Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Djotodia à N'Djamena : Un aller sans retour ?


Alwihda Info | Par - 8 Janvier 2014 modifié le 8 Janvier 2014 - 22:04


Michel Djotodia, chef du Seleka, est accueilli par le leader de la FOMAC (Force Multinationale d'Afrique Centrale) Jean Felix Akaga à Bangui, le 15 janvier 2013 - AFP
Michel Djotodia, chef du Seleka, est accueilli par le leader de la FOMAC (Force Multinationale d'Afrique Centrale) Jean Felix Akaga à Bangui, le 15 janvier 2013 - AFP
N'DJAMENA (Tchad) - Le Président de la Transition, Michel Djotodia est arrivé ce soir à N'Djamena, à bord d'un avion dépêché par le Tchad. Il prend part demain à un mini-sommet, initié par N'Djamena.

A moins de 24 heures de l'ouverture du sommet, la question est de savoir si Djotodia va réellement démissionner. Le ministre de la communication centrafricain a démenti toute démission de Michel Djotodia. Selon des sources proches des forces africains stationnées à Bangui, la démission du président de transition est une des options mises sur la table de discussion des chefs d'états africains. La France qui, depuis l'intervention militaire, a manifesté son désir de faire démissionner Djotodia, n'a pas eu le soutien des chefs d'état africains qui craignent un vide dont les conséquences seraient imprévisibles. Malgré la campagne médiatique de dénigrement lancée contre la présence des troupes tchadiennes, et la politique des soldats français visant à laisser les mains des antibalaka libres pour précipiter le retrait des forces africains et laisser le champs libre à la France de défaire le régime de Djotodia, les africains, pour une fois, ont imposé un point de vue commun. La campagne de dénigrement contre les forces tchadiennes et le président Djotodia sont orchestrées par des Bozizistes qui cherchent à créer un vide et s'accaparer du pouvoir. Bien vu. Tous les chefs d'état africains ne sont ni contre le retrait des troupes tchadiennes, ni la démission du président de la transition et son remplacement par celui qui sera capable de gérer la transition. Mais il faut que cela se passe en douceur. Le président gabonais Ali Bongo propose le maintien de Djotodia en ramenant la transition à trois ou six mois.


Le Président Idriss Déby et son homologue Michel Djotodia, ce soir au pavillon d'honneur de l'aéroport. Crédit photo : Présidence Tchad
Le Président Idriss Déby et son homologue Michel Djotodia, ce soir au pavillon d'honneur de l'aéroport. Crédit photo : Présidence Tchad
Enfin, même s'il faut remplacer le président Djotodia, Bozizé est loin de faire l'unanimité. Il est accusé d'avoir attisé la haine religieuse et il n'est pas exclu qu'il soit poursuivi par la Cour Pénale internationale, selon des organisations des défenses des droits de l'Homme. Pendant que le président congolais et le Tchad ne voient d'inconvénient de compter sur l'actuel premier ministre, des sources non confirmées désignent Guy Moskit ministre centrafricain de l’Intégration régionale et de la Francophonie de 2003 à 2005, sous le régime Bozizé, comme le cheval de bataille de France. Dossier à suivre..


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements