Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

GSK lance le premier appel à propositions pour des recherches sur les maladies non transmissibles (MNT) en Afrique sub-saharienne


Alwihda Info | Par GSK - 14 Novembre 2014 modifié le 14 Novembre 2014 - 12:34

Un deuxième appel à propositions en Afrique du Sud, prévu pour le début de 2015, sera lancé en collaboration avec les Conseils de Recherche Médicale d'Afrique du Sud et du Royaume-Uni, avec un financement total de 5 millions de livres Sterling.


Jusqu'à 4 millions de livres Sterling seront disponibles dans cette première phase de financement

LONDRES, Royaume-Uni, 14 novembre 2014/ -- GSK (http://www.gsk.com) a lancé aujourd'hui le premier appel à propositions pour son Laboratoire Ouvert (« Open Lab ») sur les MNT en Afrique, dans le but de soutenir la recherche scientifique indispensable pour les maladies non transmissibles (MNT) en Afrique. Jusqu'à 4 millions de livres Sterling seront disponibles dans cette première phase de financement pour soutenir les propositions de chercheurs sélectionnés en Côte d'Ivoire, au Cameroun, au Ghana, en Gambie, au Nigeria, au Kenya, en Ouganda et au Malawi.


Le Laboratoire Ouvert sur les MNT en Afrique a été mis en place par GSK en début d’année, avec un engagement de financement de 25 millions de livres Sterling sur cinq ans, dans le cadre d'une série d'investissements stratégiques en Afrique sub-saharienne. Dans cette région, et dans les pays en développement, les maladies non transmissibles, telles que le cancer et le diabète, deviennent de plus en plus courantes, et nous devons en apprendre davantage sur la façon - et pourquoi - ces maladies se manifestent différemment dans ce contexte. Le Laboratoire Ouvert sur les MNT en Afrique vise à répondre à cette problématique à travers la création d'un réseau de recherche innovant qui verra les scientifiques de GSK collaborer avec des chercheurs à travers l'Afrique sur la recherche épidémiologique, génétique et interventionnelle de haut niveau, à partir de son hub au département R&D de GSK à Stevenage, au Royaume-Uni. L'objectif du Laboratoire Ouvert est de guider particulièrement les interventions pour la prévention et le traitement de cinq maladies prioritaires – le cancer, les maladies cardiovasculaires, le diabète, les maladies rénales chroniques et les maladies respiratoires chroniques - tout en aidant à renforcer l’expertise locale et la création d'une nouvelle génération d'experts africains en MNT.

Ce projet s’appuie sur le succès du Laboratoire Ouvert de GSK à Tres Cantos, en Espagne, qui permet aux chercheurs indépendants d'avoir accès aux installations, ressources et connaissances de GSK pour aider à faire avancer leurs propres projets de recherche sur les maladies dans les pays en développement telles que le paludisme, la tuberculose et la leishmaniose. Depuis que le Laboratoire Ouvert de Tres Cantos a été créé, 15 projets d'institutions d’envergure mondiale ont été achevés, faisant avancer la recherche indispensable pour les maladies dans les pays en développement.

Un groupe consultatif indépendant externe, composé d'experts cliniques et scientifiques dans le domaine des maladies non transmissibles, examinera les demandes au Laboratoire Ouvert sur les MNT, avec des recommandations de financement basées sur le mérite scientifique. Le groupe sera composé d'une majorité de membres africains afin d’assurer que seule une recherche pertinente au niveau local est financée.

Un deuxième appel à propositions en Afrique du Sud, prévu pour le début de 2015, sera lancé en collaboration avec les Conseils de Recherche Médicale d'Afrique du Sud et du Royaume-Uni, avec un financement total de 5 millions de livres Sterling.

Le Dr Mike Strange, Responsable par intérim du Laboratoire Ouvert sur les MNT en Afrique, a déclaré : « Nous croyons que le réseau de recherche hautement collaboratif que nous créons par le biais du Laboratoire Ouvert sur les MNT en Afrique a le potentiel pour considérablement améliorer la compréhension des maladies non-transmissibles sur le Continent - et en fin de compte, pourrait accélérer le développement de nouveaux médicaments plus efficaces pour les traiter.

Le lancement de notre premier appel à propositions est une étape importante pour cette initiative, et nous encourageons les chercheurs travaillant dans le domaine des maladies non transmissibles qui sont basés dans les huit pays éligibles à envisager de postuler pour le financement et le soutien de spécialistes qui seront à leur disposition par ce biais ».<o:


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements