Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Informations

Désolation meurtrière à Kouango, Ahmat OUMAR à la tête des éléments de Ali Ndarass aurait tué plus de 250 personnes, des femmes et hommes éventrées et égorgés, des écoles, églises et postes de santé incendiés


Alwihda Info | Par Kassou Mballessa - 22 Septembre 2016 modifié le 22 Septembre 2016 - 20:00

La ville de Kouango, a été le théâtre d’une attaque de violences dans la journée du 10 septembre. Au moins 250 personnes ont été sauvagement assassinées au cours d’une représailles des éléments de l'UPC accompagné par certains musulmans de la localité. La ville tombe dans la psychose généralisée.
L’attaque a eu lieu dans l'après midi du samedi 10 septembre 2016 à Koui, situé à 30 km de kouango. Plusieurs peuhls armés de fusils, de machettes et de marteaux s’en sont violemment pris à des habitants des villages Koui, Danda, Ngadja, Kédja, Gawa... faisant état de 250 morts et de nombreux disparus.


Tout a commencé le 10 septembre 2016, jour du marché hebdomadaire de Danda, village situé à environ 30 km de Kouango, beaucoup de gens de Kouango-ville s'y étaient rendus. En fin de matinée, donc la fin du marché, les personnes qui avaient pris part aux activités du marché, celles de Kouango-ville et des villages environnants de Danda reprenaient le chemin de retour dans les lieux de leurs habitations respectives.

Un certain Maki SOUMAINE, parti de Kouango la veille pour la dot de sa seconde épouse au village KOUI, rentrait également en cette fin d'après-midi. Voilà qu'à une dizaine de km de KOUI, Maki SOUMAINE a été abattu de sur sa moto par un inconnu embusqué. C'est le seul élément déclencheur des massacres d'enfants, femmes et hommes qui n'avaient pas pu quitter leurs villages à temps pour se refugier dans la brousse. Mme ceux qui avaient pu le faire étaient tués par les peuls mbororos qu'ils rencontraient sur le chemin de leur fuite. Depuis le village "deux-ponts" à 8 km de la ville de Kouango au-delà de Danda, soit environ 30 km, les musulmans encadrés par les éléments de la séléka et armés des armes automatiques avaient commencé par des actes de représailles en tirant sur des enfants, femmes et hommes; greniers, maison d'habitation, église et écoles étaient incendiées. Dans le seul village de KOUI, on a dénombré une vingtaine de tués sans compter les disparus.

A Mongolo, croisement Ngadja, Kédja, Danda, Gawa...On assistait à des scènes d'horreurs: des femmes enceintes éventrées, des enfants jetés sur des maisons en feux; des hommes égorgés trainés dans la brousse pour que leurs corps ne soient retrouvés pour être inhumés.

L'homme qui a brillé dans ces tueries est bel et bien un certain Ahmat OUMAR qui aurait tué au moins 100 personnes, n'eut été l'intervention de son ami DJOUMA qui s'interposait à chacun de ses actes guerriers et meurtries. Ce jour-là, les éléments de la MINUSCA qui étaient bien informés du début à la fin des massacres, avaient pris soin de se rendre sur les lieux de massacres, retirer rien que le corps de Maki SOUMAINE et le déposer aux musulmans à Kouango. Les musulmans de Kouango se sont réunis le dimanche 11 septembres 2016 pour décider que tout acte qu'ils jugeraient provocateur des chrétiens sera corrigé avec plus de fermeté.

On s'inquiète de ce qui adviendra dans les jours à venir car on dénombre plus 500 éléments d'Ali Ndarass qui font leur incursion dans la ville ces derniers jours en passant par Ngakobo.

ANGBADAYO de retour de Kouango


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements