dr Agnes Kalibata, Présidente de l’AGRA, et M. Fadel Ndiame, Responsable régional de l’AGRA pour l’Afrique de l’Ouest.

Le Président Ouattara invitera un certain nombre de ses pairs chefs d’Etats, des ministres, des dirigeants commerciaux et des entrepreneurs de la région et de la planète à prendre part à l’AGRF 2017 qui se déroulera sous son patronage.

Premier pays africain francophone à abriter le Forum, la Côte d’Ivoire est saluée en tant que leader qui a su mettre l’agriculture au centre de la transformation économique. Elle compte parmi le peu de pays africains qui ont réalisé les plus importants investissements dans l’agriculture, ce qui a entraîné une augmentation considérable de la productivité agricole et de

la performance économique globale. Ces pays constituent un exemple remarquable de la capacité de l’agriculture à redresser la situation économique du continent.

« Nous sommes très reconnaissants au Président Ouattara et à son Gouvernement pour leur leadership continu en matière de promotion de l’agriculture en tant que moyen le plus sûr de parvenir à une croissance économique inclusive et à la création d’emplois. Nous les remercions d’abriter l’AGRF cette année », a déclaré M. Masiyiwa.

« Des exemples d’ailleurs nous montrent qu’aucune région du monde n’a réussi à développer une économie diversifiée et moderne sans avoir préalablement assuré la réussite de son secteur agricole. Cela s’applique pour l’Afrique où le secteur agricole dispose de la plus grande capacité à créer des emplois pour les 10 à 12 millions de nouveaux jeunes travailleurs qui entrent chaque année sur le marché du travail », a-t-il ajouté.

Tout de suite après la rencontre avec le Président Ouattara, Dr Kalibata a signé le mémorandum d’accord avec le pays hôte du Forum représenté par son ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly. La signature du mémorandum d’accord constitue une nouvelle preuve de l’engagement de la Côte d’Ivoire à faire de l’AGRF une réussite.

S’exprimant à la cérémonie de signature du mémorandum d’accord, l’honorable Coulibaly a déclaré que le choix de la Côte d’Ivoire pour abriter l’AGRF 2017 vient confirmer l’image positive du pays fondée sur ses diverses performances impressionnantes en matière de croissance économique enregistrées sous le leadership du Président Ouattara.

Avec pour thème « Accélérer la marche de l’Afrique vers la prospérité : Contribuer à la croissance d’économies inclusives et à la création d’emplois à travers l’agriculture », l’AGRF édition 2017 permettra aux participants de faire valoir les progrès réalisés actuellement au titre de l’agenda de transformation agricole de l’Afrique ainsi que d’amplifier les engagements politiques, stratégiques et financiers nécessaires à la réalisation de la Déclaration de Malabo et de l’agenda mondial relatif aux objectifs de développement durable (ODD).

Le Forum analysera également les innovations et les interventions sur le terrain afin de s’assurer que les petits exploitants agricoles et les petites entreprises agricoles constituent les principaux moteurs et bénéficiaires de la transformation du secteur agricole en Afrique.

Surtout, le Forum examinera la manière dont les gouvernements, les entreprises et les autres partenaires tiennent leurs engagements politiques, stratégiques et financiers d’un montant de plus de 30 milliards $ pris lors de l’édition 2016 de Nairobi. Le Forum permettra également aux participants de proposer de nouveaux engagements et accueillera de nouveaux promoteurs du secteur agricole.

Co-abrité par le gouvernement de Côte d’Ivoire, l’AGRA et la BAD, le Forum connaîtra la participation de plus de 750 délégués et dignitaires de haut niveau dont des chefs d’Etat africains – anciens et actuels, des ministres de l’Agriculture et des Finances, des dirigeants d’entreprises, des agriculteurs, des entreprises agroalimentaires privées, des institutions financières, des organisations non gouvernementales, la société civile, les médias, des scientifiques, des partenaires de développement ainsi que des partenaires techniques.