Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Djibouti : L'USN interdite de commémorer son anniversaire, même à l'intérieur de son QG !


- 17 Janvier 2014 modifié le 17 Janvier 2014 - 22:03


Les leaders de l'USN en train de se faire embarquer dans un bus par la police, hier. Crédit : Djibouti MRD
Les leaders de l'USN en train de se faire embarquer dans un bus par la police, hier. Crédit : Djibouti MRD
Aujourd’hui, jeudi 16 janvier 2014, correspondait au premier anniversaire de la naissance de l’Union pour le salut national (USN), coalition des partis djiboutiens d’opposition. A bon droit, l’USN commémorait cet événement historique à l’intérieur de son nouveau Quartier Général (QG) situé au Quartier 4, secteur ancien de la capitale djiboutienne. Pourquoi à l’intérieur ? Parce que le régime interdit à l’USN, sous des prétextes fallacieux, d’organiser la moindre réunion publique, comme en témoignent les interdictions des meetings USN du 06 décembre 2013 et du 01 janvier 2014.
 
A 10h30, tandis que le président de l’USN, Ahmed Youssouf Houmed, prononçait son discours commémoratif, un détachement policier d’une centaine d’agents armés de gourdins, de gaz lacrymogène et même d’armes à feu, a fait irruption au Quartier général et a brutalement mis fin à la célébration. Non sans agresser physiquement plusieurs militants.
 
Dans la foulée, les policiers ont arrêté tous les dirigeants présents de l’USN : Ahmed Youssouf Houmed, président de l’USN, Omar Elmi Khaireh, vice-président de l’USN, Ismaël Guedi Hared, président de l’Assemblée Nationale Légitime (ANL), Daher Ahmed Farah (DAF), porte-parole de l’USN, Abdourahman Mohamed Guelleh, secrétaire général de l’USN, Mohamed Daoud Chehem, délégué aux finances de l’USN, docteur Abbaté Ebbo Adou, vice-président du MoDeL, mais aussi les dirigeants Adan Mohamed Abdou, 1er vice-président de l’ANL, Ali Mohamed Dato, président légitime de la commune de Balbala, Aden Dalieh Dirieh, président légitime de la commune de Boulaos, ainsi que Maître Djama Amareh Meidal, conseiller juridique du Haut Conseil l’USN. Ils ont également interpellé un grand nombre de députés ANL, de cadres et de militants de l’USN des deux sexes, venus fêter cet événement dans le calme, l’ordre et la liesse. Tous, soit une soixantaine de personnes, ont été embarqués dans des voitures de police et conduits au centre de rétention administrative de Nagad connu pour ses cellules insalubres où pullulent moustiques et autres insectes indésirables. D’abord entassés dans une même cellule et privés de leurs téléphones portables, les dirigeants et membres de l’USN ont été ensuite séparés pour être répartis entre deux cellules, avec violence physique et traitement dégradant à l’encontre de certains. Puis le porte-parole de l’USN, Daher Ahmed Farah, et Maître Djama Amareh Meidal ont été isolés, embastillé chacun dans un local délabré qui tient bien plus des toilettes sans évacuation que de la cellule de rétention.
 
Cette soixantaine de personnes n’ont été libérées que le soir vers 18 heures.
 
Outre ces arrestations, la police a confisqué cinq voitures personnelles stationnées aux abords du QG dont celles d’Adan Mohamed Adou, de Mohamed Daoud Chehem, d’Ismaël Ahmed Wabéri et du docteur Abbatté Ebbo Adou, véhicules qui n’étaient pourtant pas en infraction routière.
 
Dernier acte de cette répression gratuite, le nouveau QG de l’USN a été vandalisé en début d’après-midi: il a subi un vol avec effraction ainsi que des destructions de meubles et de toilettes. Et ce, pour la seconde fois depuis le 4 décembre 2013, date du premier saccage. Les auteurs de ces actes, visiblement à la solde du régime, ont ainsi emporté des caméscopes, des appareils photos et un sac à dos.
 
Nous condamnons fermement ces agissements qui en disent long sur la fébrilité et la fragilité du régime face à la force et à la détermination de l’USN. Nous exigeons notamment la fin de la répression et des provocations, l’arrestation des auteurs du vol et du saccage ainsi que la restitution du matériel emporté, des véhicules enlevés et de tous les objets précédemment confisqués aux membres et sympathisants de l’USN.
 
La lutte continue. Libérez tous les détenus politiques. Le peuple vaincra.
 
Président de l'USN : Ahmed Youssouf Houmed


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements