Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Côte d’Ivoire / Fête de Tabaski : Les prix des moutons en hausse sur les marchés


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 10 Septembre 2016 modifié le 10 Septembre 2016 - 13:11


La communauté musulmane de Côte d’Ivoire, à l’instar de celle du monde va célébrer la fête de l'Aïd-el-Kebir, le 12 septembre prochain. Une fête au cours de laquelle les musulmans qui ont les moyens vont procéder à l'immolation d'un ou de plusieurs moutons conformément aux préceptes de l'Islam. C'est dire que le sacrifice du mouton est au cœur de l'événement.

Un périple sur les marchés de bétail à Abidjan, notamment à Port-Bouët, Abobo-Anador et Attécoubé, en passant par Adjamé-garage a permis de faire le même constat. Tant au niveau de l’affluence de la clientèle qui est de mise, aussi bien, la flambée des prix des bêtes. Il n’est pas rare de remarquer un nombre important de clients et vendeurs entrain de débattre des prix du bétail.

D’après des clients rencontrés sur le marché de bétail d’Abobo-Anador, comme Karamoko Yacouba, les prix des bêtes sont élevés. Et cela va crescendo, au fur et à mesure que l’on approche vers le jour de la fête. « Les moutons sont chers. Selon mon constat, les prix oscillent entre environ 50.000 et 450.000 F Cfa, voire plus. De plus, il est à remarquer que les prix augmentent de jour en jour… », déclarait ce client. Comme pour dire : chaque jour, les prix des moutons augmentent.

Les moutons tous blancs et dodus ont des prix plus élevés par rapport aux autres, car très prisés par la clientèle, au dire des revendeurs. La cherté du mouton en cette année de Tabaski, à en croire plusieurs revendeurs, serait due principalement à l’insuffisance d’approvisionnement des marchés de bétail, à l’entretien des bêtes en termes de nourriture et à certaines taxes.

« Il y a des camions de moutons annoncés depuis le Mali, le Burkina et même le Niger qui ne sont jusque-là pas encore arrivés sur Abidjan, ou même arrive au contre goutte. Donc, C’est ce qui explique la cherté des bêtes qui est décrié par les clients », a indiqué Tapily Fodé, un revendeur rencontré au marché de bétail d’Attécoubé.

Les moutons sont achetés et emportés au fur et à mesure. Mais, certains clients comme Bakayoko Lanciné, n'ayant pas d'espace approprié à domicile, choisissent de laisser la bête une fois achetée, chez le vendeur moyennant un montant forfaitaire, pour venir la chercher la veille de la fête.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements