Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Gabon : des avancées significatives avec Ali Bongo


Alwihda Info | Par - 8 Mars 2016 modifié le 8 Mars 2016 - 08:05

Il y a bientôt sept ans que le président Ali Bongo Ondimba a accédé à la magistrature suprême de son pays. Contre vents et marrées, sur fond d’une polémique à rebondissements sur sa nationalité, il tient bien les rênes du pouvoir. Avec comme projet de société, « l’Avenir en confiance et l’émergence à l’horizon d’un Gabon vert, industriel et des services à forte valeur ajoutée».


"Le candidat Ali Bongo depuis sa prise de pouvoir a apporté un certain nombre de réformes."
"Le candidat Ali Bongo depuis sa prise de pouvoir a apporté un certain nombre de réformes."
L’opinion tant nationale qu’internationale apprécie positivement les résultats des actions politiques, économiques, sociales et diplomatiques menées par l’actuel chef de l’Etat gabonais. Au grand dam des malheureux perdants de la présidentielle anticipée d’août 2009 qui avaient osé le traiter d’ « amateur » en politique. A l’évidence, en sept années seulement d’exercice de pouvoir à la tête de l’Etat gabonais, le président Ali Bongo Ondimba aura mené une intense activité sur tous les plans et à tous les niveaux. Et ce, au profit de son pays, de l’ensemble des populations gabonaises. De ce fait, au niveau national et sur le plan politique d’abord, le chef de l’Etat a réussi l’exploit de préserver le climat de la paix. Malgré les remous suscités à l’issue de la présidentielle anticipée d’août 2009, les défiances des leaders de l’Union nationale (Un), ainsi que l’incivisme d’une opposition en mal d’assises politiques et de légitimité populaire.
Dans le même temps, soucieux d’impliquer tous les acteurs de la vie de la nation dans la gestion des affaires publiques, le président Ali Ben Bongo Ondimba, a toujours su associer ceux-ci aux grands débats sur les questions sensibles d’intérêt national. Ce fut d’ailleurs le cas, entre autres, pour les concertations organisées au palais présidentiel sur des sujets délicats tels que le différend opposant le Gabon à la Guinée-Equatoriale sur le sempiternel problème de l’île Mbanié. Idem de ce qui a été de la question de l’introduction de la biométrie dans le système électoral national.
Bilan positif, selon plusieurs compatriotes
Sur la gestion des affaires publiques, le chef de l’Etat a initié d’importantes réformes destinées à restructurer et à redynamiser le secteur public. Des audits ont été commis sur la gestion antérieure des services administratifs, des agents de l’Etat et des finances publiques. Tout comme ont été réformées plusieurs procédures de gestion des recettes et dépenses de l’Etat, ainsi que d’attribution des marchés publics. Toutes ces réformes ayant permis juguler le phénomène des fonctionnaires fantômes, des multiples émoluments indûment perçus, des passe-droits, des détournements des fonds, ainsi que la gestion exécrable des biens immobiliers, logistiques et matériels de l’Etat. Cette opération a fait engranger à l’Etat gabonais de substantielles économies financières, au profit de la réhabilitation, de la modernisation et de la consolidation des infrastructures sanitaires, routières, scolaires et portuaires. Ces économies ont également permis à l’Etat de relever très sensiblement la part des dotations budgétaires allouées aux investissements porteurs de développement économique, de progrès social, d’émancipation culturelle et de renouveau sportif. Sans omettre les investissements relatifs à la promotion, au Gabon, de la paix, de la stabilité des institutions républicaines ainsi que la sécurité des personnes et des biens.
Exportation des produits finis et semi-finis
S’agissant du secteur économique, les différentes mesures prises par Ali Bongo Ondimba ont véritablement été novatrices. Depuis peu, le Gabon exporte davantage des produits finis et semi-finis. Par exemple, il est fait obligation aux exploitants forestiers, miniers et pétroliers de transformer localement les ressources naturelles du pays. En outre, le chef de l’Etat, a décidé de faire entrer l’Etat gabonais dans le capital des grands groupes économiques internationaux tels que Eramet et Comilog.
Il s’agit d’assurer plus d’opportunités d’investissements destinés à industrialiser, à moderniser, à densifier et à promouvoir davantage l’ensemble des secteurs porteurs du tissu économique national. A noter aussi que cette entrée dans le capital des grands groupes internationaux favorise le relèvement des recettes fiscales de l’Etat, le transfert des technologies au bénéfice du Gabon et la maîtrise de ces technologies par les techniciens et autres cadres gabonais. Autant dire qu’en sept ans, le président gabonais dispose davantage des moyens de sa politique socio-économique. Ce en vue d’insuffler une dynamique nouvelle aux autres secteurs tels que les transports terrestres (urbains et interdépartementaux), aérien, ferroviaire et maritime. Il en est de même des secteurs liés à l’habitat social (près de 1000 logements viennent d’ailleurs d’être distribués aux Gabonais), à l’assainissement des villes du pays, à la valorisation des rémunérations de la population active. Sur un autre plan, il y a de plus en plus une meilleure prise en charge des couches sociales les plus fragiles, à travers des structures sociales, dont la Cnamgs et la Cnss.
Autant d’atouts qui pourraient s’avérer un réel prétexte pour que les Gabonais vivent une nouvelle ère marquée particulièrement par le magistère d’Ali Bongo Ondimba.
C’est ainsi que quinze partis politiques d’opposition viennent de porter leur soutien à la candidature d’Ali Bongo le 5 mars dernier à Libreville. Selon Bonaventure Nzigou Mafoumbi, porte-parole de la Convention républicaine de soutien au candidat Ali Bongo Ondimba (CRESCABO), « le candidat Ali Bongo depuis sa prise de pouvoir, a apporté un certain nombre de réformes ».


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements