Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Djibouti : la répression érigée en gestion politique


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 27 Janvier 2011 modifié le 27 Janvier 2011 - 00:49

12 jeunes gens ont été arrêtés à Kumulsa, Data Bassoma et à Hedlé, et se trouvent dans 2 camps militaires à Galeyla (Mablas) et à Waddi (60 km d’Obock), où ils subiraient de mauvais traitements. Ils sont accusés de soutenir ou d’avoir de proches parents au FRUD. Nous avons pu avoir les noms de 5 d’entre eux :


OBSERVATOIRE POUR LE RESPECT DES DROITS HUMAINS A DJIBOUTI

17 rue Hoche 93100 Montreuil Sous Bois

ordhd@hotmail.com

 

Djibouti : la répression érigée en gestion politique
Le 24 janvier  2011, une colonne de l’armée du camp de Galeyla a investi et ratissé les montagnes des Mablas, à la recherche des jeunes de moins de 30 ans. Une vingtaine de personnes ont été brutalisées. Certains ont été blessés.
12 jeunes gens ont été arrêtés à Kumulsa, Data Bassoma  et à Hedlé, et se trouvent dans 2 camps militaires à Galeyla (Mablas) et à Waddi (60 km d’Obock), où ils subiraient de mauvais traitements. Ils sont accusés de soutenir ou d’avoir de proches parents au FRUD. Nous avons pu avoir les noms  de 5 d’entre eux :                         Omar Helem, Mahomado Ali Abakari, Mohamed Ali Moussa, Abakari Mohamed Ali, Hamadou Abakari Asso.
Cette opération répressive fait suite  aux arrestations arbitraires de 14   personnes à                            Sismo le 13 janvier 2011 (ORDHD du 16/01/11) dont 3 femmes et 3 vieillards toujours accusées de liens avec le FRUD, 7 d’entre elles sont écrouées à la prison de Gabode depuis le 18 /01/11 :                                                                                  1Youssouf Derbakaleh Mohamed ;
2 Ahmed Moussa Ahmed ;                                                                                   3 Abdo Dini Ki’oïta                                                                                                        4 Hamid Ahmed Ali
5 Ahmed Mohamed Abbakari;
6 Hamadou Ahmed Hamadou ;
7 Youssouf Ali Nouho;                                                                                                   Ces 2 derniers ont été agressés et passés à tabac par des nervis travaillant pour la police et laissés sans soins.

L’Observatoire dénonce :                                                                                                            toute cette répression contre les civils qui s’apparente à des sanctions collectives, à une prise en otage des personnes innocentes ;                                                                        l’utilisation des populations civiles comme bouclier humain autour des camps militaires de Galeyla et Margoïta (près de Moussa Ali).

L’ORDHD demande :                                                                                              la libération immédiate de tous les détenus politiques ;                                                                  le jugement des auteurs  des sévices corporels  et des tortures.

 

                                                                                                   fait à Montreuil Sous Bois

Pour l’O.R.D.H.D                                                                              le 25/01/2011

R. AVIGNON



EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements