Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

En Afrique Subsaharienne, le statut de la femme évolue, les divorces diminuent


Alwihda Info | Par - 6 Janvier 2016 modifié le 6 Janvier 2016 - 17:05

La lutte contre les mariages précoces et la pauvreté ainsi que l'autonomisation des femmes a permi une baisse du taux de divorce dans les pays africains.


credit photo
credit photo

En Afrique subsaharienne, l’évolution du statut de la femme, et le développement socio-économique, se sont accompagnés d’une baisse relative du taux de divorce, selon un constat établi dernièrement par des chercheuses canadiennes et confirmé par des experts africains interrogés par Anadolu.

Un phénomène bien loin de celui traversé par les pays occidentaux où l’augmentation du niveau d’instruction, d’emploi et de revenus chez les femmes, a souvent eu pour corollaire un accroissement du taux de divorce (0,8 divorce pour 1 000 personnes en 1965 à 2,0 divorces en 2011 dans l'Union Européenne), selon les statistiques de l'UE publié en juin 2015 par la Commission européenne.

Si la littérature tant théorique qu’empirique n’est guère abondante en termes de données sur les mariages et divorces dans le continent noir (étant donné qu’ils ne sont, la plupart du temps, pas officiellement enregistrés) deux chercheuses canadiennes de l’Université McGill ont toutefois pu décortiquer durant deux décennies, le phénomène dans vingt pays d’Afrique subsaharienne, selon une étude publiée le 16 décembre dernier.

 Cette première analyse systématique, a été permise grâce à l’utilisation des données relatives «à la date de la première union et à l’état matrimonial actuel de plus de 500 mille femmes dans 20 pays différents,  colligées à partir de plus de 100 enquêtes démographiques et de santé (EDS) afin d’estimer indirectement la probabilité qu’un mariage se termine par un divorce», ont expliqué, Shelley Clark et Sarah Brauner-Otto, les co-auteurs de l’étude publiée sur le site de l’Université.

Selon l’étude, «le taux de divorce a baissé sur la période dans la moitié des pays examinés», à l’instar du Bénin, du Ghana, ou encore du Niger, où les chercheuses ont observé une dimunition de 10 points de pourcentage, ainsi qu’un «fléchissement moins marqué», du nombre de divorces au Libéria, au Malawi, en Namibie, au Sénégal, au Togo et en Zambie.

Au Burkina Faso, au Cameroun, au Kenya, en Tanzanie, en Ouganda et au Zimbabwe, le risque de divorce est, quant à lui, «demeuré remarquablement stable» au cours des 20 dernières années.

Cette baisse de divorce s’explique par des approches aussi bien sociologiques que juridiques, commente Djasnabeye Bruno, sociologue tchadien.

 «Le mariage en Afrique est un lien sacré entre, d’abord, deux individus, ensuite entre deux familles et  deux communautés entières. Malheureusement, certains facteurs traditionnels comme l’union de deux être inconnus ou le mariage précoce ont contribué plus ou moins aux taux élevés de divorce dans le continent», rappelle le chercheur.

«Mais au fil du temps, le métissage culturel progressif (occidental/africain), soutenu par la scolarisation et l’alphabétisation des filles, la revalorisation du statut de la femme, et surtout l’abandon progressif de certaines pratiques traditionnelles comme le mariage précoce ont favorisé la baisse constaté dans la majorité des pays»,  souligne-t-il.

«Les femmes se marient en effet plus tardivement, en choisissant davantage leur compagnon, ce qui entraine la stabilité dans les couples et donc moins de divorce », développe-t-il.

«De plus, dans de nombreux pays subsahariens, les autorités ont pris conscience du danger que représente les mariages précoces, qui, à la base, constituent 42% des causes de divorce dans cette région du monde. Elles ont donc vu la nécessité de mettre sur pied des dispositifs juridiques sévères contre ce phénomène social et qui permettront de réduire, encore, le taux de divorce», ajoute le chercheur.

«Le Tchad, le Cameroun et le Congo, ont récemment adopté des projets d’ordonnance interdisant le mariage des enfants mineurs», confirme Mahamat Hassan, juriste tchadien.

 «Pour le cas du Tchad par exemple, où le taux des mariages précoces est élevé, la nouvelle loi de 2015,  interdit le mariage d’enfants mineurs et punit d’un emprisonnement de 5 à 10 ans et une amende de 500.000 F CFA à 5 millions F CFA (environ 1.000 à 10.000 USD), toute personne, toute autorité civile, religieuse ou traditionnelle qui contraint, par quelque moyen que ce soit, un mineur (moins de 18 ans) au mariage»,  détaille-t-il.

Les organisations non gouvernementales et internationales ont également joué un rôle dans cette baisse du taux de divorce.

 «La principale cause des divorces, reste la pauvreté», souligne Falamata Mahamat Hassan, présidente de l’ONG Action Socio-économique en faveur des femmes démunies et Orphelins (AFFOV), présente dans plusieurs pays de l’Afrique subsaharienne.

« Plus de 28% des divorces sont causés par le manque de ressources nécessaires pour soutenir les besoins familiaux de base. Du coup, se débarrasser de sa conjointe, reste la seule solution très valable pour les pères de familles de se décharger des problèmes de rations alimentaires quotidienne en Afrique subsaharienne », affirme la responsable.

«Nous nous sommes donc engagées en soutenant les initiatives des femmes, notamment à travers l’autonomisation, le soutien de micro-projets etc. Les gouvernements aussi ont entendu les cris d’alarme que nous émettons et nous ont apporté leur soutien. Il n’est donc pas étonnant que ces dernières années, on  arrive à ce résultat de baisse de divorce. Nous avons misé sur le bon aspect de développement en soutenant les femmes en Afrique» , a-t-elle indiqué.

Selon le professeur Mahamoud Youssouf Khayal, Directeur du centre national tchadien d’appui à la recherche (CNAR), rencontré par Anadolu, « si le taux de divorce en Afrique subsaharienne n’a pas suivi les mêmes courbes observées dans les autres continents, c’est parce que le continent noir a multiplié les étapes évolutives des indicateurs socio-économiques. »

« Nous avons remarqué que les indices de développement social qui favorisent l’épanouissement de la famille en Afrique comme des revenus journaliers des épouses, la scolarisations des filles, le planning familial et la santé maternelle ont drastiquement évolué cette dernière décennie dans certains pays africains, Ce qui, à notre avis, a faussé les calculs des nombreux observateurs et scientifiques qui avaient émis l'hypothèse selon laquelle les taux de divorce suivraient la même tendance haussière, comme cela a été le cas en Europe ou en Amérique du Nord » fait-il observé.

« Et la tendance devrait se poursuivre », prédit-il.


Mahamat Ramadane
Journaliste-reporter Alwihda Info. Tél : +(235) 63 38 40 18 En savoir plus sur cet auteur

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements