Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Fonds Bleu pour le Bassin du Congo : le mémorandum d’accord en examen à Oyo au nord du Congo


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 8 Mars 2017 modifié le 8 Mars 2017 - 15:50

L’initiative de la création d’un Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, lancée officiellement lors de COP 22 à Marrakech par Denis Sassou N’Guesso, fait du chemin. Le segment des experts s’est ouvert, ce 8 mars 2017 à Oyo au nord du Congo, pour plancher pendant cinq heures sur la note de présentation et le mémorandum d’accord à soumettre aux ministres pour adoption en fin d’après-midi.


Le ministre Rosalie Matondo à l'ouverture du segment des experts (photo Dépêche de Brazzaville)
Le ministre Rosalie Matondo à l'ouverture du segment des experts (photo Dépêche de Brazzaville)
La ville d’Oyo arrosée par le cours d’eau Alima, l’un des affluents du fleuve Congo a le privilège d’abriter la conférence ministérielle sur la création du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo. Une initiative qui répond à deux exigences majeures pour le Bassin du Congo, à savoir préserver les forêts de cette zone du continent, deuxième réservoir de carbone après celui de l’Amazonie, tout en garantissant un développement économique permettant aux populations de la région d’améliorer leur qualité de vie.

Les travaux qui vont durer 48 heures ont été ouverts, pour ce qui est du segment des experts, par le ministre congolais de l’économie forestière et du développement durable, Rosalie Matondo , en présence des partenaires techniques et financiers et des représentants du Royaume du Maroc, assurant la présidence de la COP 22.

Doté d’une riche biodiversité, le Bassin du Congo est un patrimoine que les pays africains devraient préserver et valoriser durablement pour les générations actuelles et futures, a dit en substance Rosalie Matondo avant d’inviter les experts à procéder à un examen minutieux des documents à l’ordre du jour : la note de présentation du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo et le Mémorandum d’Accord pour la création dudit Fonds.

Pour le ministre congolais, la note de présentation permettra « à bien communiquer sur l’initiative Fonds Bleu et de mieux faire sa promotion » et elle désigne le Mémorandum d’Accord comme un acte qui doit sceller la détermination et matérialiser la volonté commune pour la quête de l’équilibre entre la conservation et la valorisation des ressources naturelles présentes dans le Bassin du Congo.

A noter que, le segment des experts sera suivi par celui des ministres qui débutera en début d’après-midi pour délibérer sur les projets de Mémorandum et de la feuille de route. La cérémonie de signature du Mémorandum interviendra le 9 mars en présence du président Denis Sassou N’Guesso.