Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Elucubrations journalistiques de Jeune Afrique aka Jeune à Fric


Alwihda Info | Par Mohamed Qayaad - 19 Septembre 2014 modifié le 19 Septembre 2014 - 15:25


Elucubrations journalistiques de Jeune Afrique aka Jeune à Fric

Toute personne, ayant un minimum de sens commun, se doit de dénoncer cette idéologie perverse et criminelle, ce fanatisme ethnique qui dégrade la valeur de la vie humaine jusqu'à des limites inconcevables pour nos esprits incrédules.
Encore une fois Jeune à Fric qui connait jusqu'à les dessous des négociations et qui a surement pris pour argent comptant les allégations du régime dictatorial djiboutien.
Libre à vous d'accorder une foi aveugle aux racontas biscornus.Il me semble vous avoir déjà dit que je n'ai rien contre votre despote IOG, et je ne vois pas pourquoi vous vous obstinez à lui trouver à tout prix une fixation paranoiaque… et encore moins pourquoi ce doit absolument être l’opposition djiboutienne.
Si de telles analyses étaient signées par un des nombreux tenants de l’autre bord, en l’occurrence par un ioguiste, rien ne serait étonnant. Mais le plus dramatique, c’est qu’elles sont bel et bien l’œuvre d’un monsieur qui porte un nom loin de toute confusion hélas! Il ne se disait pas touché par les évènements du Nord, mais en lisant le contenu de son mépris pour les victimes, il en résulte presque une justification de l’arbitraire.
On peut accuser le journaliste de mentir avec la moindre preuve , messieurs les chantres de la dictature. Triste spectacle en vérité que celui de cet abject personnage qui tente de justifier l'injustifiable et de défendre l'indéfendable.Journaliste (de Jeune à Fric), vous êtes un triste sire. Votre malhonnêteté intellectuelle me rebute profondément. Profondément. Comme un doigt qu'on entre de force au fond de la gorge.
Même vos maîtres reconnaissent la gravité des négociations (cf le communiqué de MAY), qu'attendez-vous donc pour le faire?
De grâce, arrêtez de jouer au plus royaliste que vos rois.Vous le faites si mal.
Quel mal y a-t-il donc à essayer de comprendre les faits au-delà de l’analyse partisane et passionnée?
Je ne vois pas où est le crime d’analyser l'information du journaliste de Jeune à Fric, si ça peut aider à éclaircir nos cerveaux qui en ont bien besoin.
En quelque sorte ce mercenaire des idées est dans un idéal trop absolu pour pouvoir se contenter de la réalité, de cette pauvre réalité dans laquelle nous sommes. Alors il préfère haïr cette réalité et chercher à la détruire plutôt que de modifier son idéal.
La liberté de la femme, la liberté politique, la liberté d’expression, la liberté religieuse, etc.….sont des libertés accordées par un dictateur, ils n’ont rien à voir avec la liberté individuelle d’un être libre dans une société libre.
Lorsqu’on a à faire à un régime qui réduit la liberté individuelle à des libertés c’est qu’on a simplement à faire à une dictature, peu importe que celle-ci soit laïque, religieuse, verte, rouge ou brune.
Comment peut-on continuer à occulter ladite réalité.Combien d'évènements macabres de ce genre notre pays n'a de cesse de connaître depuis toujours ? Combien de veuves, d'orphelins, de mutilés et de déplacés manquent-ils encore au compte pour que la page sinistre soit tournée définitivement pour la République De Djibouti?
Vous devrez avoir la notion de pouvoir lire à travers les lignes pour mieux décrypter une information ce que vous semblez ignorer.
Vouloir décrire une situation est une chose mais la travestir ou la nier en est une autre.
Jeune à Fric essait non seulement d'édulcorer la réalité djiboutienne , mais aussi se livre à une stupide comédie de mauvaise goût !
Pense-t-il que les djiboutiens sont stupides au point de ne pas se rendre compte de cette mascarade dont le seul but est de leur mettre la poudre aux yeux?
Pourquoi sème-t-il la confusion et l'intoxication? Pourquoi se livre-t-il sciemment à la désinformation et à la propagande?
A qui profite leurs allégations purement et simplement mensongères ? Et pour quelle fin d'ailleurs?
Pire, Jeune à Fric s'anime , s'active , s'agite et s'excite pour justement semer, entretenir et prêcher la haine gratuite et aveugle à l'égard de l’opposition djiboutienne. Chose inacceptable et condamnable!
Il y a une contradiction flagrante entre les objectifs affichés de leur action politique et l'obséquiosité affligéante qu'il voue au régime despotique.
La société djiboutienne a tellement emmagasiné des haines et des rancunes de toutes sortes que seules les personnes averties pourraient prendre un peu de la hauteur.
Initier le désordre et revenir crier à la victime n'est rien d'autre que la fameuse politique de l'autriche qui, voyant venir le danger, se fourre la tête dans le sable.
Cette manipulation porte la marque de la police politique djiboutienne. Quand ils ne sont pas emprisonnés ou assignés à résidence, les journalistes djiboutiens sont régulièrement victimes de ce genre de harcèlement. Il est regrettable qu'une fois encore, les commanditaires d'une telle manoeuvre bénéficient d'une totale impunité et que la responsabilité en incombe à un simple dictateur.

Mohamed Qayaad