Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Fécondation in vitro : Mme Chantal Biya inaugure le CHRACERH


Alwihda Info | Par - 6 Mai 2016 modifié le 6 Mai 2016 - 20:26

L’épouse du président de la République du Cameroun a lancé sur ses fonts baptismaux ce 6 mai 2016, le Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine. Un joyau architectural qui renferme des équipements d’une technologie de pointe


Mme Chantal Biya: « Il s’agit de donner espoir aux couples stériles ».
Mme Chantal Biya: « Il s’agit de donner espoir aux couples stériles ».
C’est le 1er décembre 1999 que Mme Chantal Biya a présidé à la pose de la première pierre du CHRACERH, un autre hôpital de référence du Cameroun. Près d’une vingtaine d’années après, l’édifice qui présente une architecture pittoresque et futuriste, et dans lequel on dispensera des soins de haut niveau, avec en première ligne dans la spécialité de la fécondation in vitro, affiche fière allure. Ceci dans un quartier Ngousso qui a le privilège d’abriter, outre le CHRACERH, un hôpital général et un hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique, fruit de la coopération sino camerounaise.
Les autres domaines du Centre portent entre autres sur les points suivants : la gynécologie classique et obstétrique, les consultations externes, les urgences gynécologiques, la cryoscopie, l’hystéroscopie opératoire, la fibroscopie, l’assistance médicale à la procréation. Au bout du compte, la mission primordiale du Centre est de lutter contre l’infertilité. En ce qui concerne le plateau technique, le Centre dispose de 6 blocs opératoires, dont 4 pour la chirurgie gynécologique, un bloc pour césarienne, un autre bloc pour la fécondation in vitro. A cet impressionnant tableau, s’ajoutent des laboratoires, des salles de travail et d’accouchement, des salles d’hospitalisation, une chapelle, une mosquée, une salle de remise en forme et une buanderie.
Programme de modernisation
Prenant la parole au cours de la cérémonie, le ministre de la Santé publique André Mama Fouda a rappelé que cette institution hospitalière est « un sanctuaire de la mère et de l’enfant et un endroit de procréation des femmes de tous les âges ». Le Centre va ainsi accueillir des femmes avec des grossesses à risques pour la santé de la mère. Sa construction rentre dans le cadre d’un vaste programme de modernisation des unités sanitaires, en conformité avec la politique des « Grandes ambitions » définie par le président Paul Biya. C'est une véritable avancée vers l’émergence du Cameroun, avec en prime, des patientes en provenance du monde entier.
Et c’est avec une voix pleine d’émotion que Mme Chantal Biya a pris la parole devant un parterre de personnalités et autres sommités de la médecine moderne venues à Yaoundé. « Il s’agit de donner espoir aux couples stériles », a-t-elle dit en substance. « La santé des Camerounais en général, et celle des femmes et des enfants a toujours été une préoccupation au cœur de mes combats. Merci au président de la République pour ce merveilleux don fait aux femmes.»
Mis en service en 2015, le CHRACERH a été créé par décret présidentiel en 2011. C’est un établissement public administratif de type particulier. Doté de la personnalité juridique et de l'autonomie financière, il est placé sous la tutelle technique du ministre chargé de la Santé publique et sous la tutelle financière du Ministère chargé des Finances.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements