Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

Djibouti : Un sursaut national contre la dictature


Alwihda Info | Par Amina - 28 Février 2016 modifié le 28 Février 2016 - 18:00


Depuis le massacre de Bouldougo , à Djibouti, la dictature engrange des victoires et l’opposition se divise au grand dam des Djiboutiens et Djiboutiens démocrates. Nous sommes pourtant à un tournant de la vie politique à Djibouti. La dictature a planifié ses victoires et voie des résultats en deçà de ses attentes. La victoire de la dictature mènera à la perte du pays, de la solidarité national et à la somalisation des esprits si ce n’est pas encore commencé. Nous devons nous unir et accepter la différence d’opinions, la diversité des idées de tous les opposants et opposantes démocrates..
Le dictateur veut renforcer son pouvoir, ses capacités de destruction du pays. Il va bientôt commencer la partie show de sa compagne. Vous aller voir les défilés des okals , sultans, okas et autres représentants claniques au palais de hara-mousse( cage pour souris). Il continuera de diviser l’usn, ce qui reste encore de cette coalition. Dans l’histoire de l’humanité, il n’ya pas eu un dictateur qui construit son pays, qui accepte l’existence d’une opposition non armée. Revoyez mes frères et sœurs, l’histoire de l’Egypte sous Moubarek, de la tunisie sous Ben Ali, de Kadafi, de Siad Bareh. Il détruira tôt ou tard ce qui reste de l’opposition. Les assassinats ciblés et les empoisonnements seront ses méthodes. Que fera-t-il des citoyens Djiboutiens après son investiture faisant suite au hold-up électoral. Pour répondre à cette question revoyant ce que ce menteur a fait entre mai 2011 et Février 2016. Durant ces années de son 3eme mandat, le dictateur a transgressé tous les lois en matière d’administration, de liberté individuels, des droits de l’Homme et massacré au final une partie de la communauté national. Les licenciements et radiations injustifiés à l’encontre des hommes et des femmes reconnus pour leur sérieux dans leur travail et ayant des idées différentes des siens ont été pratiqués à outrance. Les séquestrations illégales et les tortures des citoyens, mêmes des enfants de moins de 18 ans nous ont marqués.il a utilisé tous les moyens de répressions à l’encontre de la coalition de l’usn. Les emprisonnements avaient commencé dès la défaite de l’UMP aux élections parlementaires volés de février 2013. Il a tué, torturé des citoyens comme Mahamoud Elmi Rayaleh . Sur le plan économique, il n y a aucune avancé sinon la destruction des services publiques, pénurie d’eau dans la plupart des quartiers populaires, des coupures récurrentes d’électricité avec des factures pourtant de plus en plus cheres.les services sanitaires ont connus des dégradations majeurs au point que les personnels sanitaires sont découragés et pensent pour la plupart à quitter leur pays. Le système éducatif a connu la période la plus sombre avec l’arrivé de Djama télé qui a fait de la préférence clanique et de vol du budget du ministère et acces ( coopératives éducatives) son credo ou objectif du ministère . La dégradation des conditions de travail et le découragement du corps enseignant a fait reculer le niveau de l’enseignement au secondaire et à l’école fondamental. Il a arrêté le développement de l’enseignement du privé. La diminution du niveau des connaissances des Djiboutiens, fait partie du plan de la dictature pour régner sur le long terme. Le découragement est palpable chez tous les employés de ce ministère à l’exception de ses cousins protégés.

Durant cette période, il n y a pas eu de création d’entreprise, ni d’installation d’entreprise pour diminuer le niveau de chômage. Des entreprises de citoyens honnêtes ont été obligées de fermer leur porte face à la prédation de l’état ou l’augmentation des cotisations pour la licence comme pour les transitaires. Au lieu d’encourager l’entreprenariat djiboutien, la dictature pense par le remplacer par des proches dans les secteurs juteux. Nous assistons à la privatisation du pays qui ne sera dans le futur, que l’entreprise d’IOG et de sa cours et nous ses employés ou pardon « ses esclaves ».

IOG est convaincu que la répression, le massacre , appauvrissement, diminution du niveau d’éducation lui permettant de réussir sa réélection. Pour la période 2016-2022, il répétera la même chose ou encore pire pour être élu pour un cinquième mandat. Durant cette période il préparera le terrain pour être élu pour 2022, en faisant plus de massacres, de tortures et d’emprisonnement. Chers frères et sœurs, ne votons pas pour ce dictateur qui nous humilie, séquestre, torture et tue nos frères et sœurs. Il n’y a pas une raison valable pour voter pour lui. Il sera vaincu tôt ou tard mais ne vote pas pour un assassin. Le dictateur humilie, torture et tue des groupes ethniques et puis quelques années plutard, il donne des miettes et quelques postes aux membres de familles des victimes. Depuis 1990, la méthode est la même, un jour on humilie les Ali, on donne des bakchis aux Omar , les années suivantes les anciennes victimes reçoivent les miettes et le privilégiés d’hier sont massacrés. En fin de compte chaque famille sera victime et portera le deuil de leur fils et fille. Le sursaut national est le réveil, l’unité , une contre-offensive dévastatrice pour le dictateur et sa cour. Avant cette contre-offensive, il faut faire l’unité de l’opposition. Sachez, mes frères et sœurs, que les candidats face au dictateur sont les sacrifiés et ne nous trompons pas de combat. L’ennemie n’est pas l’USN mais le dictateur. A ceux qui soutenaient le boucot comme moi, ne parlons pas de traîtrise, mais soyons plus tolérants et préparons-nous pour la victoire finale. Les élections sont l’unique occasion de nous unir, de nous mobiliser et de battre la dictature. Il faudra préparer ces jours pour nous débarrasser du dictateur. Nous avons l’unique occasion de montrer notre solidarité aux victimes de cette dictature. Certains de mes amis ont arrêté leur mobilisation, en disant que ça ne sert à rien de se battre pour l’USN . Nous ne nous battons pas pour une partie ou pour un groupe ethnique, mais pour sauver le pays et c’est un combat de tout citoyen. Nous avons d’un coté, une dictature qui veut nous humilier encore, qui accumule les milliards , nous affame, nous torture , nous tue et d’une autre coté des hommes et des femmes qui se battent à nos coté( mais ont leurs idées pour combattre la dictature). L’ennemi n’est pas le combattant de la liberté, mais le dictateur.

S’il arrive a tué ses DaF, TX, Hamoud, Kadar et autres, il dira qu’il n’ a pas d’opposant comme Kadafi et Moubarak. Il fera cela si nous nous divisons. Soyons solidaires et rejetons le tribalisme. Nous allons juger, un jour, les assassins de 1990, d’Arhiba, de Bouldougho, des Mahamoud Elmi et d’autres anonymes tués par la dictature.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements