Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Guinée : A quoi sert l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications (Arpt) ?


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 11 Mai 2010 modifié le 11 Mai 2010 - 08:02


Guinée : A quoi sert l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications (Arpt) ?

La Voix des Sans Voix

Dans l’une de nos interventions, nous dénoncions avec véhémence l’une des causes du retard de notre pays en ces termes:

« L’une des tares fondamentales qui rongent notre pays depuis l’Indépendance: l’indifférence générale devant tout ce qui devrait être la préoccupation de tous. C’est à cause de cette démission générale que la Guinée est ce qu’elle est aujourd’hui, c'est-à-dire l’un des pays les plus pauvres de la planète, malgré ses immenses potentialités en ressources de sol et sous-sol, sans eaux, ni électricité, ni nourritures, ni médicament et équipement adéquats dans les formations sanitaires, etc.

Ce paradoxe a poussé Béchir Ben YAHMED de Ja de se poser les questions suivantes:

- Pourquoi les Guinéens ne parviennent-ils pas à se libérer de la dictature ?
- Pourquoi sont-ils presque les seuls en Afrique à entamer leur second demi-siècle de pays indépendant sous la coupe de gouvernements incompétents ? (Extrait de Ja n° 2543 du 4 au 10 octobre 2009). » Extrait de l’article: Indifférence générale Réf: 019/Aguisav/10 en date du 19 Avril 2010

Dans le même article nous avons dénoncé la vente illicite et anarchique des Sim (puces) en disant: « Un autre problème, pas des moindres, se passe vraiment dans l’indifférence générale, surtout sous l’œil complaisant même complice de nos gouvernants comme le Ministre de la Télécommunication et des Nouvelles Technologies de l’Information, le Ministre de la Justice, le Ministre de l’Intérieur et le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, une situation que nous, nous estimons même trop dangereuse pour chacun et pour tous. Il s’agit de la distribution anarchique des Sim (puces) par des opérateurs téléphoniques sans la moindre identification des usagers. Au départ pour être en possession d’un Sim il fallait être muni d’une pièce d’identité en état de validité. Mais maintenant ce protocole est littéralement abandonné par les opérateurs téléphoniques pour ne pas dépenser. Les Sim se vendent au marché Madina et à l’intérieur du pays comme du pain ou des cacahouètes. Cela arrange tellement des filous et des criminels de tout bord, y compris des narcotrafiquants, qu’ils peuvent monter toutes sortes de réseaux de malfaiteurs sans en être identifiés, sous l’œil complice de nos autorités peu soucieuses de notre sécurité.

Ce n’est pas parce que nous sommes contre les intérêts des opérateurs téléphoniques, mais nous voudrions que les choses se passent dans les normes et règlements en matière de communication téléphonique dans l’intérêt supérieur des citoyens que nous sommes.

Que ce soient le réseau Lagui (Sotelgui), la société Alo (Areeba), le réseau Intercel+, le réseau Orange et le réseau Cellcom Gn, ils vendent tous de façon anarchique les Sim sans exiger de leurs clients des pièces d’identité. Le téléphone devient, en ce moment, un véritable luxe pour les malfaiteurs y compris les narcotrafiquants. Un marketing sauvage qui ne dit pas son nom. Cellcom Gn va jusqu’à permettre à ses clients de masquer le n° d’appel à leurs correspondants. Cela est inadmissible dans un pays qui se dit soucieux de la sécurité des citoyens.

Quelle irresponsabilité ?

Pourquoi ce mépris vis-à-vis de ce qui devrait être notre préoccupation majeure ? Qui tire les ficelles de ce scandale ? A qui profitent la non identification et le non enregistrement des usagers des téléphones mobiles ?

Un vrai danger pour nous tous, de tant plus que les pauvres citoyens sont aujourd’hui truandés ou tués sans trace. Les bandits, les criminels payent les Sim et les usent pour accomplir tout juste leurs sales besognes, puis ils les jettent. S’ils savent qu’ils pourront être bien identifiés à travers leurs numéros de téléphone, ils renonceront à beaucoup de leurs actions criminelles, ainsi beaucoup de crimes et de brigandages seraient évités aujourd’hui. Par voie de conséquences l’on peut confirmer sans se tromper que les opérateurs téléphoniques sont complices en matière de banditisme et brigandage dont nos concitoyens sont victimes maintenant. Ils sont aussi coupables que les malfaiteurs. Ils peuvent et doivent répondre devant la loi en cas de nécessité.

Dans tout pays organisé dont les autorités ont le souci de la sécurité de leurs concitoyens, l’on ne peut pas permettre aux opérateurs téléphoniques de vendre de façon anarchique et illicite des Sim, comme ça se passe actuellement chez nous en Guinée ».

A cette pagaille savamment organisée dans la vente des Sim, nous venons d’assister depuis le 3 Mai 2010 une augmentation aussi fantaisiste qu’unilatérale des tarifs des communications. Tout se fait comme si l’Etat guinéen est incapable de ramener les sociétés de téléphonie à l’ordre. Incroyable mais vrai.

L’Arpt (Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications) qui est sensée de défendre les intérêts de l’Etat et des citoyens guinéens aux cotés de ces entreprises téléphoniques s’est transformée, sans vergogne, en ’’avocat défenseur’’ de celles-ci, ces sociétés de téléphonie. Une vraie maffia, qui ne dit pas, au su et au vu de tout le monde.

Devant l’indignation générale suite à cette augmentation fantaisiste unilatérale des tarifs des communications, mêmes les opérateurs concernés, il leur manque des arguments convaincants sur les raisons de cette augmentation. Ils sont discrets sur cette augmentation. A leur place le directeur général de l’Arpt Morlaye YOULA sort en ’’avocat défenseur’’. Il estime qu’en dépit de ces augmentations, les tarifs des communications restent moins chers en Guinée que dans les pays voisins. Ajoutant que « la décision est conforme au cahier de charge des sociétés qui leur donne le droit de fixer les tarifs relatifs à tous les services qu’elles offrent au public en fonction de leurs stratégies commerciales ». Voila un autre scandale qui mérite d’être dénoncé.

Ce passage de l’intervention du directeur de l’Arpt est scandaleux. Il faut reconnaître que ce cahier de charge est tronqué et signé par des cadres corrompus. Nous aimerions voire ce cahier de charge auquel le corrompu directeur général Morlaye YOULA fait allusion. Cela ne se fait nulle part dans le monde. L’Etat a toujours le droit de regard, de contrôle et de décision sur les activités des sociétés pour élaborer sa politique de prix et fixe les taxes et impôts. Car en laissant les sociétés fixer les tarifs de leurs services à leur guise, elles écraseraient inexorablement les populations par des prix exorbitants. Cela est évident.

Le cahier de charge en question mérite d’être exhibé au public par Morlaye YOULA. Nous exigeons cela au directeur général de l’Arpt. S’il s’avère vrai que les sociétés ont le droit de fixer les tarifs à tous les services qu’elles offrent au public en fonction de leurs stratégies commerciales, tous les cadres qui ont contribué à l’élaboration de ce cahier de charge et les signataires méritent d’être arrêtés et traduits à la Justice, tant qu’ils sont. Car ils ont été traîtres et apatrides.

Quelle irresponsabilité!

Normalement, sans attendre, le gouvernement actuel doit immédiatement révoquer le directeur de l’Arpt Morlaye YOULA l’arrêter et le traduire en Justice pour qu’il dénonce ses complices. Il est à la tête d’un vaste réseau puissant et actif qui fossoie les intérêts de la Nation.

L’on parle de la problème de fraude à l’échelle internationale qui fait perdre à la Guinée 2 à 3 millions de dollars Us par mois dans la téléphonie. Comment cela se passe? La Voix des Sans Voix s’inquiète à plus d’un titre et veut le savoir!

Le corrompu directeur général Morlaye YOULA continue ses conneries en disant: « Ces opérateurs sont des groupes internationaux présents dans des pays limitrophes et qui appliquent des prix différents aux nôtres. Au Sénégal, ils sont à l’équivalent de 1020 fg, au Mali 1300 fr, en Guinée-Bissau 1400 fg et en Cote D’Ivoire 1200 fg ». Tout le monde sera d’accord avec nous que cette comparaison est idiote et stupide. Dans ces pays les choses ne sont les mêmes qu’en Guinée: le prix du carburant, le pouvoir d’achat, le niveau de vie, les impôts, les taxes et autres exigences. La qualité des services téléphoniques n’intéresse nullement M YOULA. Sinon, actuellement l’interconnexion est défectueuse et le dysfonctionnement des réseaux est fréquent.

Au Sénégal, par exemple, le simple planton est payé mensuellement au minimum à 250. 000 Fcfa soit 3.500.000 fg. Que Morlaye YOULA nous dise le salaire maximal d’un fonctionnaire guinéen. Même un Ministre guinéen ne gagne cela mensuellement. Evidemment M YOULA a raison, il s’en fiche de son salaire pour vivre, certes il a où prendre des milliards de nos francs sans toucher à son salaire. C’est il s’évertue à défendre l’indéfendable.

M YOULA, tout le monde sait que « quand le singe va au marigot, il n’a pas de gobelet pour boire! » Nous enseigne un vieil adage de chez nous.

Ce n’est pas pour rien, champ est libre est donné aux entreprises de téléphonie pour qu’elles vendent de façon anarchique et illicite les Sim sans autre formalité. Nous réalisons que parmi les conditions d’acquisition d’un Sim (la puce) l’étape d’identification et d’enregistrement du client est volontairement omise à dessein (Service prépayé). Car cela nécessiterait une administration avec personnels et logistiques adéquats qui coûteraient cher à la société. C’est sûrement pour éviter ces dépenses que toutes les sociétés téléphoniques de la place ont abandonné ce protocole violant ainsi de manière flagrante l’un des articles importants du code de télécommunications. Cela avec la complicité des agents de l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications (Arpt) le directeur général Morlaye YOULA en tête.

Toutes la maffia, les pagailles organisées en matière de télécommunications en Guinée, n’allons pas chercher les auteurs ailleurs, c’est l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications (Arpt) qui est à la base, Morlaye YOULA le directeur général en tête. C’est une structure plus que corrompue qu’il faut démanteler à tout prix dans l’intérêt supérieur de la Nation guinéenne.

Regardons comment les postes sont à terre. Les correspondances et autres colis postaux ne circulent plus entre la Guinée et les autres pays du monde. L’administration postale est devenue nulle en Guinée. Malgré l’engloutissement des sommes colossales aux frais de l’Etat dans ce domaine. Tout est foutu dans ce service.

Vu ce qui précède, l’on conviendra aisément avec nous que l’Arpt n’a pas joué et ne joue pas le rôle qui est le sien pour la sauvegarde et la défense des intérêts de l’Etat et des citoyens guinéens. L’Arpt a failli notoirement à son rôle. Elle a organisé la maffia avec les sociétés de téléphonie d’où l’incapacité de l’Etat d’agir aujourd’hui sur ces sociétés afin qu’elles respectent les règles du jeu en matière de télécommunications dans l’intérêt des usagers.

Par conséquent, nous, de l’Association Guinéenne des Sans Voix – Aguisav – la Voix des Sans Voix, exigeons ce qui suit:

- Auditer l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications (Arpt), suivi de sa suppression ou sa restructuration si besoin est. Poursuivre en Justice des agents qui sont reconnus coupables de corruption, de détournements ou de pots de vin et d’autres malversations préjudiciables à l’intérêt public.

- Le Sim (puce) de Sotelgui se vendait de 500.000 à 1.500.000 fg aux citoyens alors que le prix officiel était fixé à 74.000 fg. Une véritable spéculation sur le dos de nos populations. Il y a eu mort d’hommes à Conakry lors d’une séance de vente de Sim. Mener une enquête sérieuse, pour quoi les Sim étaient si rares et il était très difficile de s’en procurer. Situer les responsabilités afin de poursuivre les coupables en Justice. Il était inadmissible que dans les pays limitrophes l’acquisition ne posait pas de problèmes et en Guinée les gens mouraient pour en avoir.

- Vérifier les contrats des sociétés de téléphonie, tout manquement aux règles normales du jeu, les coupables doivent être punis par la loi en vigueur, puis les abroger. Réviser complètement les contrats des sociétés de téléphonie, suspendre tout contrevenant.

- Rendre accessibles le Code de Télécommunications et autre lois de la république aux citoyens. Mieux informatiser les Lois de la république à commencer par la nouvelle Constitution. Car il y a beaucoup de décrets et lois gardés dans les tiroirs dont l’application fait défaut. Les cadres véreux de l’administration les cachent parce que ces décrets et lois sont contre leurs intérêts égoïstes. Morlaye YOULA directeur général de l’Arpt est parmi ces genres de cadres.

Nous invitons nos camarades du Réseau Guinéen pour la Protection des Consommateurs et de l’Ong Synergie Afrique de se joindre à nous pour élaborer une plate forme commune de revendications que nous allons ensemble soumettre au gouvernement, que ce soit ce gouvernement de transition ou le gouvernement à venir, pour non seulement mettre le pendule à l’heure, mais aussi pour ne plus que les consommateurs soient victimes de tel désagrément à l’avenir de la part des sociétés de téléphonie et autres consommables.

Il ne faut pas attendre le jour du combat pour commencer à entraîner les soldats!



1.Posté par Dee le 07/07/2010 13:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Le sujet semblait intéressant à priori malheureusement il est très difficile de suivre votre raisonnement. Êtes-vous en train de remettre en question l'intérêt d'un tel organe ou êtes-vous en train de dénoncer un mauvais fonctionnement?
D'autre part vous portez des accusations assez graves, sans réels fondements.
Enfin, un effort sur la rédaction vous donnerait plus de crédibilité(fautes d'orthographe, usage de langage familier).

Bien cordialement.

D.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Pour poster un commentaire, vous devez utiliser un Email valide. Les commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi seront effacés.
En raison d'un nombre important de commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi, les commentaires sont désormais soumis aux modérateurs afin d'être vérifiés.