Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Djibouti : Un enseignant arrêté et menotté face à ses élèves !


- 8 Mai 2014 modifié le 8 Mai 2014 - 12:12

Djibouti: Les enseignants victime d'abus de pouvoir, détention arbitraire jusqu'à révocation !


Djibouti : Un enseignant arrêté et menotté face à ses élèves !
« Une personne peut d’autant plus facilement être abusée qu’elle est à la recherche de reconnaissance. » [François Proust]
 
Terroriser, affamer, humilier et nettoyer le ministère pour mieux soumettre le personnel tel semble être le mandat de l’actuel ministre de l’éducation !
 
Au MENFOP, les mesures punitives injustifiées, arbitraires et illégales engagées contre le corps enseignant depuis le début de la rentrée scolaire 2013/2014 se poursuivent malheureusement. Ces agissements contredisent paradoxalement la volonté affichée de revalorisation périmée et factice, médiatisée à volonté, du métier d’enseignant par le ministre le plus impopulaire du système éducatif Djiboutien de puis sa création.
Après les mutations disciplinaires, les arrestations , les séquestrations et les emprisonnements, les suspensions et les retenues des salaires, les radiations et les révocations pures et simples des fonctionnaires de l’éducation nationale, les distributions des promotions sous étiquettes tribales, la marginalisation et la mise à l’écart des enseignants les plus anciens, les plus dévoués, les plus expérimentés, le taux de mortalité anormalement élevé(2013/2014) chez les enseignants à cause des conditions de travail très éprouvantes ; les déboires des pédagogues ne sont pas prêts de s’arrêter. Les brutalités avec lesquelles on traite les enseignants ont même franchi une nouvelle étape dernièrement.
Au début de cette semaine un instituteur de l’école d’Ali-Sabieh 1 est arrêté dans sa classe, menotté et emmené de force au grand étonnement de ses élèves paralysés de peur et terrorisés par la bestialité des éléments de la gendarmerie.
Après notre enquête, nous avons appris que le maitre arrêté et sa directrice ont eu un vif échange verbal quelques instants auparavant, chose plutôt ordinaire dans un lieu de travail. Mais on appelle une telle arrestation un usage disproportionné de la force, et une sagesse somalie dit : barroortu orgiga ka wayn, les pleurs sont plus impressionnants que la raison invoquée ! Autrement dit, on diabolise les enseignants pour leur inventer une culpabilité.
 
Le collectif pour la défense des droits du personnel de l’éducation nationale est profondément scandalisé par la sauvagerie des hommes en uniforme.
 
 
Quel message veulent-ils transmettre à la population ?
Quelle image de l’enseignant nous donnent-ils ?
Ont-ils réellement évalué l’impact psychologique et le traumatisme mental subits par des enfants de bas âges innocents ?
Ont-ils oublié que l’enseignant jouit d’une immunité dans sa classe ?
 
Il est protégé par la loi !
Sauvons L'éducation Nationale - Djibouti


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements