Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

DJIBOUTI : La médiocre et inutile prestation du ministre de l'éducation à la télévision nationale


Alwihda Info | Par Sauvons L'éducation Nationale - Djibouti - 7 Août 2015 modifié le 7 Août 2015 - 08:36


DJIBOUTI : La médiocre et inutile prestation du ministre de l'éducation à la télévision nationale
Hier soir notre ministre s’est exprimé à la télévision nationale, nous pensons qu’il a fait comme d’habitude et comme il sait bien le faire de l’animation. On attendait un ministre de l’éducation nationale, on a eu à sa place un maçon et un entrepreneur qui était beaucoup plus préoccupé par les contrats que par une réelle volonté d’améliorer le système éducatif. Tout ce qu’il a raconté n’est pratiquement rien, c’est du vent, savez vous que ce travail d’entretien des écoles étaient fait par une vingtaine d’hommes qui appartenaient au service du matériel ? En effet à la fin de chaque année scolaire ces hommes partaient partout dans le pays pour entretenir les écoles et ils le faisaient bien, puisque les écoles ne tombaient jamais en ruine comme aujourd’hui. Cette équipe est toujours en place, mais les patrons du moment en ont décidé autrement, il fallait des contrats juteux, alors on laisse pourrir la situation et après quelques années on obtient des contrats qui ruine le budget national, mais qui enrichissent les cousins et les cousines et ceux qui ont pris l’habitude de piller l’argent public. Par ailleurs, ce qu’on attendait du ministre, c’est qu’il s’exprime sur l’amélioration des conditions de vie et de travail du personnel, mais malheureusement rien. On attendais aussi qu’il s’exprime sur l’arbitraire qu’il a institué comme une règle, il bafoue les règles les plus élémentaires des fonctionnaires, le cas le plus récent c’est celui de notre collègue et ami ancien directeur du cripen qui a été arbitrairement suspendu et contraint à l’exil, alors qu’il n’a rien fait, il a simplement quitté sa fonction, ce qui est normal et légal. Mais comme il a fâché sa majesté il a subi la colère du prince. Nous rappelons à notre ministre que la justice et le respect des textes sont des choses très importantes pour motiver le personnel, tout le monde est à la merci de la colère du prince qui peut vous suspendre à tout moment et parfois aller jusqu’à vous licencier sans motif. Comment voulez-vous que dans ces conditions le personnel soit motivé ? un personnel dans la précarité ne peut pas être motivé, c’est bien normal. Ce qu’on attendait aussi, ce qu’il s’exprime sur la concentration des pouvoirs, le ministre est seul à bord, tout le personnel ne fait que le regarder agir. Mais vous savez parfaitement bien qu’un seul homme ne peut pas gérer une institution aussi importante, surtout lorsqu’il n’a aucune expérience dans le domaine. Autre chose sur lequel il ne s’est pas exprimé, c’est la politisation a outrance du système éducatif, notre ministre ce n’est un secret pour personne instrumentalise l’éducation nationale, son budget comme ses ressources humaines sont mises au service de la propagande du RPP. Nous pensons que c’est illégal et contraire aux textes. Il ne nous a pas dit s’il comptait prendre des mesures sur ça. Il ne s’est pas exprimé aussi, sur la tribalisation du système éducatif, est-ce que l’éducation appartient désormais à son clan ? Puisque tous les postes ou une grande parti des postes à responsabilité sont occupés par son clan, les contrats comme par hasard sont attribués exclusivement à des membres de son clan. Comment peut-il explique tout cela ?c’est sur ça qu’on l’attendait, le personnel et la population sont fatigués de la démagogie et des discours vides. Là où surtout on l’attendait, c’est comment il allait redresser le système éducatif qui est pratiquement en faillite, malgré son beau discours vide. Les évaluations faites par les consultants étrangers ont montré des failles irréversibles au niveau de l’administration, au niveau de pédagogie, presque à tous les niveaux. Qu’est-ce qui a été fait, y a-t-il de nouvelles évaluations programmées ? Si oui quand ? On ne peut pas parler dans le vide il faut partir de quelque chose, et cette chose nous pensons que ce serait une nouvelle évaluation du système éducatif. Nous rappelons enfin au ministre que la population est fatiguée de la démagogie, elle doit être éclairée, et bien informée, et pour cela il faut programmer une évaluation du système éducatif, sinon pour nous c’est du baratin, un discours creux de plus et rien d’autre.