Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

DJIBOUTI - L'imprimerie du CRIPEN : dernière vache à lait de Djama Speed.


Alwihda Info | Par Les indignés du ministère de l'éducation - 15 Mars 2017 modifié le 15 Mars 2017 - 10:00

A des fins de détournements de fonds, de corruption et d’abus de biens sociaux, l'imprimerie du CRIPEN a été dévier de sa fonction première.


Depuis la démission de l’ancien directeur M . Mohamed Yabeh, M. Saïd Nour Hassan qui occupe la fonction de directeur général par intérim (depuis le 08/12/2015), a littéralement détourné l'imprimerie du CRIPEN (du ministère de l'éducation nationale - Menfop) de sa fonction première, afin de satisfaire l'appétit gargantuesque de Djama Elmi Okieh (dit Djama Speed), ce sulfureux ministre de la Santé et gendre du président Ismail Omar Guelleh. Initialement destinée à produire les documents scolaires (guides des enseignants, cahiers d’écritures, feuilles d’examens, affiches scolaires, etc…), durant toute l'année scolaire 2016-2017, l’imprimerie du CRIPEN n'a rien produit pour le ministère de l'éducation et pour nos enfants, même pas un cahier d’écriture pour la classe de 1ère année. Et pour cause, le gendre/ministre l’a confisquée, et la surexploite nuit et jour, depuis le mois de Juillet 2016 jusqu’à maintenant, pour y produire tous les documents de son ministère (140 000 documents), tels que :  - les carnets de santé ;  - les fiches de suivi médical ;  - les carnets de grossesse ;  - les reçues pour les dispensaires ; etc… Pourtant, selon la loi n°41/AN/99/4ème L, du 8 juin 1999, portant sur la production des documents publics, tous documents de services publics doivent être imprimés à l’imprimerie nationale. Ainsi, en contournant l’imprimerie nationale et sa grille tarifaire (http://www.ind.dj/index.php/zoo), Djama Speed fait d’énormes profits sur le dos de l'éducation de nos enfants. Selon nos calculs, ce montant serait de 3 à 10 millions DJF/mois, et est facturé au ministère du budget avec de fausses factures. Avide d’argent facile, c'est M. Said Nour, plus connu sous le sobriquet de « Monsieur 100 000 DJF par jour », qui aurait initié cet arrangement, afin de finaliser la construction de sa villa à Cheik Osman. Hormis nos enfants et les contribuables djiboutiens, le plus grand perdant est le Menfop. C'est lui qui va endosser les notes de frais: papiers, cartouches etc... Pour mémoire, le budget du CRIPEN est de 351 millions de DJF.  Pour honorer leur "Deal mafieux", ils ne lésinent pas sur les moyens : des camions "Toyota DYNA" du ministère de Santé, embarquent la cargaison tard dans la soirée (vers 22h00 à 23h00) ; et mettent la pression sur les employés.  Devant le mal, le silence est soit coupable soit complice. Monsieur Moustapha, vous êtes portant témoin de cette affaire! Etes-vous, réellement, le patron de ce ministère? Vous ne pouvez plus fermer les yeux! A vous d’écarter ces ogres qui ternissent l’image du pays et qui affament ce peuple sans défense. Au parquet de Djibouti, qui n'a, à ce jour, jamais initié de procès pour crimes économiques et financiers : merci de procéder à l’ouverture immédiate d’une enquête !


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements