Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Flambée de violences au sud Congo : le corps diplomatique renseigné sur le mode opératoire du pasteur Ntumi


Alwihda Info | Par Bertrand Aristide Elenga - 7 Octobre 2016 modifié le 8 Octobre 2016 - 08:03

Le mode opératoire et l’obstination du pasteur Ntumi cherchent à rivaliser avec la tristement célèbre secte Boko Haram. Ainsi s’est exprimé le chef de la diplomatie congolaise, Jean Claude Gakosso devant le corps diplomatique et consulaire accrédité au Congo, ce 4 octobre 2016, à Brazzaville.


Flambée de violences au sud Congo : le corps diplomatique renseigné sur le mode opératoire du pasteur Ntumi
Face au corps diplomatique et consulaire accrédité au Congo, le gouvernement congolais, a délivré une communication sur la flambée de violence dans le département du Pool. Une localité au Sud de la République du Congo, qui vit chaque jour des actes terroristes posés par les adeptes du Révérend pasteur Ntumi, Frédéric Bitsamou de son vrai nom.

A tour de rôle les Ministres Jean Claude Gakosso, des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Congolais de l’étranger, Raymond Zéphirin Mboulou, de l’Intérieur et de la Décentralisation, ainsi que Pierre Mabiala de la Justice ont apporté des éléments d’appréciation sur la situation du Pool et sur l’engagement irréversible du Congo d’œuvrer en faveur de la paix et le respect des droits de l’homme.

Les missions régaliennes d’un Etat est d’assurer la sécurité des personnes et des biens. Sur cette base, le gouvernement s’emploie à rétablir l’ordre troublé dans le département du Pool depuis le 4 avril, par Ntumi et sa milice. Aussi le ministre congolais des affaires étrangères, Jean Claude Gakosso, n’a-t-il pas manqué de qualifier le mode opératoire et l’obstination à la violence de Ntumi à celui de la secte de Boko Haram. Parlant de Ntumi et de ses Ninjas, Jean Claude Gakosso a soutenu que « …la preuve qu’ils sont une secte messianique qui cherche à rivaliser avec la tristement célèbre secte de Boko Haram. »


« A leur sordide actif, plus d’une soixantaine d’incursions mortelles dans ce malheureux Département du Pool quasiment pris par eux en otage. » Pouvait-on entendre de la bouche des membres du gouvernement congolais. Ntumi et ses adeptes seraient accusés de poser des actes, qui se caractérisent par des vols, des viols, des braquages, des attaques violentes de véhicules de transport des personnes et des biens, le rançonnage de populations paysannes sans défense.

Ce regain de violence dans le Pool s’est soldé par des morts parmi les éléments de la Force publique, des véhicules brulés, des wagons-citernes de train incendiés et encore des insoutenables déplacements de populations au moment où les enfants ont repris avec le chemin de l’école. Ce qui, à ce stade, pose un problème humanitaire, ont-ils indiqué.

Le point de la situation du Pool, ainsi présentée, les membres du gouvernement ont tenu à rassurer les Ambassadeurs et Chefs de missions diplomatiques et consulaires évoluant au Congo. A ce titre, le Ministre congolais des Affaires Etrangères a souligné que, les Forces Armées Congolaises, la Police et la Gendarmerie mettront tout en œuvre pour garantir la paix publique et la sécurité à l’ensemble des populations du pays sur toute l’étendue du territoire national.

De plus, pouvait-il ajouter « jamais, le Gouvernement ne baissera les bras pour apporter aide et assistance aux populations en détresse dans le Pool. »

Message bien perçu par les ambassadeurs et chefs de missions diplomatiques accréditées au Congo, qui, pour la circonstance, ont apprécié le degré d’engagement des autorités congolaises en faveur de la paix et l’observation des droits de l’homme. La visite en République du Congo, il y a trois mois de la mission du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies serait la parfaite illustration.


Cette mission des Nations Unies, a eu des séances de travail avec les autorités congolaises. Et avec l’autorisation du gouvernement congolais, s’est rendue dans le Pool, pour y mener une enquête dans le Département du Pool. « Elle avait alors visité tous les sites, en toute indépendance et en toute liberté, sans quelque interférence que ce soit de la part des autorités gouvernementales. » ont fait savoir les trois ministres congolais aux diplomates étrangers évoluant au Congo.


C’était là la preuve que le Congo, membre du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, tient fermement au respect de ses engagements internationaux en matière de promotion et de protection des droits de l’homme.


Cette mission des Nations Unies venait de présenter son rapport sur la situation dans le Pool au Conseil des Droits de l’Homme à Genève. Et, il s’est dégagé de ces échanges gouvernement congolais-chefs de missions diplomatiques que la République du Congo a été unanimement félicitée, au sein du concert des Nations, à la fois pour sa franche collaboration avec les Organes des Traités et pour son respect de la liberté de mouvement de ses membres.


Ce rapport, impartial à tous égards, a démontré que les informations alarmantes sur le Congo, les supposés manquements aux droits de l’homme et les allégations en tous genres n’étaient finalement que des affabulations de la part de ceux qui les colportaient à coup de battage médiatique, pouvait, en somme, déduire, Jean Claude Gakosso, Ministre Congolais des Affaires Etrangères.



EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements