Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Djibouti: Arrestation d'un défenseur de l'homme


Alwihda Info | Par - 13 Août 2011 modifié le 13 Août 2011 - 18:29

L’ORDHD dénonce la détention arbitraire de Hassan Amine Ahmed, sous un prétexte fallacieux qui n’est rien d’autre que du harcèlement judiciaire, suites aux tracasseries policières, ainsi que de 6 autres personnes.
Hassan Amine est poursuivi en réalité, parce qu’il est un défenseur des droits Humains qui participe activement à toutes les mobilisations pacifiques contre le régime.


Observatoire pour le Respect des Droits Humains à Djibouti
(ORDHD)
 
17 rue Hoche 93 100 Montreuil Sous Bois, Courriel : ordhd@hotmail.com
 
 
COMMUNIQUE de l’ORDHD
 
Placement en détention de Hassan Amine (défenseur des Droits Humainset membre dirigeant du parti de l’opposition PDD) et de 6 autres personnes
 
Hassan Amine Ahmed a été écroué le 8 Août à la prison de Gabode où il a été placé sous mandat de dépôt pour « participation à un mouvement insurrectionnel » après avoir été maintenu en isolement pendant 7 jours à la gendarmerie dans des conditions très difficiles, menottés nuit et jour. Six autres personnes ont été placées en détention à Gabode pour le même motif :Ismaël Hassan Aden, Abdo Mohamed Haïssama, Ismaël Abdillahi Doualeh,Abdi Osman dit Indhabuur, Idriss Mohamed Hamadou, Omar ali Mohamed.
 
 
L’ORDHD dénonce la détention arbitraire de Hassan Amine Ahmed, sous un prétexte fallacieux qui n’est rien d’autre que du harcèlement judiciaire, suites aux tracasseries policières, ainsi que de 6 autres personnes.
Hassan Amine est poursuivi en réalité, parce qu’il est un défenseur des droits Humains qui participe activement à toutes les mobilisations pacifiques contre le régime.
 
C’est une stratégie utilisée pour museler et sanctionner les défenseurs des droits Humains : entre janvier et avril 2011, plusieurs activistes politiques et défenseurs des droits Humains ont été emprisonnés dont le président de la Ligue Djiboutienne des droits de l’Homme (JP Abdi Noel) ; Farah Abayadid (qui a été torturé) et Hassan Amine sous le même chef d’accusation « participation à un mouvement insurrectionnel »
Cette stratégie s’inscrit dans un climat général de dégradation des libertés et de la situation des droits Humains à Djibouti, lié au contexte pré et post électoral.
 
La population des districts d’Obock, de Tadjourah et d’une partie de Dikhil, très éprouvée par la sécheresse, en proie à la famine, sous embargo depuis des années, subit une véritable terreur de la part des forces gouvernementales. Depuis le mois d’avril,  environ une centaine de civils ont été emprisonnés, maltraités et torturés dans les casernes militaires, certains ont été transférés dans les locaux de la Gendarmerie ou de la Sécurité de la capitale où ils subissent de sévices corporels et de traitements dégradants et inhumains.
L’ORDHD : enjointles autorités Djiboutiennes,
 
  • de stopper les rafles des civils innocents dans le nord du pays ;
  • de libérer immédiatement et sans condition Hassan Amine et les 6 autres personnes arrêtées arbitrairement ;
  • et de cesser toutes formes de tortures et  de mauvais traitements infligés aux personnes arrêtées.
 
 
Montreuil, le 10 Août 2011                                     Pour l’ORDHD : A. COLOMBA


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements