Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

DJIBOUTI : Bêtise après bêtise. Rétrogression après rétrogression


Alwihda Info | Par Qalinleh - 9 Juin 2015 modifié le 9 Juin 2015 - 13:49

Dr. ISMAEL HASSAN DJILAL : Dénoncer et résister.


Bêtise après bêtise. Rétrogression après rétrogression. Un retour vers le passé par des actes dans le présent. Un professeur d’université, un docteur du pays vient d’être radié. Un cerveau neuf et une perle d’espoir vient d’être rejeté. Une intelligence vient de rejoindre d’autres qui, avant elle, ont été mises à la marge. Raison. Dr. ISMAEL HASSAN DJILAL a fait savoir ce qu’il pensait en tant qu’homme libre. Il a usé de son droit d’homme libre pour rappeler qu’une dictature ne dure jamais. Par sa plume, il alla écrire qu’il n’est pas l’homme d’un homme. Qu’il est irréductible. Dépassant la peur et l’instinct de survie, il défia un système qui s’oppose à la raison. Il fit la morale au chef dudit système. Il est sorti par la porte, pourtant grande ouverte, dont beaucoup dans son rang sont effrayés de passer à travers. La vie de l’Homme est faite de choix. Seule sa fin échappe à son pouvoir de choisir. Entre l’histoire et l’instant, Dr. ISMAEL HASSAN DJILAL a choisit la première. Entre la lâcheté et l’honneur, il a embrassé la seconde. Entre la masse et un homme, il s'est lié à la masse. L’université ne peut plus perdurer dans ce sens. On ne peut plus virer un docteur pour sa seule conviction politique. On ne peut plus restreindre le sens de l’Université de Djibouti à un réservoir d’hommes et de femmes sans convictions, sans morale et dessaisis de leur liberté. Mis à sa tête des hommes déraisonnés et maîtrisés jusqu’à l’âme par un système qui excellent par l’endoctrinement, l’Université de Djibouti ne peut plus être productive sous ce régime qui ne s’efforce qu’à se préserver par le seul moyen de la répression. A un moment décisif dans l’histoire de notre pays, l’élite ne peut pas rester indifférente face à un système irresponsable qui pervertit les valeurs républicaines et viole au quotidien la constitution du pays. Il faut que les enseignants de l’université de Djibouti sortent du silence. Pour l’amour du pays, pour l’amour de leur métier et pour l’amour de la liberté d’expression. Jamais soutenir l’insoutenable ne laissera la conscience en paix. Raison pour laquelle, il faut choisir la santé de la conscience dans l’avenir que la peur d’être radié dans le présent. Il devient clair qu’une liste noire commence avec la radiation de Dr. ISMAEL HASSAN DJILAL. La communauté universitaire doit cesser d’être insultée. Et voyant l’attitude sans éthique de l’administration, c’est à cette même communauté d’exiger le respect à l’égard de chacun de ses membres. NOTRE SOUTIEN INDÉFECTIBLE AU Dr. ISMAEL HASSAN DJILAL.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements