Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Djibouti: Arrestations arbitraires des membres de la famille de HOUSSEIN IBRAHIM HOUMED


Alwihda Info | Par Aicha Dabalé - 26 Février 2014 modifié le 26 Février 2014 - 17:03

Observatoire pour le Respect des Droits Humains à Djibouti ORDHD 17 rue Hoche 93 100 Montreuil sous Bois ; Courriel : ordhd@hotmail.com


 
Un an après les élections législatives remportées par l'opposition mais confisquées par le pouvoir, les violations des droits humains continuent de plus belle à Djibouti, les arrestations arbitraires, tortures, exécutions extrajudiciaires, bannissement et expulsion d'un citoyen djiboutien.
 
Le 14 février, outre l'arrestation arbitraire d'une vingtaine de militants proche de l'USN, un citoyen djiboutien Daher Mohamed Robleh a été expulsé du pays vers le Somaliland. Cet intellectuel et dirigeant d'un organisme humanitaire a été déchu de sa nationalité Djiboutienne le 2 septembre 2013 par décret présidentiel. Cet homme à qui on reproche d'être membre du Mouvement pour la démocratie et la liberté (MODEL), avait déjà été arrêté et torturé en Juillet 2013.
 
Cette répression n'épargne ni les enfants ni les personnes âgées proches parents des opposants.
 
C'est ainsi que dans la nuit du 21 et 22 février la mère , le frère, la sœur ainsi que les neveux et nièces de Mr Houssein Ibrahim Houmed , un opposant et défenseur des droits humains ont été arrêtés arbitrairement et détenus durant 48 heures dans les locaux du Service de documentation et de Sécurité (SDS). Il s'agit  de: Dahabo Guedi Sahal, sa mère âgée de 80 ans, Abdoulkader Ibrahim, son frère ; Kadiga Ibrahim sa sœur ; Goumati Mohamed Houmed, sa cousine ;
ses nièces et neveux, enfants de Houmed Ibrahim : Aboubaker, 17 ans ; Mohamed, 16 ans ; Abdoulkader, 15 ans ; Amina, 7 ans ; Mako, 6 ans ; Hasna, 5 ans; Ibrahim, 4 ans.
 
Tous les membres de sa famille ont été expulsés de la maison qu'ils occupaient à Djibouti Ville.
 
Houssein Ibrahim Houmed, est dans le point de mire du régime de Djibouti, depuis qu'il a déposé plainte auprès de la Cour pénale Internationale contre le chef de l’État djiboutien, Ismael Omar Guelleh , pour crime de guerre , crime contre l'humanité à l'égard de la communauté Afar.
 
L'ORDHD dénonce ces violations des droits humains et demande :
 
la fin des arrestations arbitraires et des tortures ; la libération de tous les détenus politiques ;
 
le retour immédiat de Daher Mohamed Robleh à Djibouti ;
 
la fin des harcèlements à l'encontre de Houssein Ibrahim Houmed et de toute sa famille ;
 
à l'union européenne de conditionner son aide à Djibouti au respect des droits humains dans ce pays.
 
 
 
Pour l'ORDHD : Aicha Dabalé Montreuil, le 24 février 2014
 


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements