Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

Général Kelley Abdallah Lebine : "le travail, l’effort, le sérieux, la discipline et l’honnêteté"


Alwihda Info | Par - 27 Juillet 2017 modifié le 27 Juillet 2017 - 13:54

L’initiateur du concours national en mathématique, le général Kelley Abdallah Lebine exhorte les élèves à aimer les sciences mathématiques.


Le Général Kelley Abdallah Lebine. Alwihda Info/D.W.
Le Général Kelley Abdallah Lebine. Alwihda Info/D.W.
Le fondateur du Lycée Etoile Polaire, le général Kelley Abdallah Lebine, l’initiateur du concours national en mathématiques dans l’enseignement secondaire pour renforcer la culture de l’excellence dans le domaine des matières scientifiques qui connait un recul sans précédent ces dernières au Tchad, entend encourager les élèves à aimer les sciences afin de permettre au pays de sortir du sous-développement et de devenir un pays émergent. Il se dit convaincu que la maitrise des mathématiques reste et demeure indispensable au développement de l’esprit scientifique, dans un entretien qu’il a accordé Alwihda Info.

Alwihda Info. Quelles raisons vous ont-elles poussées à organiser ce concours national en mathématiques ?

Kelley Abdallah Lebine : J’ai constaté une baisse du nombre de candidats dans les matières scientifiques ; en 2012, subitement 1.500 subitement candidats, en 2013, 850 candidats, en 2014, 745 candidats, en 2015, 691 candidats et en 2016, 650 candidats.

Entre temps, les autorités en charge de l’éducation ont regretté le manque d’engouement dans les sciences mathématiques. Je me suis dis que pour aider le pays, il faut que j’organise ce concours en mathématique parce que le Sénégal a connu ce phénomène, tous les élèves ont choisi les séries littéraires et c’est pourquoi le Sénégal a accordé des bourses au premier jusqu’au dernier admis au baccalauréat en série scientifique C. Pour cette raison, ils sont tous revenus pour pouvoir faire les mathématiques. C'est pour encourager les élèves à aimer les séries scientifiques que j’ai pris cette initiative.

Le concours se focalise sur les sciences mathématiques, ne faudrait-il pas l'élargir à d’autres domaines ?

Kelley Abdallah Lebine : Les sciences mathématiques sont délaissées. En 2015, il y’a eu à peine 1.500 candidats, en 2016, 653 candidats, soit même pas la moitié. Il faut les encourager. Les candidats en série scientifique ne dépassent pas en terme de pourcentage les 26%.

Votre établissement d’enseignement a-t-il d’autres projets pour encourager les jeunes ?

Kelley Abdallah Lebine : Dans le temps, les 3 meilleurs des classes ont respectivement reçu des prix dans notre complexe scolaire du Lycée Etoile Polaire. Plutôt que de se focaliser uniquement dans notre établissement, nous avons préféré l’élargir sur le plan national pour encourager ceux qui travaillent bien.

Quelle récompense allez-vous réserver aux 5 lauréats ?

Kelley Abdallah Lebine : La récompense sera très forte pour le premier. S’il a plus de 16/20 de moyenne, il aura plus d’un million de Francs CFA, le deuxième, s'il a plus de 15/20 de moyenne, aura au moins 500.000 FCFA, et on verra ainsi de suite. On va primer les cinq premiers.

Quels critères l’élève doit-il remplir pour participer à ce concours ?

Kelley Abdallah Lebine : Il faut que l’élève nous présente un bulletin de classe de Première S légalisé, avec un acte de naissance légalisé. Le candidat doit être âgé de moins de 21 ans.
"C’est le travail, l’effort, le sérieux, la discipline et l’honnêteté que nous demandons aux élèves pour les empêcher d’être prisonniers de leur conscience, en trichant à chaque fois qu’on parle du baccalauréat ou d’un devoir. Si l’élève a triché une fois, il va se rappeler de sa tricherie donc il sera éternellement prisonnier de sa conscience."

Pourquoi votre établissement associe-t-il l’ONECS pour organiser un tel concours ?

Kelley Abdallah Lebine : Nous associons l’ONECS dans l’organisation dudit concours pour le valider et entretenir une impartialité comme c’est une autorité en la matière.

Est-ce que vous avez un message à lancer à l’égard des élèves qui sont toujours sur les bancs de l’école ?

Kelley Abdallah Lebine : J’encourage tous les élèves qui réussissent. Au sein de mon établissement, j’ai connu un élève qui avait été repêché en classe de seconde avec 9,90/20 de moyenne, puis en première avec une moyenne de 9,95/20. En classe de terminale, il s'est avéré qu’il est le meilleur de l’établissement. Au baccalauréat, il a eu 13,88/20 de moyenne, il a battu tous les élèves du Lycée de la Paix, Lycée de la Liberté en série A.

C’est le travail, l’effort, le sérieux, la discipline et l’honnêteté que nous demandons aux élèves pour les empêcher d’être prisonniers de leur conscience, en trichant à chaque fois qu’on parle du baccalauréat ou d’un devoir. Si l’élève a triché une fois, il va se rappeler de sa tricherie donc il sera éternellement prisonnier de sa conscience.

Que fait votre complexe scolaire en interne pour encourager les élèves à aimer les matières scientifiques ?

Kelley Abdallah Lebine : Chez nous, ce ne sont pas les matières scientifiques qui comptent. Les meilleurs des classes sont primés. On ne va pas léser tel ou tel et faire primer le reste, ils peuvent étudier comme ils veulent.

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur