Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Côte d’Ivoire : L’Ong Ivoire Développement Durable plaide pour des villes vertes


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 13 Juillet 2017 modifié le 13 Juillet 2017 - 07:08

Cet architecte général d’Etat a abouti à la conclusion avec un constat, qu’en Côte d’Ivoire, la ville d’Abidjan et bien de villes de l’intérieur du pays accordent peu de priorité à l’arbre, dans leur extension.


Côte d’Ivoire : L’Ong Ivoire Développement Durable plaide pour des villes vertes
Côte d’Ivoire : L’Ong Ivoire Développement Durable plaide pour des villes vertes
« Où sont nos espaces verts en milieu urbain ? ». Tel est le thème de la 7e édition des matinales de l’Ong Ivoire développement durable (Ivoire dd), qui se sont déroulées récemment dans un restaurant à Abidjan-Cocody. L’Ong créée en 2007 est engagée pour la protection d’un l’environnement durable et la sensibilisation à l’écocitoyenneté.
Ainsi, à travers cette thématique générale, trois conférenciers, porte-voix pour l’amélioration du cadre de vie ont édifié le public présent à un environnement urbain durable. Il s’agit de deux architectes : Koupo Gnoléba et Issa Diabaté et d’un expert climat, en la personne de Cédric Lombardo.

Pour Koupo Gnoléba qui a axé son intervention sur « L’importance de l’arbre dans la ville », il a relevé que ce végétal ligneux formé d’un tronc et de branches a plusieurs fonctions et rôles nécessaires pour l’humanité. Notamment, le rôle de lieu de rassemblement, d’esthétique, paysagique, d’ombrage, d’atténuation de vents et bruits, éducatif, pédagogique, purification de l’air, écologique avec la biodiversité, etc. Il a néanmoins fait remarquer que l’arbre à des risques d’incidences pour l’homme et les biens, de par ses chutes de branches, etc.

Cet architecte général d’Etat a abouti à la conclusion avec un constat, qu’en Côte d’Ivoire, la ville d’Abidjan et bien de villes de l’intérieur du pays accordent peu de priorité à l’arbre, dans leur extension. D’où, son appelle aux autorités, ainsi qu’aux populations, en vue d’accorder une place de choix à l’arbre, afin d’avoir des villes vertes et durables.

Lui emboîtant le pas, son confrère Issa Diabaté du cabinet Koffi et Diabaté, s’est prononcé sur : « L’architecte, l’arbre et la cité ». Il démontré le rôle prépondérant de l’architecte dans la construction des villes. Qui selon lui, est un planificateur qui oriente le devenir, sinon l’avenir d’une cité pour être in fine durable. Issa Diabaté a également indiqué avec des images à l’appui, qu’il est important pour les bâtisseurs d’intégrer le végétal dans la construction des villes. Il a enfin appelé au respect des règles d’urbanismes, en vue d’éviter l’anarchisme, qui est souvent préjudiciable pour les citoyens eux-mêmes.

Quant au dernier intervenant, Cédric Lombardo, sur « La valorisation écologique des ressources environnementales », il a milité pour une sensibilisation dès le bas-âge à une conscience environnementale. D’où la notion de « permaculture », pour avoir la culture permanente de l’environnement. Selon ce conférencier, l’école est le meilleur endroit pour porter l’information de la préservation de l’environnement. Afin que ceux-ci soient conscientisés sur l’environnement durable et les notions de villes vertes.

Au cours des échanges qui ont suivis, les Ong présentes, ainsi que des cabinets, des Fondations, de même que des entreprises éco-citoyennes ont pu évoquer d’une part, les problématiques de la communication pour le changement de comportement, l’éducation et la sensibilisation des populations. Et d’autre part, la responsabilité des acteurs locaux face à la gestion des espaces verts publics. De même que la législation et la mise en application de mesures de coercition face à l’incivisme des citoyens. Et la responsabilité et l’obligation de reboisement, etc.

Cette cérémonie présidée par Danièle Dona- Fologo, la présidente de l’Ong Ivoire dd, a vue la création du réseau « Vivre sa ville en vert ». Ainsi, cette communauté d’acteurs convaincus de la force de la mobilisation et de la synergie des actions, s’est engagée à fédérer les acquis de leurs meilleures pratiques et initiatives locales. Ce, en vue de renforcer l’esprit éco-citoyen des populations par la réplication de bonnes pratiques.

Une signature de partenariat entre le ministère de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable et l’Ong Ivoire dd est attendue dans les prochains jours, à en croire Eric Assamoi, représentant la ministre Anne Ouloto. Ce partenariat va contribuer au « développement de l’éducation, par la sensibilisation et la formation du citoyen, en matière d’environnement et de développement durable », a-t-il indiqué.