Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Filière céréalière en Afrique de l’ouest : Les acteurs réunis à Abidjan se sont engagés pour la promotion de la qualité


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 11 Juillet 2017 modifié le 11 Juillet 2017 - 15:00

Un forum des industries agro-alimentaires céréalières de l’Afrique de l’Ouest s’est déroulé pendant deux jours à Abidjan.


Filière céréalière en Afrique de l’ouest : Les acteurs réunis à Abidjan se sont engagés pour la promotion de la qualité
Filière céréalière en Afrique de l’ouest : Les acteurs réunis à Abidjan se sont engagés pour la promotion de la qualité
Selon une étude récente réalisée par le projet West Africa trade and investment hub (Trade hub), qui est financée par l’Agence américaine pour le développement international (Usaid), la plupart des industries agro-alimentaires de l’Afrique l’ouest transforment des céréales provenant de l'extérieur de cette région.

Les raisons de cette situation, d’après cette étude, sont liées surtout à la qualité des céréales et en partie, à leurs prix élevés, ainsi que le non-respect des délais de livraison.

Face à cet état de fait, le Trade hub dans ces efforts de promotion de la commercialisation des produits agricoles céréaliers en Afrique de l’Ouest, a organisé le forum des agro-industries de Côte d’Ivoire.

Cette rencontre qui a réunit à la fois des industriels ouest africains du secteur de la transformation des céréales, de négociants et des organisations faîtières nationales des producteurs, s’est déroulée le 6 juillet à l’hôtel Azalaï de Marcory.

Au nombre d’une trentaine, ceux-ci ont réfléchir sur la problématique de la qualité des grains, en vue de permettre aux agro-industries d’avoir la matière première dont elles ont besoin sur place. Au terme de leurs travaux, ils ont adopté plusieurs recommandations, en vue de la facilitation du commerce de céréales dans la sous-région.

Il s’agit entre autres, de la mise en place des normes céréalières en Afrique de l’ouest, de l’amélioration des prix bord champs, ainsi que de l’organisation de la logistique et du transport. Puis, la mise en place de mécanisme de traçabilité, l’application des textes communautaires et un partenariat soutenu entre les acteurs de la chaine de valeurs. Ensuite, la formation et sensibilisation aux bonnes pratiques pour réduire le taux d’aflatoxine.

Selon le représentant de l’Usaid en Côte d’Ivoire, Jeff Bryan, « il s’est agi de tisser des relations commerciales entre les acteurs de la filière céréalières ouest africaines et faire la promotion du potentiel que regorge cette région ».

Le directeur général du commerce extérieur, Kaladji Fadiga, représentant le ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des Pme a pour sa part relevé que ce forum s’est présenté comme « une plateforme qui permet de mettre en connexion les acteurs dudit secteur, depuis la production jusqu’à la transformation ».

Le représentant du ministre Souleymane Diarrassouba a précisé que tout ceci vise à « mettre fin à l’approvisionnement extérieur des agro-industries et à stimuler l’approvisionnement sur le marché local ». Il a remercié au non du gouvernement ivoirien l’Usaid pour ces différents programmes de facilitation du commerce en Côte d’Ivoire et dans la sous-région.

Ce forum a été couplé avec une journée portes ouvertes d’une société céréalière de la place (groupe Domak), qui a présentée son modèle économique de stockage. A en croire son Président directeur général (Pdg) Daouda Kanté, sa société est spécialisée dans la transformation des céréales à usage industriel avec une capacité de stockage est 200 000 tonnes. Il a en outre annoncé qu’elle dispose de deux unités d’usinage de riz paddy local et de polissage de riz cargo d’importation essentiellement américaine. Ainsi qu’une maïserie d’une capacité d’écrasement de 25 000 tonnes par an.



Dans la même rubrique :
< >