Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

DJIBOUTI - Accord-cadre : IOG impose un nouveau délai pour l’application de ses engagements.


Alwihda Info | Par Ali Deberkale Ahmed, président du mouvement «Djibouti 2016» - 3 Février 2015 modifié le 3 Février 2015 - 09:41

Communiqué du mouvement citoyen, indépendant « Djibouti 2016 » : Ismaël Omar Guelleh impose un nouveau délai de 21 jours


Le fameux accord-cadre signé le 30.12.2014 entre l’opposition et l’actuel président de Djibouti, Ismaël Omar Guelleh, prévoyait une chose essentielle : la création d’une CENI indépendante et la mise en place des instruments nécessaires à la tenue d’une élection présidentielle transparente, libre et démocratique au printemps 2016. La question allait être définitivement réglée dans un délai de 30 jours. 30 jours plus tard, rien n’a été fait et un nouveau délai de 21 jours a été avancé… En attendant le prochain prétexte qui justifiera un nouveau délai, le Mouvement Djibouti 2016 met en garde et rappelle au monde et à l’USN ceci : Le temps presse et au printemps 2015, il sera déjà trop tard pour que ces instruments puissent produire leurs effets en 2016. Quand on parle de CENI, on parle notamment du recensement de 200.000 électeurs et de défis politiques, administratifs et techniques majeurs qui ne pourront être relevés qu’au prix d’un travail de plusieurs mois. 45 Congolais viennent de mourir pour avoir rappelé cette évidence au président Kabila. À Djibouti, seulement deux options sont désormais envisageables : 1) soit Ismaël Omar Guelleh respecte – pour la première fois – ses promesses et met en place les conditions d’une élection présidentielle libre, démocratique et transparente. Sachant mieux que personne qu’une très grande majorité des électeurs veut qu’il dégage une fois pour toutes, cela reviendrait pour lui à renoncer à la présidence. Ce n’est donc pas une option, mais un rêve idiot que personne ne fait sérieusement. 2) soit Ismaël Omar Guelleh décide de gagner du temps. En toute logique, comme à son habitude et avec le soutien d’une partie de l’USN, Ismaël Omar Guelleh a choisi cette option. Dans 21 jours, rien n’aura changé. Pour dire les choses autrement, tout porte décidément à croire qu’Ismaël Omar Guelleh a bel et bien choisi la confrontation avec la rue, dans un avenir plus ou moins proche. Depuis la signature de l’accord-cadre du 30.12.2014, le Mouvement Djibouti 2016 dénonce cette stratégie funeste. Puisse l’opposition – la vraie et sous quelque couleur que ce soit – se rendre compte à temps de l’impasse dans laquelle elle s’engouffre. Puisse également la communauté internationale (Français, Américains et Européens en tête) cesser de soutenir un système et un homme dont la stratégie du chaos met dangereusement en péril leurs propres intérêts et la stabilité d’une région ultra-sensible dans un contexte compliqué. Préparer l’alternance et la rendre possible, sont les deux objectifs du Mouvement Djibouti 2016. À l’heure qu’il est, une alternance démocratique est rigoureusement impossible.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements