Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Gestion du pouvoir : 18 mois de gestion et la pirogue Alpha commence à perdre des rameurs !


Alwihda Info | Par Mamadou BARRY - 26 Juillet 2012 modifié le 26 Juillet 2012 - 22:39



 
Comme on le dit, à juste raison : « Quand ça commence, c’est fini ! »
  • Maître Christian SOW, parent de Alpha CONDE ;
  • Maître Christian SOW, Ami de longue date de Alpha CONDE ;
  • Maître Christian SOW, Confident de Alpha CONDE ;
  • Maître Christian SOW, Conseiller de Alpha CONDE ;
  • Maître Christian SOW, Avocat de Alpha CONDE ;
  • Maître Christian SOW, Ministre de Alpha CONDE ;
  • Maître Christian SOW, Homme de Droit et de Justice ;
  • Maître Christian SOW, Combattant pour la liberté.
 
Oui, il a compris que ce n’est pas possible de travailler avec son parent et ami. Quelle GIFFLE pour le Président de la République « Démocratiquement » élu au moment où il a le moins besoin de cette défection et non des moindres. En effet, il y a des cadres et piliers de ce régime Alpha CONDE qui sont des symboles et qui constituent en quelque sorte la « garantie » de crédibilité du gouvernement et de la gouvernance de Alpha CONDE. C’est justement cette garantie, cette soupape de sécurité qui vient de sauter au grand jour. Cela est encore une fois tout un symbole.
 
Maintenant, il est toujours possible pour le pouvoir de rattraper le coup par des acrobaties de jeu d’équilibristes tant bien que mal. Ce qui reste clair, c’est qu’il a été question d’une démission effective et de démarches du clan Présidentielle pour ramener le « Rebel » à la raison. Même si Maître SOW a accepté de revenir à la maison, il y a comme un goût de gifle et comme on dit : « l’eau est versée ! »
 
Mais au-delà d’une démission, il faut que nous prenions le temps de bien revoir cette situation en profondeur et surtout retracer le parcours des 18 derniers mois de la gouvernance de Alpha qui a donné du travail à son Ministre de la Justice Garde des Sceaux plus qu’à tout autre Ministre de ce gouvernement.
 
Maître Christian SOW n’est pas un RPGiste pur et dur, il n’est pas pour le principe du « Alpha ou la Mort ! », il ne fait pas partie de ces extrémistes que l’on connaît. Il est juste un guinéen qui a rêvé d’un changement et qui a cru en la capacité du « Professeur » à répondre aux attentes des populations, mais la déception est grande à tous les niveaux.
 
A la constitution du Gouvernement, Maître Christian SOW à la Justice et les professionnels on poussé un gros Ouf de soulagement en se disant : « Voilà l’ancien patron du Bâtonnier qui connaît la maison judiciaire du pays et ses maux ! » Dès son installation, il a été question de mettre les bases à travers l’organisation des Etats Généraux de la Justice.
 
Les conclusions de ces Etats Généraux ont tout simplement été la preuve d’une grosse montagne qui accouche d’une toute petite souris. En effet, on se rend compte qu’au lieu de poser les vrais problèmes de la justice guinéenne dans sa vision et son fonctionnement avec toute l’histoire du pays en matière de justice et de respect du droit, ces Etats Généraux n’ont parlé que des infrastructures et des équipements des structures décentralisées du département. Là, les plus sceptiques se sont dit : « ça y est, c’est le début de l’échec pour Christian SOW ! »
 
Mais un second espoir a fait son apparition lorsqu’il y a eu, sous la direction du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, une retraite gouvernementale avec la mise en place de cinq (5) priorités ou domaines d’intervention du gouvernement. Une des ces priorités qui selon moi était la plus importante a été la justice et l’instauration de l’Etat de Droit. Les observateurs ont salué l’idée et se sont dit que Christian SOW est remis au centre de la gouvernance de alpha CONDE.
 
Dans la lancée, des visites ont été organisées dans les Préfectures pour s’enquérir des réalités, afin de faciliter cette justice de plus en plus près des justiciables. Des engagements ont été pris de part et d’autres et un nouvel espoir est né. Mais encore une fois, l’effet d’annonce qui a toujours caractérisé la gouvernance de Alpha a pris le dessus.
 
Les vrais défis se sont présentés au mois d’Avril 2011, soit à peine un trimestre après l’installation de alpha CONDE à la t^te du pays, avec l’arrivée de Cellou Dalein DIALLO de Dakar, après plus de quatre (4) mois d’absence. On se souvient de la brutalité, des arrestations et des morts, ainsi que des jugements et des condamnations aveugles et en dehors de toute proportion. A ces abus, il faut rajouter l’arrestation, le jugement, la condamnation à de la prison ferme et la radiation des Trois (3) Militaires qui avaient été affectés à la protection du leader de l’UFDG depuis les accords de Ouagadougou.
 
C’est certainement là que le malaise de Maître Christian SOW a commencé à prendre forme. On imagine alors que l’ami, le conseiller et l’avocat a dû dire au Président de la République q’ils n’ont pas la même conception de la justice et de l’Etat de Droit. Il a alors certainement été question de rappeler tout le combat qu’il a dû mener pour la liberté et le droit des citoyens que leur octroie la constitution de notre pays.
 
Le moins que l’on puisse dire, c’est que dans la gouvernance de Alpha CONDE, pour son premier mandat, on peut dire qu’il y a eu un avant et un après 3 Avril 2011, parce que cette date montrera à tous les démocrates et personnes soucieuses du respect du droit et des libertés dans notre pays. Les plus optimistes ont commencé là à douter et certainement Maître Christian SOW aussi.
 
C’est dans ce doute que le Mardi 19 Juillet est arrivé avec cette « Attaque » du domicile privé du Président de la République qu’il a été question de qualifier de tentative d’assassinat. Très vite un communauté est stigmatisée, ainsi que trois citoyens guinéens dont un des Vice-Président de l’UFDG et deux autres personnes proches du leader de Cellou Dalein DIALLO, par le Président de la République, constituant ainsi une grosse entrave à l’action de la justice qui se doit indépendante. Des arrestations ont lieu tant au niveau de l’armée qu’à celui de la vie civile. Ces arrestations s’apparentent plus à des règlements de compte que l’aboutissement d’enquêtes menées en bonne et due forme. Quelques mois plus tard, personnes sont libérées parce que n’ayant rien à se faire reprocher.
 
Le 27 Septembre, l’opposition organise une marche pacifique pour attirer l’attention du pouvoir sur le besoin de dialoguer dans le cadre de la mise en place du processus de finalisation de la transition. Là aussi, on fait face aux mêmes méthodes rétrogrades d’arrestations, de répression sauvages et de condamnation de personnes dont la plupart auront été arrêtées le lendemain de la manifestation et à domicile. Cet énième acte constitue également une entrave à la justice qui est si chère à Maître Christian SOW.
 
Dans le dossier du 19 Juillet 2011, le Président de la Transition a pris publiquement position que cette « attaque » n’est qu’une pure invention pour mettre hors d’état de nuire des proches à lui. Dans tous les cas, un an après, une bonne partie des hommes en uniforme et proches de Sékouba KONATE sont passés à la justice et ont bénéficié d’un non lieu pur et simple. Cela signifie que des personnes INNOCENTES ont été gardées sans aucune raison en prison pendant un an. Ironie du sort, Alpha CONDE décide de les garder en prison malgré le non lieu, remettant ainsi, une nouvelle fois l’indépendance de la justice en cause. Cette indépendance qui est la raison d’être de Maître Christian SOW et pour laquelle il a lutté dans le pays sa vie durant.
 
Aujourd’hui, si on parle de la démission de ce Magistrat proche défenseur et ami de Alpha CONDE de son poste de Ministre, c’est parce que cela porte un coup fatal à a gouvernance du Professeur. Mais au-delà de cet acte, même si les tenant du pouvoir disent que Maître Christian SOW est revenu sur sa décision et il reste Ministre de la Justice, une chose est certaine, c’est que les choses ne seront plus comme avant. En effet Maintenant la preuve est fait que le Ministre de alpha CONDE en charge de la Justice n’est pas à l’aise de la manière dont le Président de la République gouverne le pays. Cela est un message clair !
 
Maintenant, il faut savoir que nous sommes en Guinée et que la culture n’est pas de démissionner, mais c’est de la fermer et de régler ses affaires pendant qu’on est aux affaires. A ce propos, il y a deux écoles :
 
  1. Une première qui dit que c’est bien tant que cette démission peut attirer l’attention de alpha CONDE pour qu’il se rende compte qu’il ne peut pas fouler au sol les convictions des uns et des autres et instaurer une gestion solitaire et cavalière des affaires sans tenir compte des principes de droit et de gestion publiques ;
 
  1. Une seconde école qui va se dire que Maître Christian SOW a fait honte à celui qui a fait appel à lui parce qu’il aurait pu aller le voir et régler son problème sans avoir besoin de démissionner. Il faut lui donner une leçon, voire le limoger pour cet affront, afin d’en faire un bel exemple.
 
Dans toutes ces deux écoles, il faut savoir que selon l’opinion, la figure de alpha CONDE est par terre et tout le monde est unanime sur le fait que si l’Avocat et ami de Alpha CONDE le lâche maintenant, c’est qu’il a subi tout ce qu’il pouvait pendant plus de 18 mois et que s’il en assez maintenant, c’est parce qu’il a compris que trop c’est trop et que celui avec lequel il travaille ne CHANGERA JAMAIS.
 
La question qui se pose maintenant est de savoir que Maître Christian SOW est revenu après de fortes négociations, mais cela est contre nature et que par conséquent, il restera pour combien de temps encore dans gouvernement. S’il ne part pas parce que les choses ne s’améliorent pas, il partira parce que trop ségrégué au sein du gouvernement.
 
Maître Christian SOW a osé là où les autres n’ont pas eu le courage de partir :
 
  • Loucény FALL est l’ombre de lui-même à la Présidence, Qu’est-ce qu’il attend pour partir ?
  • Papa Koli KOUROUMA a été humilié dans sa gestion des Groupes de Tombo ;
  • Jean Marc TELLIANO a été traité de voleur d’Engrais dans la Campagne Agricole ;
  • Madame BAH Ramatoulaye des PME a été humiliée par son S/G Abraham BOURET
 
Il ne faut pas désespérer, peut être que certains auront un peu de dignité pour mettre les principes avant tout dans la gestion des affaires publiques.
 
On se souvient après le 28 Septembre 2009, certains Ministres se sont vite désolidarisés du CNDD et de son Président. Il faut dans tous les cas savoir que nous avons tous des familles et que nos enfants nous regardent dans nos faits et gestes.
 
Chacun est comptable de ses action et l’histoire juger chacun selon les actes qu’il pose.
 
 
    
Mamadou BARRY,
Analyste Financier mamadoubiro@yahoo.fr
68-28-09-09 (Orange – 28 – Septembre – 2009)