Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

Dans l'interview de Hollande, Pas un seul mot sur les attentats au Tchad et au Cameroun


Alwihda Info | Par Adil Abou - 14 Juillet 2015 modifié le 14 Juillet 2015 - 17:36

Election présidentielle: Le Président Hollande a esquivé la réponse.


A l'occasion de la fête nationale du 14 juillet, le Président français François Hollande a accordé une interview de 45 mn en abordant plusieurs sujets mais pas un seul mot sur les attentats terroristes qui ont frappé le Tchad et le Cameroun. Alwihda vous retrace un extrait des sujets importants abordés par le président, parmi lesquels la Grèce, l'intervention française en Irak, au Mali, DAECH, la sécurité, le nucléaire iranien, les prochaines élections présidentielles, la croissance et le chômage...

La Grèce: Le président Hollande a estimé que c
e qui a été obtenu c'est le maintien de la Grèce au sein de l'Europe. "Je me suis battu pour que la Grèce reste en Europe si elle est sortie c'est la perte de ce que nous avons donné et c'est l'argent des contribuables français". Répondant aux questions des journalistes, il a indiqué que la Grèce n'est pas humiliée. "elle sera humiliée si elle est sortie de l'Europe. L'humiliation était de la chasser. Il faut des réformes qui puissent permettre qu'il y a de la croissance. Par le passé il y a eu un abandon de contrôle, reconnaît Hollande.
Hollande reconnaît avoir conseillé au premier ministre grec de ne pas aller au Référendum. "Si le couple Franco-Allemand n'est pas uni il n'y aurait pas d'accord". "La zone Euro est une garantie et une sécurité" et Hollande ne comprend pas pourquoi il y a des gens qui appelle à quitter la zone Euro. La France propose un gouvernement économique pour donner à l'Europe des bases plus solides, des moyens plus forts pour l'intérêt du peuple. Hollande conseille de baisser les impôts.

Téhéran: Sur le dossier nucléaire de l'Iran, Hollande reconnaît que L'accord signé est très important et ça fait douze ans de négociation et la France a été très ferme dans ces négociations. Ma préoccupation était d'éviter la prolifération nucléaire. Si l'Iran accède à l'arme nucléaire l'Arabie saoudite et d'autres pays vont chercher a accéder aussi et c'est un risque pour le Monde. Nous puissions lever les sanctions mais les remettre s'il y a s'il y a le moindre manquement. Il y a un mécanisme qui doit être porté par une organisation internationale capable de l'exécution et du suivi. La France si elle veut assurer la paix elle doit parler avec tous.
L'Iran doit montrer sa volonté sur la Syrie son aide à en finir.

Dysfonctionnement sur la sécurité: "j'ai renforcé sans cesse les services des renseignements avec des moyens supplémentaires en votant aussi deux lois anti terroristes. Tous les jours nous arrêtons, nous déjouons des actes terroristes grâce aux services des renseignements et grâce à nos services extérieurs. Nous pouvons encore améliorer notre système. Il y a 17000 personnes qui sont parties combattre avec les extrémistes. Y a ceux qui sont revenus, ceux qui sont arrêtés, ceux qui tentent de repartir...

Terrorisme: Il y a trente milles policiers, gendarmes et militaires qui sont mobilisés et il y a de cout financiers pour ça... 10 000 hommes en opération sur notre terre. Nous sommes devant un ennemi qui menace qui a changé de nature. Ce n'est pas un ennemi qui vient de l'étranger comme par le passé mais un ennemi à l'intérieur. Ce sont des terroristes qui sont dans notre pays et parfois commandités de l'extérieur.

Mali: j'ai engagé la France au Mali et en Irak pour lutter contre le terrorisme.
Nous sommes devant un état islamique qui a du pétrole et qui ...parfaitement équipé et éparpillé dans le territoire.. Les premières victimes en Irak et en Syrie sont tout d'abord des musulmans. Le groupe cherche à nous faire peur et on ne doit pas avoir peur nous sommes un peuple qui ne doit jamais céder. Il cherche à diviser par une guerre de religion et il faut être unis. Une chose doit nous rassembler la patrie ce que nous portons les mêmes valeurs.

Économie: la croissance est déjà là mais elle est trop faible 1,2 % et si on veut créer de l'emploi il faut un peu plus de croissance. Nous allons continuer à alléger les charges en 2016 et 2017.

Election présidentielle: Le Président Hollande a esquivé la réponse. "J'ai une obligation des résultats et je ne pense pas aux prochaines élections". L'identité cela au cœur de la campagne présidentielle prochaine. Un pays comme le notre ne doit pas être enfermé afin de ne pas remettre en cause notre identité. Je dois veiller à mener la France a se protéger mais ne jamais s'enfermer.

Alwihda
 


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements