Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Djibouti externalise la gestion de son trafic aérien civil.


Alwihda Info | Par Huno Djibouti - 26 Octobre 2015 modifié le 26 Octobre 2015 - 07:25

l'ahurissante passation de marché gré à gré, pour la gestion de l'espace aérien de la république de Djibouti.


Au travers « d'indiscrétions » et de communiqués de presse, nous apprenons l'ahurissante passation de marché gré à gré, pour la gestion de l'espace aérien de la république de Djibouti. Dans un communiqué diffusé sur internet, la société Hadid International Aviation précise qu'« en raison de l'augmentation du nombre de vols au-dessus et à l'atterrissage dans le pays principalement en raison de la situation politique dans la région, Hadid International Services a été approché et désigné par l'Autorité de l'Aviation Civile de Djibouti pour gérer le contrôle de l'espace aérien ». Hadid International Aviation Services, prestataire de service Émirati de navigation aérienne (PSNA), fondée par Baha Hadid en 1981, obtient (dans la plus grande discrétion) l'exclusivité du contrôle aérien, à savoir : le contrôle d’approche de(s) aérodrome(s) et aéroport(s) ; la délivrance des droits d'atterrissage ou de décollage ; la perception des redevances aéroportuaires ; ainsi que la gestion de l'espace aérien national (communication/navigation/surveillance/information aéronautique). Généralement, l'exclusivité du contrôle aérien est confié, pour des raisons de sûreté et de souveraineté, à un service public ou à une entreprise appartenant à l'État. Cette énième entorse aux procédures de passation des marchés publics survient dans le cadre de plusieurs scandales qui ont éclaboussé les autorités djiboutienne depuis son adhésion, en 1982, à l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI). Le 29 mars 2010, suite à un audit, l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI), contacte dans un rapport "cinglant" : « l'absence à Djibouti de tout code juridique de l'aviation civile et le non-respect des critères et normes internationaux ». 30 ans après son adhésion à l'OACI, le 01 mars 2012 sera finalement promulguée : la Loi n°152/AN/11/6ème L portant Code de l'Aviation Civile. Le 30 avril 2015, dans un article intitulé "Chaos in tower, danger in skies at base in Africa", le Washington Post, affirme que "l'espace aérien de Djibouti est devenu dangereux pour les pilotes de l'US Force" à cause de "contrôleurs aériens qui dorment sur leur lieu de travail". Dans un communiqué en date du 05 mai 2015, dénonçant "les accusations mensongères d’une presse à sensation", le gouvernement djiboutien, quant à lui, affirme que "les contrôleurs aériens reçoivent des formations régulières à l'étranger dans des centres de formations agréés et les licences qui leurs délivrées sont en conformité avec la réglementation de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI)". la sous-traitance des missions de l’État par des organisations non-gouvernementales ; la partialité de l’administration publique à l’égard de certains contrôleurs (tribalisme) ; l’absence de promotion par le mérite ; l’impunité ; la politisation des emplois ; la gestion non orthodoxe des finances publiques ; la corruption ; la violation délibérée des instruments juridiques nationaux et internationaux (Convention de Chicago) ; l’incivisme ; tous réunis sous le vocable de mal gouvernance et auxquels on pourrait rajouter bien d’autres, qui font le lit à un État failli, sont malheureusement à l'origine du mal être de l'aviation civile djiboutienne. Il ne suffit pas de se doter d’une Autorité de l'Aviation Civile (Loi n°108/AN/10/6ème | Décret n°2015-272/PR/MET) pour que celle-ci fonctionne. Il faudrait non seulement des dirigeants, mais surtout des dirigeants agissant selon les principes d’organisation et de fonctionnement de l’État. Il apparaît tout à fait clairement à la lecture du communiqué de Hadi, malgré l'« attitude » de façade, exhibée aux yeux de la Communauté Nationale, les autorités djiboutiennes tentent de satisfaire la presse américaine. En tentant ainsi de décapiter le métier de "contrôleur aérien", le régime actuellement en place à Djibouti, nous démontre sa fragilité d’« État défaillant », incapable d’assurer sa mission essentielle de développement économique et social de formation; de garant de la sécurité; de la surveillance de l'espace aérien. A cette fin, toujours égal à lui-même, dans le seul but d'étouffer toute contestation syndicale ou associative qui naîtrait de l'application de cet accord, le 20 octobre 2015, le régime dictatorial interdit à l'Association Professionnelle des Contrôleurs de la Circulation Aérienne (APCCAD), de célèbrer la Journée Mondiale du Contrôleur Aérien.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements