Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Développement économique : Les opportunités d'affaires du Congo présentées aux investisseurs réunis à Brazzaville


Alwihda Info | Par Jonas Mvouanzi - 20 Novembre 2015 modifié le 20 Novembre 2015 - 00:52

Le forum économique ‘’investir au Congo Brazzaville’’ s’est ouvert ce 19 novembre au Palais des congrès à Brazzaville. Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso a patronné la cérémonie en présence de nombreux investisseurs venus des horizons divers . Traçant le sillon de cette conférence, le président congolais a présenté les opportunités d’affaires qu’offre le Congo.


Pourquoi doit-on investir au Congo ? Dans quels secteurs pourrait-on investir au Congo ? Voilà deux interrogations qui ont, à la fois, résumé l’allocution de Denis Sassou N’Guesso et sonné comme des orientations pour des réflexions qui seront menées au cours de ce forum qui se tient jusqu’au 21 novembre 2015.

Le président de la République du Congo s’est adressé à une assistance composée essentiellement des créateurs de richesses, ceux qu’il a appelés « des grands donneurs d’ordre issus des secteurs public et privé, industriels, inventeurs ou bailleurs de fonds » qui ont honoré le Congo en prenant part à ce forum, le tout premier organisé en terre congolaise.

Denis Sassou N’Guesso a, en faite, dressé une carte économique de son pays, avec ses atouts naturels, humains, et législatifs. «Avec ses quatre millions d’habitants, majoritairement jeunes, un territoire de 342.000km², une façade maritime de 170 kilomètres, son port en eau profonde parmi les plus performants du Golfe de Guinée, le Congo tient en Afrique Centrale une position géographique qui en fait le pays de transit par excellence», a déclaré le Chef de l’Etat Congolais. « Le Congo fait de l’amélioration de l’environnement des affaires l’une des priorités de sa politique de développement», a dit Denis Sassou N’Guesso qui n’a pas manqué de rappeler que son pays est membre de deux ensembles économiques, à savoir la CEMAC et la CEEAC qui représentent un marché de plus de 120 millions de consommateurs.

Pour Denis Sassou N’Guesso l’investissement est fortement encouragé à travers de nombreux textes législatifs comme la charte des investissements, les codes des hydrocarbures, minier, forestier et des marchés publics, mais aussi le code du travail congolais qui donne aux investisseurs la possibilité d’adapter leurs politiques d’embauche et de licenciement à l’activité économique et à la conjoncture.

A la tribune du forum, Denis Sassou N’Guesso a énuméré les secteurs multiples qu’offre le Congo pour l’investissement. Pays riche, a-t-il dit, le Congo est « quasiment en friche ». L’agriculture constitue l’un de ses secteurs dans un pays qui dispose de 12 millions d’hectares de terres cultivables, avec 3% seulement mises en valeur.

La forêt regorge aussi d’innombrables opportunités, a souligné le président congolais qui s’est appuyé sur les 22 millions d’hectares de réserves forestières, soit 65% du territoire national et 15 millions qui sont « commercialement productifs.

La pêche n’a pas été omise dans cette présentation des secteurs d’investissement au Congo. Les infrastructures, comme l’industrialisation, ont également figuré sur cette liste des atouts qu’offre le Congo aux investisseurs. Pour illustrer son propos Denis Sassou N’Guesso a fait savoir que « le gouvernement a financé pour un coût global d’environ 280 milliards de francs CFA une première zone industrielle qui abrite une vingtaine d’industries dont la plupart sont spécialisées dans les matériaux de construction».

Aussi, a-t-il encouragé les investisseurs à continuer, pour ceux qui sont déjà au Congo et inviter à venir au Congo, ceux qui n’y sont pas encore installés.

Un film documentaire de 10 minutes projeté avant le début de la cérémonie d’ouverture à présenté l’activité économique menée au Congo, dans le cadre sept secteurs prioritaires, en vue de les présenter aux investisseurs présents dans la salle : les hydrocarbures, les mines, le bois, l’agro-industrie, les travaux publics, le tourisme et l’hôtellerie ainsi que les services financiers.

L’originalité de ce forum est de conclure des accords B to B et Ge to Be et de mettre en place des mécanismes de soutien, de promotion et d’accompagnement. L’espoir du gouvernement congolais est de voir à la fin de ce forum, de nombreux investisseurs participer au développement du Congo, un pays qui vise son émergence en 2025.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements