Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Djibouti: A ces “opportunistes claniques”


Alwihda Info | Par Mohamed Qayaad - 14 Août 2015 modifié le 14 Août 2015 - 06:29


Certains diront des sadiques vicieux et cruels, d'autres avanceront des fanatiques froids qui se muent volontiers, pour la galerie, en orateurs hystériques, mais sans être dupes pour autant de leur personnage gesticulatoire qu’ils incarnent ainsi à l’usage des djiboutiens hypnotisés par leurs posts.

Leur plume est souvent acérée, et leur ton notoirement polémique.

Ils ne reconnaîssent jamais leurs tords, quand ils sont pris sur le fait, ils ne regrettent rien, ne s’excusent pas et n’éprouvent aucun sentiment pour les personnes à qui ils ont causé du tort.
Courir après la promotion en pensant que l'on va à nouveau être plébiscité par les djiboutiens est une chose, ne pas accepter le débat en est une autre .

Quand les djiboutiens auront compris ce mécanisme pervers, ils auront moins de surprotecteurs en train de les canaliser vers leurs intérêts, à les faire croire en leur mission sacrée, à les utiliser comme des escabeaux jetables de leur ascension sociale!

Et les voilà qui volent à leur aide et qui les protègent. Pour leur bien disent-ils.

N’insistons pas ! Même remarque pour la « culpabilité de l’Opposition djiboutienne » dont ils nous rebattent sans cesse les oreilles, à propos de tout et de rien, depuis des lustres.

A la place de démocratie, comprenez fantasme. Djibouti tourne si mal pour nos formidables dirigeants que tout - et n’importe qui - est bon à jeter aux chiens pour leur défense.

Leur dictateur est confronté à un «problème délicat ». Malgré sa réussite en tant que maître absolu de son pays, il n’a pas su arrêter une pensée indépendante et libre: « Mon problème, c’est qu’une pensée, une pensée libre, s’oppose à moi en toute impunité! » Qui plus est, cette pensée est incarnée par « la diaspora ».

IOG ne comprend pas que ses opportunistes claniques ne puissent pas faire taire cette diaspora. Il propose les moyens utilisés habituellement dans les dictatures : recours à la force brutale, à l’oppression, à la violence et à la manipulation mentale « nous disposons d’un tel arsenal de torture que personne ne résiste à cette sorte de traitement »

S’attaquer, à Djibouti, au tabou des crimes et délits présumés commis dans l’exercice ou pas de leurs fonctions, par des détenteurs actuels du pouvoir, c’est ouvrir une brèche salutaire dans le bastion de l’impunité, cette “chose”, dont bien des dirigeants ne veulent même pas payer le coût politique, autrement dit, la mise à l’écart. Que cela serve un camp contre un autre ? Tant que c’est chacun son tour.

D’une façon générale, MQ s’en serait douté, les menteurs invétérés n’ont que mépris pour les anti-iog : l’opposition djiboutienne, pour eux, c’est le va-t-en guerre , une diaspora à leurs yeux admirable, mais qui, à l’en croire, révélait toute la pourriture de ladite opposition djiboutienne.Plus le mensonge est répété à outrance , plus les gens y croient.

La contestation externe peut exister. La contestation externe peut être éliminée préventivement (par exemple les manipulateurs - claniques - peuvent dresser une liste des personnes qu'il ne faut pas que le commun des intervenants fréquente).

La meilleure façon , pour l’opportuniste clanique ioguiste , d'imposer une idée, c'est de la répéter sans l'expliquer, si possible avec le sens de la formule, de façon à ce qu'elle devienne un stéréotype.

Les ragots rapportés sans contrôle sont retranscrits scrupuleusement par ces opportunistes claniques avec comme objectif évident de dédramatiser la situation.

Leur propagande , est une de leurs armes de guerre les plus efficaces (ça se fait là-bas et en plus, on est payé pour ça !). C’est triste d’être monnayable ; la dignité est beaucoup plus chère qu’une bouchée de pain, mais dans la façon de voir, se projette la façon d’être.

Et l’on pense, à ce sujet, aux vers fameux d’Aragon : « Les yeux bleus de la Révolution (nazie, dans ce cas) brillent d’une cruauté nécessaire. »

Ils s’empêtrent jour après jour dans leurs mensonges , ils ont le culot de nier la nature génocidaire de leur régime.

Mercenaires des idées, ils n’ont cessé, contre vents et marées, de défendre un régime enfoncé dans la boue jusqu’au cou.

Maîtres dans l'art de transformer en fiction des réalités ou le contraire, dont l'empire n'a de limites que celles de l'imaginaire, ne comptez pas sur eux pour vous révéler " les secrets " du régime despotique.

Auront-ils le courage de se regarder dans la glace lorsqu'ils écrivent des sottises pareilles ? Je me permets d'en douter.

C’est leur adhésion totale au Ioguisme, corps et âme, c’est l’énorme profit personnel qu’ils en ont tiré en termes de prestige et de puissance (eux, parti de si bas), c’est aussi la logique de l’idéologie, qui a anéanti en eux tout ou du moins presque tout de ce qui devrait constituer le système des valeurs, normales ou normatives, d’un djiboutien du XXIe siècles. Je dis presque tout, car la diabolisation totale des individus, même ceux-là, confine comme toujours à une certaine absurdité.

Les fonctionnaires de la pensée excellent dans l'art de créer ou colporter des rumeurs. Ils ne font que répéter ce qu’ils ont entendu Dire qu'ils ne nous inspirent aucune sympathie relève de l’euphémisme; cela ne nous a pas empêché d’aller lire leurs obscénités.

Mais c’est au moment où les « opportunistes claniques » abordent la situation politique djiboutienne qu’ils franchissent les bornes du sordide : c’est entendu, avant l’arrivée des méchants opposants, il faisait bon vivre dans Djibouti d'IOG ! Les images que nous livrent les mercenaire plumitifs - de la lutte contre la pauvreté où les 1000 personnes venues chanter la gloire du boucher en chef - renvoient directement au pire film de propagande nazi, « Le Führer donne une ville aux Juifs », qui présentait le camp de Terezin (Tchécoslovaquie) comme un village de vacances pour les déportés ; quant à la diabolisation de l’opposition djiboutienne , c’est un insipide cocktail genre Al Jazira/Guignols de l’Info, visant à convaincre les djiboutiens que l'opposition est le « boucher de Djibouti » ! IOG, connaît pas…

Vous l’aurez compris : c’est une infamie dont le but est clairement affiché : décrédibiliser, dénigrer systématiquement l'opposition djiboutienne. C’est évident, les opposants, la diaspora et cie partis, plus de souffrances, plus de famines, tout ira bien dans le meilleur des mondes!
Espérons que leur attente sera déçue, et comme dirait un certain Lionel, qu’ils assumeront la responsabilité de leur échec (à faire battre l’opposition djiboutienne) et en tireront les conséquences en se retirant de ce spectacle qui les maintiennent à peu près à la hauteur clownesque où ils se sont hissés publiquement. Mieux encore: en se retirant tout court.