Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Djibouti: Arrestation des femmes et des jeunes


Alwihda Info | Par - 4 Août 2013 modifié le 4 Août 2013 - 16:04

Plusieurs femmes ont été sauvagement battues et embarquées dans des camions de la Gendarmerie puis enfermées de la BRIGADE du NORD. Il est à noter que certaines femmes sont des mères de familles qui souffrent des maladies et sont vulnérables.



                                                  Communique de Presse
 
Aujourd’hui, la Gendarmerie Nationale a mène une répression aveugle et brutale dans le milieu de l’opposition à BALBALA. Plusieurs femmes ont été sauvagement battues et embarquées dans des camions de la Gendarmerie puis enfermées de la BRIGADE du NORD. Il est à noter que certaines femmes sont des mères de familles qui souffrent des maladies et sont vulnérables.
La répression s’élargit aux familles des prisonniers politiques particulièrement contre celle de GUIRREH MEIDAL. Ainsi on note :
NIMA BARKAT HOUDONE épouse de GUIRREH MEIDAL lequel est incarcéré à GABODE depuis le 23 Février 2013
MARWA GUIRREH MEIDAL fille de GUIRREH MEIDAL c’est une mineure âgée de 6 ans
MOUMINA MEIDAL GUELLEH sœur de GUIRREH
SAIDA DJIBRIL ELMI sa niece
OUBAH AHMED SAID
SAIDA HARED
SIRAD MOUSSA MOUHAMED
FALAD NOUR              
Elles ont été arrêtées vers 13 heure a la sortie de la prière sans avoir commis  aucun délit.
La LDDH dénonce vigoureusement les arrestations et les conditions de détention déplorable de ces femmes.    
 Outre ces femmes, une dizaine des jeunes ont été aussi arrêtes et incarcères dans la même condition.
Enfin, la LDDH prend a témoin l’opinion publique nationale et internationale sur le caractère dictatoriale du régime en place à Djibouti et appelle la Communauté Internationale au secours du peuple Djiboutiens victime de la répression sauvage depuis la fin des élections législatives du 22 Février 2013.
La LDDH demande la fin des harcèlements des familles des prisonniers politiques et la libération de tous les détenus et particulièrement des femmes le seul tort leur lien de parenté avec les prisonniers politiques.
 
                                                                                    LE PRESIDENT
                                                                                OMAR ALI EWADO                                                              


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements