Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

DJIBOUTI : LA MARCHE FORCÉE DU 01 NOVEMBRE 2015.


Alwihda Info | Par Ahmed Lanca - 3 Novembre 2015 modifié le 3 Novembre 2015 - 06:52

Nous estimons entre 2500 et 3000 le nombre de personnes présentes à cette manifestation appelée par les djiboutiens à juste titre : la "Marche de la Honte".


Sur certaines pages Facebook ainsi que sur celle du rpp, itself, il est écrit qu'une foule de 150.000 personnes s'est retrouvée pour la séance de pleurniches. Ce chiffre est également repris dans les réseaux sociaux par quelques rares excités dont leur fonction principale consiste à la désinformation de la population. La Journée de la Jeunesse Africaine instituée en 2006 par l’union Africaine devrait être célébrée dignement par la jeunesse djiboutienne ce 1er novembre, à la place nous avons eu droit une marche forcée organisée par l’administration de certains fonctionnaires, pas tous heureusement, de quelques badauds, des enfants curieux de l’événement et des refugiés réquisitionnés pour l’occasion. La majorité des fonctionnaires a pu se soustraire à cette marche de la honte et des politiques UMP peu soucieux d’imaginer un futur de justice et de prospérité pour tous. Le peuple comprends aisément que derrière le slogan « Un 4ème mandat pour IOG » se dessine le maintien des privilèges pour une oligarchie déconnectée ou peu soucieuse de la réalité socioéconomique dans laquelle est confrontée une écrasante majorité de la population djiboutienne. Cette oligarchie même qui depuis 1999 a ponctionnée sans vergogne dans les deniers publics. Nous pouvons estimer entre 2500 et 3000 le nombre de personnes présentes à cette manifestation appelée par les djiboutiens à juste titre, la Marche de la Honte ou des poltrons car effrayés à l’idée de passer par les urnes et de manière transparente. Les poltrons essayent de se rassurer par des mises en scène telle cette manifestation et d’autres suivront mais le peuple djiboutien n’est pas dupe. Le statuquo dans le meilleur des cas ou la décomposition de l’administration, de l’éducation et du système sanitaire du moins de ce qui en reste ne saurait être une solution envisageable pour les djiboutiens. Outre le fait de rassurer le baron qui n’a jamais su gagner une élection de manière transparente pour ne pas dire honnêtement, cette marche était probablement destinée d’un point communication aux pays occidentaux, un message leur était envoyé. Ces pays occidentaux envers qui notre oligarchie a le plus grand respect ou plus la crainte d’être catégoriser dans la mauvaise liste des malfaiteurs de leur peuple. Au même titre que le peuple djiboutien les pays occidentaux ne sont pas dupes et savent pertinemment que la volonté du peuple djiboutien tend vers un avenir meilleur et non pas le statuquo. IOG, croit-il réellement que les 2500 à 3000 personnes avec toutes les catégories citées ci-dessus, du moins celles qui sont de nationalité djiboutienne, lui sont acquises ? Rien n’est moins sure car les djiboutiens ont pris conscience que leur avenir, celui de leurs enfants et de leur pays résidait dans le choix d’une autre politique, d’une ère nouvelle dans la gestion des deniers publics, d’une justice pour tous et du respect de la dignité humaine. Les usurpateurs, oligarques et autres cancers du pays peuvent continuer à murmurer le contraire à l’oreille du baron mais sachons que rien ne viendra contredire la volonté du peuple.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements